fbpx → Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

BJF mêle baile funk et maloya sur son single « Baloya »

Le Parisien BJF annonce la sortie de son second EP Uprooted, quatre titres qui promettent de mettre tout le monde d’accord sur les dancefloors du monde. PAM vous invite à découvrir le single « Baloya » en avant-première.

BJF est l’homme qui se cache derrière l’imparable « Tu Tu Tu », qu’on vous présentait en avant-première sur PAM plus tôt cette année, dans le cadre de la compilation CxC vol.2. Membre actif du collectif, label et média Couvre x Chefs, BJF est devenu un artisan essentiel de la scène global bass made in France, multipliant les apparitions sur des labels incontournables comme XXIII ou Egregore. Le DJ et producteur parisien aime aussi transformer des classiques rap et pop en bangers afro-club, à l’image de ses edits de Rema, Jorja Smith, Skepta ou plus récemment le hit « Fade Up » de Zeg P. C’est dans cette dynamique 100% club qu’il nous exposait ses influences derrière les platines du PAM Club, où l’on découvrait son aptitude à surprendre à chaque virage dans un set hybride et percussif, reflet de ses productions.  

Uprooted est donc son second EP officiel qui fait évidemment écho à cette personnalité musicale explosive. Ici, ce chirurgien du beat désosse le meilleur du grime, kuduro, dembow, baile funk ou UK funky pour rassembler le meilleur de chaque genre sur quatre nouveaux titres, dont « Baloya », hommage au maloya qu’il nous expose ci-dessous. Pas de pitié pour les clubbers !

« Le morceau Baloya est un hommage très personnel au maloya, musique traditionnelle de l’île de la Réunion dont mes parents sont originaires. Mais il y a toujours cette infusion de samples de funk brésilienne à laquelle je ne résiste jamais, d’où le titre. Le mélange est plutôt naturel d’ailleurs car il y a beaucoup de similitudes entre les musiques brésilienne et réunionnaise créées par les esclaves africains, au niveau des danses, des instruments, des rythmiques… Mais si vous trouvez que ce n’est ni du maloya, ni de la musique brésilienne, vous avez tout à fait raison. La mélodie au synthé et les basses 808 nous emmènent encore dans un autre registre ! Mon but est toujours de mélanger différents styles qui me parlent et d’en sortir un collage. »

Suivez BJF sur Instagram et le collectif Couvre x Chefs ici.

L’EP sera disponible le 18 novembre, précommandez-le ici.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé