→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Acid Arab vient de lâcher le premier single de leur nouvel opus !
Le quintet Acid Arab (de g. à d.) : Kenzi Bourras, Guido Minisky, Pierrot Casanova, Nicolas Borne ainsi qu’Hervé Carvalho. © Philippe Lévy

Acid Arab vient de lâcher le premier single de leur nouvel opus !

Intitulé « Halim Guelil », ce premier extrait augure la sortie de ٣ (thalátha, trois en arabe), le nouvel opus du gang parisien.

Après Musique de France – paru en 2016 – et Jdid en 2019, Acid Arab s’apprête à sortir son troisième opus. ٣ (thalátha, trois en arabe) paraîtra au début de l’année prochaine, chez Crammed Discs. Si Jdid, monolithe numérique farci de bangers de bass music, s’était avéré en grande partie dédié au dancefloor et au live, le quintet promet pour 2023 un nouvel opus « toujours tourné vers le club, mais également vers l’élévation, les parties chantées et les nombreuses variétés de la langue arabe ».

« Nous sommes conscients d’avoir développé un principe de composition fort, mais nous sommes également attentifs à ne pas répéter une certaine formule à chaque album » expliquent d’une voix les cinq membres du groupe. Sur ce troisième album, c’est : « le rapport de travail avec tou·te·s les chanteurs·euses et musiciens·nes, ainsi que le résultat des toutes ces collaborations, qui nous poussent à emmener le concept Acid Arab encore plus loin. »

« Créer une zone d’expression musicale commune »

Premier invité de ce nouvel album, Cheb Halim (« cheb » signifie jeune en arabe) incarne la 3roubiya, une musique traditionnelle ancrée dans la ruralité algérienne, plus prompte à célébrer un romantisme innocent et pur, que les ambiances interlopes des cabarets raï. Proche collaborateur de Kenzi Bourras, le clavieriste du groupe, Halim s’est rendu dans le studio parisien du collectif pour mettre en boîte Halim Guelil, ce premier single : « c’est au cœur de ce genre de collaborations que l’essence d’Acid Arab s’exprime pleinement » commente le collectif. « Parvenir à maintenir un cadre créatif entre, d’un côté, des parties chantées finalement très pures et l’autre, nos influences électroniques décentrées. Parvenir à un accord équilibré, créer une zone d’expression musicale commune, sans qu’aucune des parties ne soit forcée à faire de concessions. »

Panarabisme électronique à dix mains

Initié en 2012 sur les rives de Djerba, le projet Acid Arab est liée à l’amitié fondatrice entre Hervé Carvalho et Guido Minisky, qui, au hasard d’un festival tunisien, vont s’entendre pour chérir une nouvelle muse : les musiques pan-arabiques et le panthéon musical de l’autre rive. Après une série de compilations, deux premiers albums largement célébrés, un lancement de label, la création d’un concert illustré et expérimental aux côtés de l’illustratrice Raphaëlle Macaron, ainsi qu’une palanquée de dates turbulentes, aux quatre coins de la planète… Le binôme de Dj’s est finalement mu en un quintet. Les producteurs Pierrot Casanova et Nicolas Borne du Shelter Studio ont rejoint le line-up du groupe, ainsi que Kenzi Bourras, beatmaker et claviériste du regretté Rachid Taha.

Cette année, Acid Arab célèbre une décennie de création à dix mains, épaulées de nombreuses voix. Ce nouveau titre préfigure le très attendu troisième album du collectif. Le groupe se produira à l’Olympia, le 9 février 2023, mais également ce  week-end au Maroc, lors du Moga Festival, où nous serons. Stay tuned!

Écoutez « Halim Guelil » dans notre playlist Songs of the Week.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé