→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Les 11 albums à découvrir cette semaine

Un peu de Nakamurance pour garder le mental et le flow foudroyant de Pa Salieu en hommage aux quartiers pauvres de Grande-Bretagne. Un orchestre féminin défiant le poids des traditions dans le nord du Bénin et un collectif féministe pour mettre à l’honneur le « matrimoine » congolais. Une bonne dose d’afrobeats avec Davido et Darkovibes et des ondes jamaïcaines avec Liam Bailey. Pour les plus téméraires, il y a le son alternatif d’Amaarae, les beats de batida d’A.k.Adrix ou le brassage afro-colombien du collectif Nkumba System.

AYA
Aya Nakamura

Après ses deux singles « Jolie Nana » et « Doudou », la reine du RnB français dévoile son troisième album. Sobrement intitulé AYA, ce disque est le plus personnel de la chanteuse. Elle y évoque sa relation toxique et ses blessures tout en restant fidèle à son comportement. Avec son franc parler et sa liberté dans l’écriture, elle prouve une nouvelle fois qu’elle n’a pas perdu le mental. 

Écoutez ici.

Send Them to Coventry
Pa Salieu

L’énergie foudroyante de ce jeune rappeur issu des quartiers pauvres de Coventry dans la banlieue de Birmingham ne laisse quiconque indemne. Avec sa fusion originale d’afroswing, de dancehall et de UK drill, Pa Salieu est prêt à semer le chaos à tout moment pour se faire entendre, tout en cultivant un lien très fort avec son identité gambienne. Après une série de singles à succès, la nouvelle sensation du rap made in UK se lance enfin sur un premier album, en hommage à tous les quartiers pauvres de Grande-Bretagne.

Écoutez ici.

The Angel You Don’t Know
Amaarae

Sa voix est reconnaissable entre mille ! Soyeuse d’apparence, elle peut se révéler aussi impitoyable qu’une épine de châtaigne lorsqu’il s’agit d’aiguiser un rap aux paroles mordantes. Si des amis ghanéens lui ont un jour conseillé de s’en tenir à l’afrobeats ou au highlife pour réussir dans le pays, elle est convaincue que sa vie dans la diaspora américaine a enrichi son art intelligemment. Cette artiste libre et nonchalante fait crépiter la scène alternative africaine et refuse de s’enfermer dans un style musical.

Écoutez ici.

Star Feminine Band
Star Feminine Band

Elles ont entre 10 et 17 ans, et pourtant ce sont déjà de vraies stars à la carrière bientôt internationale ! L’orchestre féminin fondé par André Balaguemon devrait bientôt se produire en Europe, notamment aux Trans Musicales de Rennes. Mais avant toute chose commençons par les présentations. Star Feminine Band est un groupe d’étudiantes qui défient le poids des traditions dans le nord du Bénin, avec un mélange inédit de rock garage, de psychédélisme, de highlife et de rumba congolaise, prouvant ainsi à la société qu’elles savent aussi bien jouer de la musique que les hommes.

Écoutez ici.

A Better Time
Davido

L’artiste afrobeats américano-nigérian dévoile un troisième album qui comprend le single « FEM », transposé par de nombreux manifestants en hymne protestataire contre les violences policières au Nigéria. Des poids lourds africains et américains font également leur apparition : Lil Baby, Nicki Minaj, Young Thug, Nas, Tiwa Savage, Bella Shmurda, Sho Madjozi, et bien d’autres. 

Écoutez ici.

Les Mamans du Congo & Rrobin
Les Mamans du Congo & Rrobin 

À Brazzaville, le collectif féministe et le beatmaker Rrobin s’unissent pour mettre à l’honneur le « matrimoine » congolais. Leurs berceuses bantoues parlent à l’oreille de la house et du hip-hop au travers d’objets du quotidien détournés en instruments de musique. Les Mamans du Congo proclament l’émancipation des femmes africaines, et révèlent au monde leur matrimoine culturel dans un rap puissant, conscientisant et dansant. Des femmes inspirantes et modernes qui donnent envie de regarder l’avenir sans se soucier des traditions, qu’elles s’approprient avec bon sens et créativité.

Écoutez ici.

Ekundayo
Liam Bailey

Six ans après la sortie de son premier album, le Britannique Liam Bailey annonce Ekundayo, un second opus produit par Leon Michels co-fondateur du label new-yorkais Big Crown Records. Une rencontre qui vient auréoler le style inimitable de l’artiste, entre reggae, soul et r&b, le tout alternant subtilement entre textures rétros et sonorités contemporaines. Liam Bailey est le fils d’une mère anglaise et d’un père jamaïcain qu’il n’a pas connu. Il doit ses premières influences musicales à la collection de disques de sa mère : Bob Marley, Dillinger, Stevie Wonder, The Supremes, The Beatles et Jimi Hendrix ont forgé son identité artistique.

Écoutez ici.

Código De Barras
A.k.Adrix

Portugais d’origine angolaise, le compositeur et producteur reste fidèle au style de musique électronique de la communauté afro-immigrée de Lisbonne, car c’est depuis l’intérieur du Royaume-Uni que l’artiste A.k.Adrix – anciennement connu sous le nom de P. Adrix – diffuse ses beats de batida. Ce condensé de kuduro, de zouk, de batucada, de kizomba, de tarraxinha et de house sont des héritages du continent africain, qui peuvent se résumer en un mot : batida, que l’on peut traduire par « mon rythme ». Transposés sur une musique électronique frénétique, ils permettent à la communauté afro-immigrée de Lisbonne d’exister au sein d’une société encore bien souvent imprégnée de racisme.

Écoutez ici.

¡Bailalo Duro!
Nkumba System 

Entre Colombie et Afrique Centrale, ce brassage de percussions endiablées, de chants afro-colombiens et de guitares électriques « à la camerounaise » concocte un album énergisant dont le seul but est de nous faire danser. En embarquant sur le disque, le makossa camerounais croise la route de la cumbia colombienne, la rumba zaïroise côtoie le currulao de Marimba, qui se fond dans le blues du désert malien.

Écoutez ici.

The Cornerstone EP
DarkoVibes

Alors que son premier album Kpanlogo explore le riche héritage afrobeats et highlife ghanéen de Darkovibes, The Cornerstone met en avant la diversité d’un véritable artiste qui couvre d’innombrables genres, et dont l’influence lui a valu d’être cosigné par certains des artistes africains les plus recherchés, dont WizKid, Mr. Eazi, R2bees et Stonebwoy. Sa capacité à fusionner sans effort de nombreuses langues – dont l’anglais, le pidgin, le ga et le twi – reflète la nouvelle vague de la musique africaine qui ne se limite pas aux frontières nationales ou continentales.

Écoutez ici.

Maloca, Vol. 1
Maloca

Le label Maloca sort sa toute première compilation en collaboration avec huit artistes internationaux, venus de Lituanie, Mexique, Pérou, Portugal, Etats-Unis, Royaume-Uni et Belgique. Dans un esprit résolument club et tribal, les producteurs mêlent électronique et éléments acoustiques, souvent percussifs. C’est la quatrième sortie de ce label lancé par le Bruxellois Le Motel, producteur pour Roméo Elvis ou YellowStraps, dont l’intention est de proposer une musique dansante et worldwide, avec un regard tourné vers le futur. On y retrouve les expérimentations afro-péruviennes de Dengue Dengue Dengue -qui sont décidément partout-, les polyphonies boisées de Coen, le kuduro nerveux d’Omaar, ou encore une contribution gqom du fondateur du label, qui propose l’inspiré « Durban ». 

Écoutez ici.

Également sortis cette semaine :

  • Nico.wav – I’ll Explain Later
  • Naza – Gros bébé
  • Mapara A Jazz – John Vuli Gate
  • Rowlene – 11:11
  • Masego – Studying Abroad
  • Senzo Afrika – Valley Of A 1000 Hills
  • Seba Kaapstad – Konke
Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé