→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

10 albums à écouter cette semaine

Cette semaine, Muzi vise l’espace tandis que Headie One et Ray BLK se tournent vers leur passé. David Walters remixe son dernier album, pendant que Vanyfox, Makossiri et XXIII explorent la musique club. Lucasrap et Kid X rappent leurs meilleurs couplets, tandis que Ycee raconte l’amour en chanson. 

Interblaktic

Muzi

Interblaktic est une continuité de l’exploration de Muzi de l’espace africain, thème déjà abordé dans son Afrovision sorti en 2018, en se présentant par son alter ego le Zulu Skywalker. L’album est bien ancré dans le présent et la philosophie du afronowisme : les artistes africains sont géniaux maintenant et non pas seulement dans le futur ! Optimiste, exaltant et d’un autre monde, le projet est la chronique d’un voyage vers Mars, d’un retour à la maison et de la prise de conscience de l’importance de l’amour. « Quand je n’étais qu’un enfant, j’étais obsédé par tout ce qui avait trait à l’espace et aux étoiles », a-t-il déclaré à PAM dans une interview à venir. « Et puis quand j’ai commencé à me mettre à la musique, j’ai gravité vers la musique qui avait ce genre de thème. D’où toute cette histoire d’électronique. »

Ecoutez ici

Too Loyal for My Own Good

Headie One

Le titre de la quatrième mixtape solo de Headie One, « Too Loyal for My Own Good », lui est venu lors d’une conversation avec sa sœur, poursuivant ainsi le thème de la famille après avoir dédié son premier album EDNA à la mémoire de sa défunte mère. Le projet s’appuie sur des souvenirs douloureux et des réflexions sur les malheurs de son entourage, afin d’appréhender sa propre nature. Guidé par un dialogue personnel sincère et immergé dans des productions familières (Quincytellem, M1onthebeat, The Elements), Headie One est obsédé par le règlement de vieux comptes (« 2 Chains« ) et la nécessité de dépasser les problèmes très médiatisés de son passé (« PTSD »), tout en rejetant les pièges de sa célébrité croissante (« Nothing to Me »). 

Ecoutez ici

Volume 10

XXIII

Ce vendredi, le Portugal lève enfin les restrictions autour des clubs. C’est donc avec une certaine dose d’excitation que l’équipe de XXIII s’apprête à retourner derrière les platines et retrouver l’effervescence nocturne. Pour marquer le coup, le label basé à Porto sort une nouvelle compilation, leur dixième depuis leur début en 2015, en forme de déclaration d’amour à la diversité qu’englobe le terme « club music ». A l’instar de précédents opus entièrement dédiés au funk 150 BPM ou au Megatron, deux sous genres du baile funk brésilien, ce nouveau chapitre offrira quant à lui un large panel de ce que la scène électronique portugaise à a offrir de meilleur, avec de nombreux producteurs nationaux aux commandes des morceaux, mais pas seulement.

Ecoutez ici

Juicy Juicy

Makossiri

Le premier EP de la DJ et productrice kényane Makossiri est accompagné du clip de son titre « Juicy Juicy ». Sorti sur Hakuna Kulala, sous-label de Nyege Nyege Tapes, l’EP comprend une collaboration avec le maestro du synthé basé à Alexandrie, Yunis. S’inspirant de la mythologie égyptienne, de l’afrofuturisme et de la politique radicale, Makossiri impressionne par son cocktail désordonné de techno, de noise industriel, de post-punk et de sons club expérimentaux. Des morceaux d’expérimentations Est-Africaines comme « Lifeline » et « Moving On » sont particulièrement explosif, avec leurs basses sismiques qui secouent les pistes de danse et des synthés robotiques et maladroits.

Ecoutez ici

Love Drunk

Ycee

Sur Love Drunk, Ycee raconte les différentes phases d’une romance florissante. Sur l’ensemble du projet, la star de l’afro-fusion détaille sa narration avec une clarté pointue, réfléchissant au pardon sur « My Ways » tout en surfant sur les vagues douces de « Intentionally » pour promettre une dévotion totale à un intérêt romantique et célébrer la chaleur de l’amour sur « West Indies ». L’ambiance devient plus intense, laissant place à la confiance fanfaronne de « Nu Riddim » et à une réunion rythmée entre Ycee et Patoranking (« Aunty Lovina »), clôturant le projet. 

Ecoutez ici

031 To The World

Lucasraps

Sur ce premier album, Lucasraps crée un espace pour que sa nervosité, très présente sur ses premières œuvres, puisse s’exprimer. Rendant hommage à son éducation à Durban, ses épreuves et ses triomphes, 031 To The World met en avant du rap hardcore et de l’énergie brute (« Lucas Raps », « Preach ») comme des vibrations plus mélodiques et décontractées qui le voient mettre ses émotions à nu (« Mud »). Les productions sont signées par des poids lourds du hip-hop new age sud-africain comme Gemini Major, Christer et Vaughn Fourie.

Ecoutez ici

Nocturne Remixes

David Walters

Quelques mois après la sortie de l’album Nocturne de David Walters, l’auteur-compositeur-interprète marseillais se réinvente d’une manière créative dans ce nouvel EP avec des DJ et des producteurs d’Europe et des Caraïbes. Alors que Nocturne était profondément intime et méditatif, l’EP de remixes contraste cette ambiance avec ses voix et ses visions internationales. Le projet met en avant une équipe de DJ et de producteurs de France (Folamour, Synapson, Patchworks/Voilaaa, Woodini), d’Allemagne (Henrik Schwarz), du Portugal (Batida), des Pays-Bas (Pushin Wood) et de Guadeloupe (Déni-Shain, Mister Francky).

Ecoutez ici

Crazy Times

Vanyfox

Dans ces cinq titres composés pendant le premier confinement comme une forme de thérapie, le DJ et producteur luso-angolais véhicule un message d’espoir et d’abnégation. Au travers de ses productions batida mélodiques et solaires, dans la continuité de ses récentes compositions (compilations Enchufada, 99Ginger), Vanyfox continue son exploration du dancefloor, alliant avec élégance ses influences portugaises et angolaises. Proche du collectif Moonshine, le producteur sort ce projet sur Boukan Records, géré par les activistes de la fête parisienne Bamao Yendé

Ecoutez ici

Father of Zen

Kid X

Father of Zen est le troisième album studio du rappeur sud-africain Kid X. Le projet reflète la carrière et l’état d’esprit de l’artiste et parle de guérison, de conscience de soi et de souci des autres. A travers 13 titres, il permet à ses fans de découvrir ses expériences les plus personnelles – la naissance de sa fille, sa relation avec sa femme et l’expérience de la paternité. « Je pense vraiment que je me suis lancé dans ce projet avec un plus d’attention pour pouvoir exprimer ce que je veux voir lorsque le monde sortira de la situation actuelle. Il va falloir des vrais artistes pour donner de l’espoir aux sans-voix », nous a-t-il dit dans une interview à paraître. 

Ecoutez ici

Access Denied

Ray BLK

Access Denied est le portrait d’une artiste confiante qui ne se laisse plus impressionner par les bruits extérieurs et qui refuse d’accorder du temps à ceux qui ne sont pas à la hauteur de son énergie. Les précédents albums, Durt et Empress, étaient à la croisée des chemins entre le R&B, la soul et le hip-hop, mais cet album est un véritable projet crossover, chargé de 808s et de rythmes trap, avec un mélange de lyrisme rap et de chants sulfureux. Cette confiance en soi s’accompagne d’une volonté d’être vulnérable, et des morceaux comme « 25 » ou « Baggage » sont de franches confessions. Dans les thèmes abordés, on retrouve la violence que son père a infligée à sa mère, la rage qui suit un chagrin d’amour, la toxicité et la beauté Noire. 

Ecoutez ici

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé