→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

M.anifest crache son « Scorpio Flow » dans un nouveau clip

En plus de ce nouveau visuel, le rappeur dévoile enfin la date de sortie de son prochain album, Madina To The Universe

Après le romantique « La Vida », M.anifest affirme son côté egotrip avec « Scorpio Flow ». Sur une instrumentale épurée et percussive, le natif de Madina rappelle à son public et à ses concurrents sa place inégalée dans l’écosystème musical africain. Le rappeur est clairement au top de sa forme, démontrant ses compétences lyriques avec des jeux de mots complexes, une cadence assurée et des flows multiples.

« ‘Scorpio Flow’ est un rappel », confirme M.anifest. « Un rappel que sous mon extérieur cool se cache une mer de feu. Je pense souvent au fait d’être de signe Scorpion et c’est la représentation musicale de cette pensée ; indompté, implacable et féroce quand il s’agit de mon art ». L’artiste donne également un aperçu de la façon dont le titre est né, ajoutant que « l’album était déjà terminé lorsque ‘Scorpio Flow’ a été enregistré. C’était censé être un freestyle aléatoire, mais il était si immédiat et qu’il est devenu un ajout important à l’album. C’est fou qu’il se soit retrouvé en single ».

Continuant à représenter sa ville natale de Madina tout au long du déploiement de cet album, M.anifest est retourné à l’endroit qui a façonné ses années de formation pour ce clip « brut et minimaliste, à l’image du morceau. Nous sommes allés directement dans mon quartier et nous avons simplement capturé la vibe locale ». Ce titre nous rapproche du très attendu cinquième album studio de M.anifest, Madina To The Universe (MTTU), dont la sortie a été annoncée pour le 28 octobre.

Écoutez « Scorpio Flow » dans notre playlist Pan African Rap sur Spotify et Deezer.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé