→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Alsarah & the Nubatones - Men Ana (من انا)

Alsarah & the Nubatones rendent hommage aux révolutionnaires avec « Men Ana »

Dans ce nouveau single, le groupe américano-soudanais met à l’honneur la jeunesse qui résiste dans le pays le plus arabe d’Afrique.

Née à Khartoum, Alsarah est une chanteuse, mais aussi une ethnomusicologue. Ses parents, militants en faveur des droits humains, se retrouvent menacés par le coup d’Etat de 1989 d’Omar el-Bechir. Alsarah est ainsi contrainte de quitter son pays natal à huit ans pour le Yémen, jusqu’à la guerre civile de 1994. Elle finit par vivre aux États-Unis, en tant que réfugiée. La musique lui permet durant cette période difficile de s’évader, tout en maintenant un lien avec ses racines. En 2010, l’artiste fonde le groupe Alsarah & the Nubatones, aux côtés de sa soeur Nahid, du bassiste Kodjovi Mawuena, du percussionniste Rami El-Aasser et de l’oudiste Haig Manoukian, désormais remplacé par Brandon Terzic.

Leur nouveau titre « Men Ena » a d’abord été écrit au début de l’année 2019, en pleine révolution soudanaise. Deux ans plus tard, Alsarah se questionne quant à l’avenir de son pays natal, à la fois déçue et toujours aussi révolutionnaire. Elle explique ainsi : « À travers cette chanson, j’espère définir mon être à travers les joies des souvenirs du passé, et ceux à venir. Une chanson pour planifier la joie que vous souhaitez avoir et concentrer l’esprit sur l’essence de qui vous souhaitez être afin que l’avenir puisse se produire. » Le clip a été tourné au Soudan, en février 2020, par une équipe entièrement soudanaise. Alsarah le définit ainsi : « C’est une œuvre d’amour qui est notre cadeau à nous-mêmes. » La date de sortie de ce single n’est pas anodine. Il s’agit de l’anniversaire de plusieurs événements mémorables dans l’Histoire politique soudanaise de 1985 à 2019, du coup d’État aux manifestations gigantesques dans l’ensemble du pays.

Dans le clip, nous voyons une jeune femme, en proie à l’amour, puis au désarroi face à un avenir semblant toujours aussi peu prometteur. Alsarah y chante, de façon éminemment poétique : « Qui suis-je, si je n’ai pas sangloté pour toi d’amour, mon pas assuré sur la route de ton destin ? Qui suis-je face à une impasse ? C’ est un moment de quiétude avant les tempêtes de sable et j’étais debout attendant que tu me dises qui suis-je. » La réalisatrice du clip, Mai Elgizouli, explique son ressenti lorsqu’elle a entendu pour la première fois cette chanson : «  La première scène que je me souviens avoir imaginée était une fille debout seule, son bien-aimé avait disparu devant elle lors des événements de la dispersion de la grève au QG, et quand elle est revenue à la maison et a essayé de l’appeler… Elle se fichait de savoir s’ il vivait ou mourait face à l’intensité de sa tristesse et de son cœur brisé. »

La réalisatrice ajoute que ce clip vise à inciter les survivants, suite à des événements traumatisants, à ne pas subir de culpabilité, en apprenant à valoriser leur propre vie :  « J’ai commencé à réfléchir davantage au sujet de la santé mentale et à l’importance de l’art et de la musique, en particulier pendant une période comme celle-là, en nous permettant de nous accepter et réaliser l’importance de notre guérison émotionnelle. » Ce projet constitue également une ode à la pop culture soudanaise : « J’ai également proposé à Alsarah de raviver dans l’esprit des gens leurs souvenirs de séries télévisées soudanaises d’époque telles que « Aldhbabia », « Dakeen », « Aqmar Aldhwahi », etc. La production télévisuelle soudanaise de séries à l’eau de rose s’est arrêtée pendant de nombreuses années pour diverses raisons politiques et un mépris de la nation envers les acteurs et la production télévisuelle en général. »

Retrouvez Alsarah & the Nubatones dans notre playlist Songs of the Week sur Spotify et Deezer.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé