→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Raúl Monsalve dans un live endiablé à découvrir sur la chaîne Youtube de PAM

Durant ce live enregistré au Pôle Musical d’Orgemont, en février 2021 à Epinay-sur-Seine, l’artiste vénézuélien continue son cheminement musical vers l’Afrique, entre rythmes ancestraux afro-vénézuéliens au jazz, à l’afrobeat et à l’électro.

Raúl Monsalve, installé à Paris, a dédié son dernier album Bichos, aux traditions musicales vénézuéliennes et à la liberté de s’en affranchir. Ce projet fait suite à La Candela del Rio avec le quatuor folk Insolito Universo, où Raúl Monsalve invoquait les musiques des plaines, à travers la voix de Maria Fernanda Ruette. L’artiste de post-rock et de jazz-funk continue ainsi son cheminement musical vers l’Afrique, en évoquant « tous les dirigeants politiques qui favorisent la division des peuples, qui parlent de solidarité, mais ne manquent pas l’occasion de voler de l’argent public, des médiocres qui sont au pouvoir depuis trop d’années au Venezuela, mais aussi dans bien d’autres pays ».

Durant ce live endiablé, Raúl Monsalve était accompagné par plusieurs musiciens, à l’instar d’Edgar Bonilla aux claviers, de la chanteuse Lya Bonilla, de Nando Guerrero à la flûte, d’Yves Prudhomme aux percussions, de Mario Orsinet à la batterie ou encore d’Andrés Vela au saxophone. Il affirme ainsi : « La démarche c’est d’aller le plus loin possible en matière de tradition tout en gardant un esprit de reconstruction et de destruction à la fois. Il s’agit de trouver un équilibre entre le respect de la tradition et une totale liberté créative. » Il ajoute : « L’idée est de mettre en valeur la richesse de la musique vénézuélienne sans laisser de côté toutes les influences que des musiciens qui ont grandi dans des villes comme Caracas, Londres ou Paris peuvent apporter. Parce que la musique traditionnelle peut vivre en ville et n’est pas condamnée à rester uniquement dans des musées. » De quoi s’amuser chez soi, malgré le couvre-feu.

Ne manquez pas ce live, à découvrir sur notre chaîne Youtube.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé