→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Découvrez le festival Jazztropicante tous les soirs du 5 au 11 avril avec PAM

Pour sa première édition virtuelle, le festival continue d’explorer les échanges musicaux franco-colombiens, où affleure souvent l’héritage afro. Rendez-vous tous les soirs sur la page Facebook de PAM à 20 heures à Paris, du 5 au 11 avril, pour un cocktail explosif.

Soutenu par l’Institut Français et l’Institut des arts de la Mairie de Bogota, capitale de la Colombie, ce festival – dont c’est la quatrième édition – permet de réunir vingt-quatre artistes, originaires des deux côtés de l’océan Atlantique, qui ont à distance composé et enregistré huit pièces musicales inédites.

Chaque soir à 20 heures, du 5 au 11 avril, le festival dévoilera la vidéo d’une de ces créations, un morceau en forme de shoot quotidien. La série de titres produits balaie un large éventail de styles et d’humeur, en associant des artistes issus de cultures et de pratiques musicales éclectiques. Cette année, Jazztropicante a mis l’accent sur les collaborations féminines,  ainsi que sur celles qui associent des musiciens qui vivent et jouent dans les régions et non dans les capitales française et colombienne. Des rencontres virtuelles et webinaires auront également lieu, afin de discuter des nouveaux enjeux de la scène indépendante et des alternatives déjà menées par certains collectifs.

Jazztropicante

Parmi les invités du festival, nous retrouvons notamment Jenn del Tambó, une percussionniste ayant consacré sa vie à la musique traditionnelle de la côte caribéenne de la Colombie. Jouant auprès d’Orito Cantora, cette artiste est très inspirée par les sonorités afro-colombiennes. Très engagée, elle a fondé le collectif Red de Tamboreras, exclusivement féminin, afin de permettre à toutes les percussionnistes de sa ville natale d’exercer leur art, sans concession. Pour Jazztropicante, elle s’associe au pianiste jazz martiniquais Grégory Privat et à l’une des vedettes de la champeta, le guitariste El Proprio Kachako. Ensemble, ils ont composé le titre « Colombiadinina ».

Mariazú participe également au festival. Une présence évidente, tant à elle seule elle représente ces rencontres franco-colombiennes. Sa « devise » : « Nous aimons les Caraïbes, le Pacifique, les Balkans et Paris, tous ensemble ! Alors, écoutez et bougez-vous ! » Mariazú y interprétera « Juntas », aux côtés de la chanteuse Maria, originaire de Neiva, et de la bassiste, chanteuse et productrice Brina Quoya. Entre jazz, folk et R&B, « Juntas » constitue un hymne à la sororité, dans le monde entier.

Nous pourrons aussi y découvrir Natascha Rogers, d’origine états-unienne et la plus hollandaise des percussionnistes afro de Paris, passionnées par les tambours bata. Cette fois-ci, elle sera accompagnée par la batteuse, chanteuse et multi-percussionniste Gabriela Sossa et Maria Elena Anchico, grande interprète de la Marimba de Chonta (le « balafon » de la côte pacifique de Colombie). Là encore, il s’agit de promouvoir la puissance des femmes, dans toute leur diversité.

Jazztropicante

Bref, la liste des musiciens participants est trop longue pour la détailler ici, mais l’essentiel est de se laisser surprendre et porter par cette édition inédite du festival Jazztropicante.

Ne manquez surtout pas son RDV en ligne, à suivre sur notre page Facebook, chaque soir, du 5 avril au 11 avril, à 20h !

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du festival Jazztropicante.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé