→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

9 albums à écouter cette semaine

Ballaké Sissoko rassemble de nombreux artistes autour de sa kora, de la même façon que Peruzzi et Kamo Mphela réunissent plusieurs musiciens pour nous faire vibrer. Yinoluu & Riverays nous font découvrir la scène alté, tandis que SDM, protégé de Booba, renouvelle le rap français. Samba Touré rend hommage à sa terre natale, tout comme Music Yared tente de créer un pont entre l’Afrique de l’Est et l’Océanie. Quant au label Habibi Funk, il nous permet de revisiter l'œuvre de Rogér Fakhr.

Djourou
Ballaké Sissoko

Se rassembler, s’unir et mieux faire entendre l’unicité de la diversité : voilà la profession de foi de Djourou, quatrième album du maestro malien sur le label No Format. D’Oxmo Puccino à Camille en passant par Salif Keita et sa nièce Sona Jobarteh, ce nouvel album réunit avec goût des artistes de tous horizons autour de la kora de Ballaké Sissoko. Il explique l’objectif de ce projet, « djourou » signifiant « corde » en malinké : « C’est une métaphore de l’union de ceux que j’ai réunis afin qu’on soit lié par une même corde pour réaliser quelque chose qui indique le bon chemin à tout un chacun, qu’on soit unis par un bel esprit, pour accomplir l’exhortation de ceux qui nous ont donné la vie. »

Écoutez ici

Rum & Boogie
Peruzzi

L’artiste éminemment reconnu au sein du milieu de l’afrobeats dévoile son nouvel album, dont l’objectif est ainsi défini : « Nous ne sommes rien sans lutte. Cela fait de nous ce que nous sommes. Le destin n’est pas une question de chance mais une question de choix. Soyez malheureux, ou motivez-vous. Ce qui doit être fait est toujours votre choix. Bienvenue à Rum & Boogie. » Nous y trouvons également plusieurs artistes célèbres, à l’instar de Fireboy DML ou encore Tiwa Savage.

Écoutez ici

Binga
Samba Touré

Le chanteur et guitariste dédie son quatrième album à la ville de son enfance, dont il demeure éternellement amoureux. Malgré les conflits militaires au nord du Mali, qu’il évoque au sein de son album Albala en 2013, Samba Touré est ravi de retourner sur sa terre natale afin de nous partager ce qu’il définit comme de la « pure musique songhaï », fortement teintée de blues. Il s’agit d’une véritable introspection culturelle, rendant à la culture songhaï ses lettres de noblesse, dans la continuité de son premier album Songhaï Blues, Homage to Ali Farka Touré. Néanmoins, le label Glitterbeat Records, accompagnant Samba Touré depuis des années, définit Binga comme « la plus intime » de ses œuvres.

Écoutez ici

Nkulunkulu
Kamo Mphela

La chanteuse sud-africaine sort son deuxième EP, introduit par une prière. Elle la définit ainsi : « Nkulunkulu est essentiellement une prière à Dieu. C’est la raison pour laquelle le titre est si différent de toutes mes chansons vedettes. » Quant au reste de l’EP, elle le résume ainsi : « Les autres chansons, c’est juste des ambiances ! Des vibrations pour les gens de la rue, pour les filles qui veulent juste danser… et ne pas prier. » Nouvelle ambassadrice de l’amapiano, de la dance music, de l’afrobeats, du kwaito ou encore du gqom, la jeune artiste de 21 ans prône également l’art collectif : « Certaines personnes veulent juste que leur ego soit flatté plutôt que de faire avancer les choses. Imaginez si tous les artistes amapiano allaient au Kenya pour faire un show ! Ce serait plus puissant que tout. » Sur son album figurent ainsi Vigro Deep, MFR Souls, Reece Madlisa ou encore Zuma.

Écoutez ici

Petal Scent
Yinoluu & Riverays

Yinoluu est un producteur d’origine nigériane. Il se définit comme de la mouvance alté, un genre musical alternatif, influençant de plus en plus la jeunesse ouest-africaine. Il la définit ainsi : « L’Alté, c’est un mélange d’influences. On a grandi au Nigéria donc il y a déjà l’esthétique et la culture nigérianes en nous, mais par exposition ou expérience, d’autres influences pénètrent ce qu’on fait. » Il ajoute : « Les gens ont écouté du hip-hop toute leur vie, et puis la scène Alté leur montre une autre façon de faire du hip-hop. » Le producteur du « Alté Cruise » d’Odunsi continue son exploration de l’alté avec l’EP Petal Scent, très groovy, en collaboration avec Riverays, duo de R&B alternatif nigérian basé en Ukraine et est constitué par Iver Rivers et Ray Boffin. Inspirés par tous les arts, de la photographie au cinéma, en passant par l’architecture, ils jouent avec les codes de l’afropop, du hip hop et du R&B.

Écoutez ici

Sindayo (Mikey Young remixes)
Music Yared

Le groupe Music Yared est formé par Anbessa Gebrehiwot et Haftu Reda, originaires d’Érythrée et d’Éthiopie. Ces musiciens maîtrisent notamment le krar, lyre à cinq cordes, ainsi que le masinko, un violon à une corde. Haftu Reda rencontre Anbessa Gebrehiwot en Australie, avant de croiser ensemble le producteur Dale Gorfinkel au centre de ressources pour demandeurs d’asile de Melbourne, à l’initiative du projet Music in Exile. Son objectif ? Créer un espace d’expression artistique pour toutes les personnes issues de diverses cultures en Australie. Suite à leur album éponyme sorti en 2020, évoquant leur déracinement, Music Yared revient avec un nouvel EP de remixes de cet album, effectué par le producteur australien Mikey Young, très connu à Melbourne. Un véritable pont entre le passé et le présent, porteur d’espoir pour de nombreux immigrés.

Écoutez ici

Ocho
SDM

Né à Clamart, SDM est bercé par la rumba congolaise durant toute son enfance. Passionné par le rap depuis le collège, il se lance sur YouTube, avant d’être vite remarqué par Booba. Le géant du rap lui propose même de signer sur son label 7Corp – 92i : « Booba m’a fait un honneur. Je n’aurais jamais imaginé ça dans ma vie. » Il consacre son premier album aux expériences de la rue : « Je ne raconte que ce que je connais, que ce que j’ai vu et vécu en traînant dehors. C’est la rue qui me porte et m’inspire quand j’écris, l’amour de la musique aussi. »

Écoutez ici

Fine Anyway
Rogér Fakhr

Le label Habibi Funk poursuit son exploration de la musique libanaise des années 70 avec la sortie de l’album du chanteur, compositeur et guitariste Rogér Fakhr. Cette figure culte de la scène de Beyrouth est notamment connu pour avoir accompagné Fairuz, perçue comme la plus grande chanteuse du monde arabe. Il avait enregistré quelques chansons folk et pop, entre Paris et la capitale libanaise, en pleine guerre civile. Habibi Funk nous partage donc ce recueil musical, à l’image de l’âge d’or de la culture libanaise.

Écoutez ici

4:00 am
Delgres

Dans ce nouvel album, le trio formé par Pascal Danae, Baptiste Brondy et Rafgee rend hommage aux ouvriers, se réveillant à quatre heures du matin. Vêtus d’un bleu de travail, les musiciens chantent sur l’exil, le déracinement ou encore l’esclavage moderne. Leurs mots, leurs batteries, leurs guitare et leur sousaphone sont au service de la dénonciation des peines vécues par tant de personnes exploitées, à l’instar du single « Aléas », transformant le désespoir en une solidarité. Delgres demeure notamment guidé par une dates-clé : 1802, année de la proclamation anti-esclavagiste de Louis Delgrès en Guadeloupe.

Écoutez ici

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé