→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Ami Faku sera en direct sur Stageit ce mercredi

La chanteuse retrouvera enfin ses fans lors d’un concert virtuel, tenu ce mercredi 7 avril. Entre deux répétitions, la chouchou Sud-Africaine a pris le temps de nous parler de ses deux dernières années, ses succès récents et son prochain album.

Qui est Ami Faku ? Avec son tendre premier album Imali (2019), elle n’est rien de moins que l’artiste féminine sud-africaine la plus streamée de 2019. Si la chanteuse originaire de Gqeberha (ex-Port Elizabeth) avait eu un avant-goût de la célébrité en 2017 avec sa prestation à The Voice SA, Imali et le succès du projet Afro-Soul/SA House ont bouleversé sa vie, et l’ont présentée de la meilleure des manières à sa nation aimante. “Quand j’ai sorti Imali, ma vie était plutôt normale”, nous raconte-t-elle. “J’allais encore à l’école, je vivais mon ancienne vie simple… Puis ça a radicalement changé. Les gens vous connaissent soudainement, la pression arrive, et il y a encore d’autres changements ! Pour moi, tout ce projet n’était qu’une confirmation que je peux produire un ensemble de morceaux cohérent, et avoir une collection de chansons qui a du sens et qui résonne avec les gens”. L’énorme engouement suscité par Imali a définitivement solidifié la position de l’artiste sur la scène, et lui a permis au cours des deux années suivantes de collaborer avec la crème des producteurs sud-africains, élargissant son audience dans tout le pays – et dans le monde entier. Une séance de studio avec le producteur Prince Kaybee, par exemple, a débouché sur le désormais classique “Uwrongo”, une chanson conseillant de “quitter les relations toxiques”. Le titre s’est rapidement répandu hors d’Afrique du Sud, se retrouvant même sur le top des morceaux de 2020 d’un certain Barack Obama. “C’était tellement cool que j’ai dû vérifier si c’était vrai”, déclare-t-elle en riant. “J’étais à la fois surprise et heureuse, parce que je chante en isiXhosa et j’ai toujours voulu être appréciée pour ma langue maternelle et pour être sud-africaine, sans avoir à changer cela. C’était comme une confirmation que j’allais dans la bonne direction”. Un autre collaborateur régulier de la chanteuse a été Sun-El Musician, acclamé par la critique pour ses projets et leur titre commun “Into Ingawe”. “C’est un gars génial avec qui travailler, il est très productif en studio, il y a beaucoup de choses à apprendre de lui”, nous dit-elle. “Et nous sommes surtout amis à ce stade, vous ne pouvez pas faire autant de musique avec des personnes avec lesquelles vous ne vous entendez pas bien”.

Ami Faku, Blaq Diamond – Imali Visual Story 

Pour Ami, devenir l’une des chanteuses préférées de l’Afrique du Sud a rempli les deux dernières années de musique, de victoires, de festivals et de collaborations fructueuses. Pourtant, en 2021, il est difficile pour des artistes comme elle de profiter des fruits de leur travail. “Ça a été terrible financièrement”, soupire la chanteuse. “Ça a été dur, on n’a absolument pas réussi à se créer des revenus grâce aux shows”. Cette difficulté a une résonance singulière en Afrique du Sud où les concerts et les spectacles, en plus d’être la première source de revenus des artistes, occupent une place particulière dans le cœur des gens. “Les Sud-Africains sont si gentils et accueillants, ils aiment interagir entre eux et rencontrer d’autres fans lors des festivals. On aime vraiment particulièrement s’amuser, être avec les gens”, explique-t-elle. Pourtant, dans le vide obscur que la pandémie a créé à l’échelle nationale, la chanteuse a réussi à trouver et à transmettre de l’espoir à travers son art. Elle l’a fait d’une part avec « Lala Ngoxolo » (avec le rappeur Emtee), une chanson destinée à “célébrer la vie de ceux que nous avons perdus” en ces temps troublés. Elle l’a fait d’autre part en s’immergeant profondément dans le studio, un univers qu’elle comprend et maîtrise encore. “Le début de la pandémie, ça a été le moment d’enregistrer pour moi”, raconte-t-elle. “J’avais enfin du temps pour moi ! On a passé vraiment beaucoup de temps en studio”. Ces sessions musicales intimes ont servi à construire progressivement le prochain album de la chanteuse, qui devrait normalement sortir cette année. Dans ce triste timing, que peut-on attendre du projet ? Nostalgie et mélancolie ou force et espoir ? “Mec, je suis une musicienne triste !”, rie-t-elle. “Mais il y a plus que ça en moi, et mon prochain album montrera certainement plus qui je suis. C’est de la tristesse, du bonheur, et beaucoup plus de choses sur moi que je vais révéler”. En attendant, pour en savoir un peu plus sur Ami Faku, nous la retrouverons en direct sur Stageit le 7 mars. 

Ne manquez pas le concert qui aura lieu le mercredi 7 avril, et prenez vos tickets sur Stageit.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé