Le festival Trans Musicales de Rennes dévoile sa programmation complète

Les 41èmes Rencontres Trans Musicales de Rennes se dérouleront du 4 au 8 décembre 2019. Les années passent, mais le festival breton garde une fraîcheur intacte grâce à l’éclectisme et au foisonnement de talent de sa programmation. Petit tour d’horizon de nos artistes favoris que vous pourrez retrouver lors de cette édition.

Né un soir de juin 1979, « Les Trans », comme on les appelle plus communément, est un festival devenu rapidement un rendez-vous incontournable, avec au fil des années cette volonté de se vouloir défricheur de talents. Avec cet esprit de découverte, l’événement s’est naturellement spécialisé dans les échanges qui se jouent des frontières, à travers les continents ou les familles musicales.

Ainsi, c’est plus de 49 pays et une vingtaine de langues qui seront représentés dans la programmation de cette nouvelle édition. Entre l’afro-electro aux origines diverses des Congolais de Bantou Mentale, l’acid house teintée de musiques orientales des Acid Arab, le cocktail détonnant afro de kuduro et rythmes congolais de la jeune Coco EM tout droit venue de Nairobi, ou encore l’iconique artiste du Somaliland Sahra Halgan c’est plus de 87 propositions artistiques à découvrir. Sans plus tarder, voici une sélection de quelques noms qui ont retenu notre attention et à ne surtout pas rater.


Acid Arab

Trois compilations, une création de label et des dizaines de dates turbulentes aux quatre coins de la planète plus tard, Acid Arab est une histoire de potes. Désormais devenue un quintet, la fondation même du groupe est liée à une amitié fondatrice, celle entre Hervé Carvalho et Guido Minisky, qui vont s’entendre pour chérir une nouvelle muse : les musiques panarabiques et le panthéon musical de l’autre rive. Jdid, leur nouvel album sorti le 18 octobre dernier, chez l’excellent pot belge  est une balle, un album serré, tendu, farci de featurings hyper excitants — d’Ammar 808 à Sofiane Saidi — et pourtant très cohérents. À ne pas manquer.

Date : Samedi 7 décembre


Coco EM

DJ kényane basée à Nairobi, Coco Em s’est d’abord initiée au mix via sa passion pour le hip-hop avant d’évoluer vers des sons afro-electro et afro-house riches de nombreux styles d’Afrique centrale et australe (kuduro, kwaito, soukous…). Après avoir enregistré une session Boiler Room à Nairobi et avoir été invitée sur les meilleurs événements électroniques africains (de l’Afrique du Sud à la Tunisie en passant par l’Ouganda et le Niger), Coco Em diffuse donc désormais ses rythmes contagieux dans le monde entier, à commencer par la France et les Trans Musicales.

Date : Samedi 7 décembre


 Sahra Halgan

Sahra Halgan est une artiste iconique du Somaliland, pays indépendant depuis 1991, mais non reconnu par la communauté internationale. Elle fonde le Sahra Halgan Trio au début des années 2010 en compagnie de deux musiciens lyonnais, Aymeric Krol et Maël Salètes, mais le groupe ne suscite qu’un engouement assez confidentiel. Sahra a déjà tourné ces dernières années au sein du Sahra Halgan Trio en France, Europe, Afrique, Chine et Japon. Elle présentera pour la toute première fois sous son unique nom ce nouvel album Waa Dardaaran aux Trans Musicales.

Date : Jeudi 5 décembre


Bantou Mentale

Le groupe né dans le quartier de Château Rouge à Paris, composé du chanteur Apocalypse, du batteur Cubain Kabeya, du guitariste Chicco Katembo et du producteur Doctor L vont livrer un premier album attendu pour le 25 octobre. Le collectif congolais estampillé afro-punk de par leur énergie débordante, brasse bien d’autres genres différents comme le dub, le rock jusqu’à l’électro avec toujours pour point d’appui les rythmes africains.

Date : Mercredi 4 décembre


Continuadores

Créé par deux artistes multi-instrumentistes (Ailton José Matavela et Tiago Correia-Paulo), Continuadores est un projet audiovisuel qui rend un hommage nostalgique aux premières années de l’indépendance du Mozambique, à la révolution et à l’émergence de la mozambicanité (l’identité culturelle singulière et plurielle de cette nation). Le duo propose ainsi un show onirique tout en clair-obscur dans lequel se déploie la superbe voix de Matavela au milieu de volutes électroniques, traçant ainsi les contours d’une pop sensible et romantique.

Date : jeudi 5 décembre / vendredi 6 décembre


Art Melody

Originaire du Burkina Faso, Art Melody est un rappeur au flow unique. Il puise autant son inspiration dans les incantations griotiques de sa mère, dans l’afro-soul des années 70, que dans le meilleur du rap new-yorkais (Busta Rhymes, Mobb Deep, Wu Tang Clan). Son nouvel album ZOODO (qui veut dire « Amitié », « Une main tendue vers l’autre ») sortira en novembre 2019 sur le label Miaou Records et Tentacule Records. Le disque est entièrement produit par le beatmaker français Redrum.

 Date : Jeudi 5 décembre


Songo

Projet né de la rencontre entre la chanteuse sud-africaine Sisanda Myataza, basée depuis peu à Bristol (UK), Yoann Minkoff et Mael (Loeiz) Danion (respectivement guitare/chœurs et claviers/ production du groupe City Kay) et le batteur, multi-instrumentiste Burkinabé Petit Piment. Ensemble il propose une musique résolument organique parsemée d’éléments électroniques. Les mélanges d’influences et d’origines du groupe permettent d’explorer et de connecter différentes facettes des Black & White music modernes.

Dates : jeudi 21, vendredi 22, samedi 23 novembre et samedi 7 décembre


 

Minyo Crusaders

Les Minyo Crusaders ont eu l’idée de reprendre un répertoire vieux de plusieurs siècles : le Min’yō. Ce sont des chansons populaires, celles qui se transmettent dans les villages et où on y parle de la gloire des samouraïs, des esprits cachés de la forêt, ou encore du plus petit oiseau du monde. Ils ont mis le tout dans une marmite de salsa, de reggae, et ont rajouté un zeste de jazz éthiopien, mais ont gardé la manière de chanter ces textes comme le faisaient leurs ancêtres.

Dates : Vendredi 6 décembre


Lous and The Yakuza

Marie-Pierra (aka Lous) a fui le Rwanda puis le Congo à cause de la guerre pour la Belgique, où elle arrive là-bas ado, sans parents, ni argent, ni logement. Elle fait alors la rencontre de Damso dont elle devient très proche (il la cite même dans « Kietu » : « j’ai marque sur le front telle Lous / J’suis l’savon qui ne fait plus du mousse »). En pleine éclosion, Lous elle sera la Création des 41èmes Trans Musicales.

Dates : mercredi 4, jeudi 5, vendredi 6, samedi 7 et dimanche 8 décembre


Jawhar

Winrah Marah est le dernier album de Jawhar, chanteur-compositeur originaire de Tunis. Influencée par « un printemps arabe qui se fane et autres évènements heureux contemporains », l’œuvre sortie au printemps 2018 est à la fois plus mordante et plus colorée que son prédécesseur, Qibla Wa Qobla. Châabi et folk-pop ciselés y cohabitent dans un équilibre quasi hypnotique.

Date : Vendredi 6 décembre


Chouk Bwa & The Ångströmers

Ce projet est le fruit de la rencontre aussi inattendue que pertinente entre le duo bruxellois The Ångströmers et le groupe haïtien Chouk Bwa Libète. Si les premiers sont connus des amateurs d’expérimentations bruitistes et de synthétiseurs modulaires, les seconds sont parmi les plus éminents représentants des musiques traditionnelles haïtiennes, notamment celles liées à la culture et au culte vaudou. Lorsque ces deux formations fusionnent, les traitements électroniques proches d’un dub hypnotique se mêlent aux chants incantatoires, aux danses et aux rythmes des percussions venus d’Afrique au XVIIe siècle. Un rituel totalement envoûtant.


Ozadya

Collectif et label qui rassemble rappeurs, DJ, producteurs, beatmakers, VJ, et graphistes, Ozadya agite depuis quelques années les nuits genevoises. YT Prod. et Pekodjinn, deux DJs et beatmakers du collectif, viendront proposer des mixes mêlant leurs sons de prédilection respectifs  : baile funk brésilien et trap pour YT Prod. et afro-electro, latin house et autres rythmes tropicaux bien chauds pour Pekodjinn. De quoi mettre le feu au Lac.

Date : Samedi 7 décembre


Amami 

Trio mixte formé par Ines Mouzoune (basse, voix, synthétiseur), Raphaël Anker (percussions électroniques, boîte à rythmes, EWI) et Gabriel Ghebrezghi (voix, clavier Casio), Amami propose sa propre vision d’une musique tropicale transcontinentale. Du rythme caribéen caractéristique du dancehall digital (le « dem bow ») aux mélopées d’Afrique orientale, en passant par un dub frénétiquement boosté à l’acid techno, l’inspiration des trois Genevois en matière de croisements dansants et exaltants semble tout simplement illimitée.

Date : Vendredi 6 décembre


Les Trans Musicales 2019 se déroulera du 4 au 8 décembre à Rennes, en France. Les tickets jours et pass sont d’ores et déjà mis en vente. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du festival.

Pour aller plus loin, on vous invite à retrouver la playlist officielle du festival ici.