→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Ayzon, sur les traces de J Dilla

Le beatmaker allemand aux racines angolaises fait ses débuts sur le label Jakarta avec un EP de hip-hop instrumental inspiré par J Dilla. PAM vous propose d’écouter le morceau « Headspace » en avant-première.

Ayzon a grandi dans une maison du sud de l’Allemagne, entouré d’amoureux de musique. Bien qu’installé en Europe, l’Afrique résonnait sur les murs du domicile familial, où son père DJ passait des plaques kizomba, merengue, salsa, funk et soul à longueur de journée. « Mon père jouait beaucoup de musique concentrée autour des rythmes et du groove, et ce sont deux éléments clés de ma musique », nous dit-il, revendiquant indirectement ses racines angolaises. Également catalysé par un grand frère qui l’a exposé au hip-hop dès l’âge de quatre ans, Ayzon se met à faire ses premiers tracks dans le grenier. Sur sa première mixtape officielle intitulée « X-Files », le jeune producteur de 21 ans samplait alors la musique afro-latine, des classiques angolais, et des sonorités brésiliennes.

Ayzon – Headspace

Bien que moins festif, son nouvel EP Invisible Man offre plus d’espace au beat et à la mélodie à travers six nouveaux morceaux profonds, qui le rapprochent un peu plus de ses maîtres. Inspiré par Kaytranada , Sango ou Monte Booker, c’est surtout Dilla qu’Ayzon décrit comme sa véritable « fondation », une influence évidente que l’on peut entendre sur des morceaux comme « Headspace » ou « Upright » : « son approche de la musique, et la manière dont il la produit, c’est ce qui donne le ton et le bounce de la plupart de mes beats. » Il s’agit de sa première sortie pour le prestigieux label Jakarta records, qui on l’espère, lui servira de tremplin. Car le beatmaker est prêt à transcender le genre, à l’image de ses DJ sets, une activité parallèle mais complémentaire, qu’il affectionne : « je veux pouvoir bouger avec les gens, que tout le monde puisse apprécier le moment », explique-t-il. « Je n’aime pas rester bloqué dans un genre ne particulier, donc je peux jouer un morceau d’afro house et l’enchaîner avec un banger des Neptunes. Tout dépend de mon humeur du jour et de la manière dont le public réagit. »

En 2021, le rookie compte bien faire évoluer sa musique et « grandir en tant qu’artiste et être humain », impatient de retrouver la scène quand nos leaders le permettront…

L’EP sera disponible le 4 décembre, précommandez-le ici.

Vous pouvez également suivre Ayzon sur Instagram, Facebook, Twitter et Soundcloud.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé