→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

5 albums à écouter cette semaine

Cette semaine, Spice s'émancipe, BNXN se confesse, Serge Ibaka passe du basket au rap, Yanna Momina nous fait découvrir la tradition musicale afare et Jinku conclue sa trilogie autobiographique.

Emancipated

Spice 

La reine du dancehall revient avec son dernier album, Emancipated. Un titre bien choisi puisque l’artiste jamaïcaine a décidé d’en faire un projet entièrement solo, sans collaboration, en produisant elle-même la plupart des chansons. « Je suis ma propre armée depuis 20 ans. Je fais tout par moi même », a-t-elle déclaré dans une interview accordée à dancehallmag.com. Sur les neuf titres de l’album, Spice démontre sa versatilité en passant de morceaux très entraînants comme « POP OFF » et « CLAP CLAP » à des titres plus dramatiques comme « SAME MOUTH », toujours avec sa même dose d’humour. « J’ai des chansons énergiques et des titres très calmes et tranquilles et des morceaux plus orientés club, pour vous faire vous lever et danser. Tout doit s’adapter à votre humeur. »

Écouter ici.

Bad Since 97′

BNXN fka Buju

Buju, aka BNXN, est Bad Since 97’ comme le révèle son dernier album. « I never cared ’bout the devil, since ’17, I’ve been smoking hot like a kettle » (« Je ne me suis jamais soucié du diable, depuis 17 ans, je fume comme une bouilloire »), chante le chanteur et compositeur nigérian d’afro-fusion dans les premières lignes de la chanson titre. Mais ne sous-estimez pas ses qualités d’artistes : « ‘Cause [his] music is one thing that [he takes] personal » (« Parce que sa musique est une chose qu’il prend personnellement »).  Pour ce projet de sept titres, Buzu s’est assuré la participation de quelques-unes des plus grandes stars nigérianes du moment dont Wizkid, Wande Coal et Olamide, respectivement présents sur « Many Ways », « Kenkele » et « Modupe ».

Écouter ici.

Art

Serge Ibaka

Art est le premier album du joueur congolo-espagnol de basket-ball Serge Ibaka. Ce projet est né de sa volonté de faire connaître les artistes issus de la diaspora africaine. « Beaucoup de personnes réussissent comme moi mais oublient d’où elles viennent. ART est un message, pour tous, pour les enfants, pour inciter les autres à redonner », explique la star de la NBA. On y retrouve de nombreux artistes originaires d’Afrique, de la Caraïbe et des Amériques ainsi que le rappeur français Nihno avec qui il enregistre « Champion ». Ce partenariat entre un rappeur fan de basket et un joueur de basket fan de rap a fait l’objet d’un clip filmé à Kinshasa. Tel est l’hymne de ce duo singulier : « Vivre et mourir comme un champion, les autres n’y croyaient même pas, comme un aigle j’ai volé au-dessus des nuages pour nourrir la familia. » 

Écouter ici.

Afar Ways

Yanna Momina

En 2018, Ian Brennan entreprend un voyage au Djibouti pour y rencontrer la chanteuse afare Yanna Momina dans une hutte construite sur pilotis située sur la Corne de l’Afrique. C’est ici qu’ils enregistrent en live Afar Ways, un album huit titres qui rend hommage à la tradition musicale de Momina. Son talent de chanteuse y transparaît grâce à un accompagnement musical minimaliste constitué d’une guitare acoustique, de claquements de mains et d’une calebasse qui met en évidence la singularité de sa voix. « Yanna possède l’une des voix les plus uniques que j’aie jamais entendues. Elle frôle le chaos sans perdre le contrôle de son phrasé idiosyncrasique », déclare Ian Brennan. Yanna Momina est aussi  l’une des rares femmes afares à écrire ses propres chansons.

Écouter ici.

Oasis Park II

Jinku

Le pionnier de NuNairobi, Jinku, conclut sa trilogie d’EP avec Oasis Park III. Initialement construit comme une histoire d’amitié sur fonds de nuitées nairobiennes dans Oasis Park I, sorti en juin, se mue en récit amoureux tourmenté dans Oasis Park II, sorti en juillet, pour terminer par une analyse des dernières semaines de Jinku au Kenya et de son arrivée en Suède. « C’est l’histoire du réconciliation avec le changement et une lettre d’amour à sa ville natale et à son pays d’adoption. » Ce projet, semble-t-il, autobiographique fait intervenir l’artiste sud-africaine Khan Khalii dans le titre « Moonlight » coproduit avec le frère de Jinku, See Through Solomon. On peut entendre la chanteuse de gengetone Maandy sur « Fade » ainsi que l’artiste suédois de synthpop Pikes. Ce mélange des genres symbolise l’histoire racontée.

Écouter ici.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé