fbpx → Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

5 albums à écouter cette semaine

Cette semaine, Omah Lay trace son chemin, BKO tout en contradiction, Chouk Bwa & The Ångströmers mélange dub électro et rite congo, DoomCannon développe une uchronie jazz et Elow’n fait ses débuts solo.

Le retour de la pierre

Elow’n 

Après History de Didi B, c’est au tour d’Elow’n de développer sa carrière solo avec la sortie de son premier album Le Retour de La Pierre. On y retrouve ses confrères ivoiriens Kikimoteleba, Josey, Suspect 95 et Lil Jay Bingerack avec la chanteuse française Fanny J, le Togolais Santrinos Raphaël et le rappeur guinéen Jupiter Davibe. L’ancien membre des Kiff no beat impressionne dans ce disque avec son débit agressif qui contraste avec le style des artistes invités.

Écouter ici.

Djine Bora

BKO

BKO, le quintet malien, marient sonorités traditionnelles et saturations rocks dans Djine Bora leur troisième album au son abrasif, sur le label Bongo Joe Records. Dans Djine Bora, « les esprits sortent » en langue mandingue, BKO conjugue également musique noble et musique populaire avec l’appareillage improbable du Djeli N’goni et Donso N’goni. Le disque tout en contradiction rend compte du charme de Bamako et des réalités difficiles auxquelles font face les Maliens. L’immigration qui sépare des gens comme dans « Toumaro » et le respect de la nature, sujet présent dans « Sadiona » et « Kekereke », sont deux thèmes particulièrement récurrents. « Il y a la guerre, un embargo économique, les frontières sont fermées mais Bamako reste un endroit génial, c’est quelque chose d’immuable », nous confiait avec franchise Aymeric Krol, le batteur et cofondateur du groupe dans une interview récemment accordée à PAM.

Écouter ici.

Ayiti Kongo Dub #1

Chouk Bwa & The Ångstromers

Le duo belge The Ångströmers et le groupe haïtien Chouk Bwa, associés en 2016 pour combiner le son électro de la scène alternative de Brussels à la force brute du style musical aux influences vaudoues de Chouk Bwa, sont de retour avec un nouvel EP en deux parties intitulé Ayiti Kongo Dub dont le premier opus vient d’être dévoilé. Ayiti Kongo Dub marque un virage par rapport à leur précédent album Vodou Alé. Le groupe cherche désormais à produire un son plus adapté aux pistes de danse. Chouk Bwa & The Ångströmers se concentrent ainsi davantage sur l’aspect transe et s’éloignent des structures élaborées. Dans ce nouveau projet, le groupe a travaillé sur les tambours et les rythmes du rite congo haïtien, célébrés dans la commune des Gonaïves où le Chouk Bwa s’est formé. Initialement développée pour les cérémonies religieuses vaudoues, la musique du rite congo n’est pas originellement destinée aux performances musicales. « Quand on joue, ce n’est pas une blague ! C’est la vérité du voudou », certifiait Riscot « Ti moso » Cedieu interviewé à l’occasion du festival de Lausanne.

Écouter ici.

Renaissance

DoomCannon

DoomCannon, compositeur, producteur et multi-instrumentiste londonien, présente son premier projet solo : Renaissance. « Renaissance est ma lettre à Londres sur la façon dont elle m’a élevé et a façonné ce que je suis aujourd’hui ». À travers cette démarche conceptuelle et ses compositions de freejazz, DoomCannon réfléchit sur son rapport à la société en tant qu’homme noir et imagine un monde qui se serait affranchi des conséquences du passé colonial britannique, de la violence policière et des injustices systémiques. « J’ai dû me façonner et façonner mon point de vue sur le monde ; la cupidité, les gouvernements corrompus et la brutalité policière au Royaume-Uni et ma position sur tout cela ». De « Dark Ages » à « Uncovering the truth » jusqu’à « Black Liberation », les huit titres de Renaissances relatent les étapes logiques de cette déconstruction, passant de distorsions troublantes aux sonorités plus chaleureuses des riffs victorieux du saxophone.

Écouter ici.

Boy Along

Omah Lay

Le chanteur nigérian Omah Lay dévoile Boy Alone, son premier album. Interrogé sur le titre du disque, l’artiste a révélé sur Twitter avoir souhaité évoquer l’idée « d’un mec qui trace sa route, qui vit pour lui et qui évolue par lui-même ». Sur les quatorze titres du disque, Omah Lay reste fidèle à l’afrobeats qui a fait sa réputation, ayant toujours privilégié le genre qui déchaîne le public nigérian. C’est avec ce style assumé qu’il est parvenu à séduire Justin Bieber, qui l’a contacté sur Instagram après avoir écouté son premier EP Get Layd. On retrouve le chanteur américain sur le titre « attention », sorti en mars dernier. L’ambassadeur de l’Alté, Tay Iwar, a également été invité à participer à l’enregistrement de « tell everybody ».

Écouter ici.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé