→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

7 albums à écouter cette semaine

Le Marocain Issam nous emporte dans un tourbillon de rap, de raï et de chaâbi à la fois joyeux et mélancolique, tout comme le Français Georgio, empli de désillusions. Anthony Joseph utilise quant à lui le jazz pour éveiller en nous la révolte qui sommeille. Lavaud s’impose comme une reine du R&B, tandis que Tony Allen, un an après sa disparition, continue d’encourager les jeunes artistes du hip hop, omniprésents sur son album posthume. Enfin, Comorian nous invite dans sa longue aventure musicale et spontanée, à l’instar du label Deewee, qui fête ses cinq ans avec une collection pétillante.

Crystal
ISSAM

ISSAM constitue un véritable ovni au sein du royaume chérifien, ce qui le rend particulièrement populaire, au-delà des frontières de son pays natal. Rappant en darija, la langue arabe pratiquée au Maroc et plus globalement en Afrique du Nord, cet artiste autodidacte jongle avec hip-hop, trap américaine, rythmes électroniques européens, raï algérien et chaâbi marocain. Il signe désormais sur le label Island Def Jam d’Universal Music France, une première concernant le hip-hop arabophone. Oscillant entre mélodies joyeuses et paroles mélancoliques, voire profondément pessimistes, le rappeur nous invite à danser, tout en ayant conscience du fait que « tout est mort », comme l’indique le titre de son morceau « Koulchi Dead ».

Écoutez ici

There is no End
Tony Allen

Avec son album posthume, le batteur légendaire d’afrobeat continue de nous bercer, un an après sa disparition. Cet ancien batteur du groupe Africa 70 jouait auprès de Fela Kuti, qui affirmait de lui : « Sans Tony Allen, il n’y aurait pas d’afrobeat. » There Is No End vise désormais à respecter l’une des dernières volontés du grand musicien, qui s’est éteint, alors âgé de 79 ans : mettre en lumière la nouvelle génération d’artistes, notamment dans le hip hop, à l’instar de Sampa The Great, Skepta, Marlowe, Nate Bone, Danny Brown, Jeremiah Jae, Lava La Rue ou encore Zelooperz.

Écoutez ici

We Are an Island, but We’re Not Alone
Comorian

Suite à un trajet en six vols, Ian Brennan rencontre Comorian, Soubi ainsi que Mmadi, les principaux musiciens de ce projet. Ian explique ainsi : « Les quelques routes sont bordées de voitures dépouillées de tout sauf de leur carrosserie – des carcasses de voitures. Il y a autant de véhicules abandonnés que de véhicules en service. N’ayant nulle part où aller, nous avons opté pour l’abri partiel des vents côtiers qu’offrait la coque d’une de ces voitures. » Nous pouvons ainsi y écouter de profondes méditations, nous transportant vers « les îles de la Lune », par le biais de percussions et d’instruments à cordes, à l’instar des ndzendze et du gambussi, dans un groove ensoleillé, y compris durant la pluie, en plein air et en direct, ce qui nous donne l’impression de vivre avec eux cette folle aventure.

Écoutez ici

The Rich Are Only Defeated When Running for Their Lives
Anthony Joseph

Profondément animé par l’Histoire des Caraïbes, dont il est originaire, Anthony Joseph est un poète qui ne mâche pas ses mots concernant le racisme, art et politique étant chez lui forcément entremêlés. Son nouvel album constitue un acte de résistance, dans lequel il manie à merveille humour, réflexion et poésie. Le nom de ce projet est ainsi tiré de l’ouvrage Les Jacobins noirs : Toussaint Louverture et la Révolution de Saint-Domingue de Cyril Lionel Robert James, un Trinidadien ayant défendu la dignité des populations noires et colonisées au Royaume-Uni. À la manière d’un Duke Ellington, témoin du mouvement des droits civiques aux États-Unis, Anthony Joseph utilise le swing pour motiver les troupes, dans la joie et la bonne humeur, replaçant ainsi le jazz dans son rôle politique et social.

Écoutez ici

Sacré
Georgio

Le MC parisien d’origine guadeloupéenne dévoile toute sa vulnérabilité, en évoquant les personnes irremplaçables de ce monde, qui rendent la vie si sacrée, qu’il s’agisse de son frère ou d’artistes l’ayant profondément marqué, à l’instar de Romain Gary. Il n’hésite pas non plus à évoquer sa tristesse profonde, face aux problèmes de couple, tout en critiquant le modèle viriliste selon lequel les hommes sont condamnés à vivre avec des « émotions cachées ».

Écoutez ici

Foundations
Deewee

À l’occasion de l’anniversaire de ce label, fêtant cinq ans de diversité musicale, de nombreux artistes sont réunis autour d’une compilation de 27 titres dont 3 exclusifs. Nous y retrouvons les Américaines Chloe Sevigny ainsi qu’Emmanuelle, l’Australienne Laila, les Belges ASA MOTO, Bolis Pupul, Charlotte Adigéry, Die Verboten, EMS Synthi 100, Future Sound of Antwerp, Klanken, Movulango, Soulwax, les Brésiliens Phillipi et Rodrigo, les Britanniques Extra Credit, Laima, James Righton, Sworn Virgins ou encore les Canadiens Each Other. De longues nuits endiablées en perspective !

Écoutez ici

King Vaud
Lavaud

Pour son premier EP, la chanteuse britannico-mauricienne s’impose telle une reine. Elle fusionne R&B, dancehall et afrobeats, pour une ode à l’amour et à la sensualité. Elle explique : « Je crois simplement être moi-même, mes racines sont mauriciennes, mon âme est britannique, mes origines se retrouvent dans mon son. J’ai grandi en écoutant du sega, du zouk, de la pop, du R&B et tout cela a influencé la gamme de mes sons. » Ce projet se veut également très spirituel : « Lorsque je passe une mauvaise journée, je prie et je médite un instant, puis j’essaie de voir la situation dans son ensemble. La vie est un voyage et chaque jour est un nouveau départ. Honnêtement, quand on y pense vraiment, même les mauvaises journées nous apprennent quelque chose de précieux et nous préparent au prochain obstacle à venir. »

Écoutez ici

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé