→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Noura Mint Seymali, Souad Asla… Nuit saharienne et soufie au Consulat

L’établissement parisien accueille un cycle de concerts et de performances nommé « Souffle(s) », à la croisée des cultures et des genres musicaux. Mercredi 30 juin, la Mauritanienne Noura Mint Seymali, l’Algérienne Souad Asla, le maâlem Hafid Bidari et des musiciens gnawas animeront une nuit pleine de spiritualité !

Plongez dans l’ambiance des lilas, signifiant « nuits » en arabe et correspondant à des rituels de confréries d’Afrique du Nord, qui appellent les esprits aux rythmes des percussions invitant les humains à entrer en transe, poru mieux les recevoir. Ce mercredi 30 juin, une longue improvisation musicale aura lieu de 20h à 23h, avec un public assis en cercle sur des tapis, dans un lieu éclairé à la bougie. Cette rencontre inédite entre Noura Mint Seymali, l’une des chanteuses les plus populaires de Mauritanie, et l’Algérienne Souad Asla, permettra de découvrir des musiques du Sahara, porteuses d’histoires et de mystère, oscillant entre le profane et le sacré. Le maâlem (maître) algérien Hafid Bidari sera également présent, puisant dans le répertoire ancestral du diwane, issu des musiques gnawas d’Algérie, aux côtés d’autres musiciens de France et d’Algérie, tels que Mohammed Menni, Bilel Chenni ou encore Thierry Fournel.

Noura Mint Seymali est née à Nouakchott, la capitale mauritanienne, dans une famille d’iggawins (griots). Elle joue de l’ardîn, une variation de la kora. Avec son époux et guitariste Jeich Ould Chighaly, ils donnent un nouveau souffle aux musiques traditionnelles. Quant à Souad Asla, elle incarne parfaitement la nouvelle génération du sud algérien, en parfaite héritière des cultures gnawas. Elle veille également à soutenir la diffusion du patrimoine musical du plus grand pays d’Afrique par les femmes algériennes, notamment par le biais de sa formation Lemma. Enfin, Hafid Bidari mélange les rythmes amazighs et subsahariens, au sein de son groupe Bania, réunissant aussi bien des Français que des Algériens.

Avec une telle réunion, impossible de ne pas rentrer dans la danse. Ca se passe au Consulat, seulement mercredi 30 juin, ne le ratez pas.

Réservez dès maintenant vos places pour cet événement inédit mercredi 30 juin, à 20h, au Consulat Voltaire, au 14 avenue Parmentier.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé