→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Un mois dans le rap ivoire

Malgré le confinement, le rap ivoirien n’est pas resté à l’arrêt pendant le mois de mai. Retour sur les faits marquants de son actualité et sur les nouveaux titres signés par les poids lourds de la scène et les valeurs montantes de l’underground. 

Himra – “NoushiDriiip” (prod. JMOnThisTrack)

1er mai. Le mois a commencé fort avec le lancement par Himra de sa série de freestyles “Machette Drip” destinés à égayer le public pendant la période de confinement. Le premier titre “NoushiDriiip” s’inscrit dans la continuité de l’album “Noushi From USA”, c’est-à-dire de la trap américaine mais à la sauce ivoirienne. Himra a réalisé lui-même le clip dans lequel on retrouve la troupe de danseurs qui apparaissent dans celui de son tube “Look At”. 

Tripa – “Balemin” 

7 mai. Tripa est une figure du rap underground à Abidjan, de la même trempe qu’Alvinxx. On l’avait découvert l’an dernier grâce à “Ce n’est pas bien”, l’un des morceaux qui se démarquent sur l’indispensable compilation “Comme des Nouchis”. Avec “Modiya”, un EP de 8 titres, il sort là un premier projet résolument trap et porté par le single “Balemin”. La mixtape comprend un remix de cette chanson avec J-Haine, l’un des poids lourds de ce rap game ivoire.  

Kiff No Beat – “La Go” (prod. Tam Sir)

8 mai. En parlant de poids lourds, après les succès récents en solo de Didi B (“Assinie”) et d’Elown (“Demain Yapa Cours”), les cinq membres de Kiff No Beat enfoncent le clou avec le très sensuel “La Go” et son clip animé. La production dans le style afrobeats a été réalisée par le beatmaker ivoirien Tam Sir. Avec la présence d’un saxophone et de roulements de batterie, elle rappelle clairement la musique de Burna Boy. Début 2019, Joochar avait remixé le morceau “On The Low” du musicien nigérian. Sur “La Go”, c’est lui qui assure avec brio le refrain. A noter également, le couplet d’Elown, toujours au rendez-vous.

J.M.K. Ft. Balista – “12H”

13 mai. On replonge dans la scène Soundcloud abidjanaise avec à nouveau un premier projet : l’EP “Menace” du jeune rappeur J.M.K.. Pour l’occasion, il a ramené les héros de l’underground comme Alvinxx (“Méchant”) et JD (“Dégaine”). L’un des moments forts est le morceau “12H” avec le rappeur Balista, toujours aussi solide, sur une instru douce à la Maes. 

LM – “Dans bon” (prod. Sly On The Beats) 15 mai 

15 mai. On reste dans la catégorie “Espoir du rap ivoire” avec le rappeur LM. Ce dernier fait partie des jeunes talents que Widgunz a rassemblés au sein de son label L’Organisation. En 2019, ils avaient fait grand bruit tous les deux grâce au single “C’Doux”. LM revient avec “Dans bon” produit par Sly On The Beats et clippé par le talentueux réalisateur Zo Kalanga. On attend avec impatience la mixtape “The Big Three” qui réunira Widgunz, LM et Le Skyy.

Youngi x Himra x Andy S x Philip Payne – “Dabagaou” (prod. Nah on the track)

22 mai. C’est l’évènement du mois. La branche africaine du label Universal Music, installée à Abidjan, a rassemblé dix des meilleurs rappeurs du pays dans un même studio pendant une semaine ainsi que sept des meilleurs beatmakers les plus talentueux. Le résultat : un album de quinze titres intitulé “L’école du micro ivoire”, sur lequel chaque artiste a pu exprimer son style. Une parfaite introduction au genre. Mention spéciale pour Andy S, seule femme présente, et qui brille sur l’ensemble du projet comme sur le morceau “Dabagaou”. 

Kadja – “On peut pas reculer” (prod. Faroch)

27 mai. On termine le mois avec Kadja, clairement l’une des valeurs sûres de ce game ivoirien. Dans “On ne peut pas reculer”, il parle avec sagesse et maturité de la nécessité de continuer à se battre malgré le manque d’argent. On le retrouve également dans un registre plus festif avec le single “J’suis pas habitué” aux côtés de J-Haine et Mr Key, ses collègues d’Aura Corp. Le morceau parle du confinement et de l’impossibilité de faire la fête qui en découle. Espérons que la situation s’améliore rapidement et que les clubs de la capitale ouvrent à nouveau. 

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé