→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Apocahuero célèbre les ambitions du rap ivoire

Avec le single « Côte d’Ivoire », le rappeur précédemment connu sous le nom de Chinois l’Apocalypse fait parler son talent et exprime les espoirs de toute la scène d’Abidjan.

Celui qui apparaissait il y a encore un an comme le jeune trublion de la nouvelle génération rap ivoirienne prend peu à peu la carrure d’une tête d’affiche. Sous le nom de Chinois l’Apocalypse, il a gagné une envergure nationale en apparaissant sur l’un des plus gros tubes de ces derniers mois, à savoir « Tchoukoutaindé » de Tam Sir. Dans le couplet mémorable qui ouvre la chanson, il se proclame le descendant de DJ Arafat. À force de travail et d’expérimentations en studio, les hésitations des débuts entre rap et chant ont laissé place à une parfaite maîtrise de sa voix et des ses flows, quelque part entre un Young Thug et un Wizkid. Chinois l’Apocalypse a muté en Apocahuero. 

Tous les acteurs du rap ivoirien ont conscience que le succès de cette scène, à l’intérieur du pays et à l’international, dépend d’un effort collectif. Pour preuve, la sortie ces derniers mois de plusieurs compilations (« Comme des nouchis vol.1 », « L’école du micro ivoire ») réunissant de nombreux rappeurs. Apocahuero l’a bien compris lui aussi. Dans son nouveau single aux sonorités trap et intitulé « Côte d’Ivoire », il parle des espoirs de tout le mouvement : « Depuis tout petit on pense à ça / On va pas s’arrêter là ». Et affirme haut et fort dans le refrain que les rappeurs ivoiriens ont toutes les cartes en main pour s’imposer : « Ils sont étonnés que nous on fait ça en Côte d’Ivoire /On a les flows, on a tout ce qu’il faut / On a les prods, on a tout ce qu’il faut ». Pour afficher cette fierté, le jeune rappeur parade avec le drapeau ivoirien et le maillot des Éléphants dans le clip réalisé par Laudyblack. Une chose est sûre, on peut compter sur Apocahuero pour porter haut les couleurs vertes et oranges du rap ivoire ces prochaines années.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé