fbpx → Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Oghneya: une réédition du disque fusion de Ferkat Al Ard

Habibi Funk a retrouvé le chanteur du trio libanais des années 70 pour rééditer ce disque unique aux influences brésiliennes initialement sorti en 1978.

La réédition de Oghneya était un projet de longue date du label allemand Habibi Funk. Initialement sorti en 1978, c’est à Ferkat Al Ard, trio libanais basé à Beyrouth composé d’Issam Hajali, Toufic Farroukh et Elia Saba, qu’on doit cet album unique en son genre. Ill s’est avéré difficile pour le label de localiser les anciens membres du groupe, mais Habibi Funk est néanmoins parvenu à prendre contact avec l’ancien chanteur Issam Hajali qui s’est laissé convaincre du bien fondé du projet.

Le groupe était actif pendant une période particulière de l’histoire du Liban qui a permis à Issam Hajali d’être exposé à différents courants musicaux pendant sa jeunesse. En effet, dans les années qui suivent l’indépendance du Liban en 1943 et qui précèdent la guerre civile de 1975, le Beyrouth des années 60 et du début des années 70 est un véritable centre névralgique d’échanges culturels. Il y avait notamment un lien très fort entre le Brésil et le Liban, qui existe encore aujourd’hui puisque le Brésil abrite la plus grande diaspora libanaise. Les nombreux échanges entre les deux pays ont notamment permis à certains immigrants de revenir au Liban avec des disques brésiliens. A l’époque, la Bossa Nova est particulièrement populaire à Beyrouth comme s’en rappelle Issam Hajali qui raconte avoir assisté à des concerts dans le quartier de Hamra en 1974 où des musiciens brésiliens donnaient régulièrement des concerts.

En 1976, Issam Hajali rencontre Ziad Rahbani, le fils de la légendaire chanteuse Fairouz, avec qui il partage une passion commune pour la musique brésilienne. Ziad Rahbani arrange certains morceaux de ce qui deviendra Oghneya. Mais l’album est aussi une ode à la poésie palestinienne puisque les textes chantés par Issam Hajali sont basés sur des poèmes écrits par trois grands poètes palestiniens du siècle dernier : Mahmoud Darwish, Samih Al Qasem et Tawfiq Ziad. Un choix révélateur qui donne à Oghneya une dimension politique dans le contexte de la guerre libanaise. Ferkat Al Ard n’a, par ailleurs, jamais caché son engagement au sein de la gauche libanaise. L’album, quant à lui, est un savant mélange de folklore libanais, de jazz et de musique brésilienne, où le chant d’Issam Hajali est sublimé par les arrangements de Ziad Rahbani et le groove du trio.

Désormais réédité, seuls deux morceaux de la version originale ne figurent pas dans le nouvel album. (“Huloul” et « Ghfyara Ghaza ») remplacé par le morceau « Juma’a 6 Hziran ».

Oghneya sort le 24 juin via Habibi Funk.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé