The Rise of SAMA’ dans un documentaire

sama docu - cameltown

Le réalisateur Jan Beddegenoodts sort cette année sort un film-documentaire sur la DJ palestinienne. Exil, sound design et dancefloors… De ses débuts dans les bars à Ramallah jusqu’aux imposantes scènes européenne, revivez l’odyssée hors-sol de la jeune palestinienne.

Crédit photo : (c) Cameltown

Les années 2000, c’était la grande époque du Hip hop en Palestine” se souvient Sama Abdulhadi. C’est à ce moment que la DJ va passer ses premiers disques. “On a ensuite organisé une première soirée… Je me suis alors mis à écouter des choses plus électroniques” nous confie-t-elle. “De fil en aiguille, les gens se sont mis à raver ensemble, d’autres personnes se sont mises à mixer et à organiser des soirées.

Désormais, plus d’une demi-douzaine de lieux accueillent désormais des soirées à Ramallah, la ville natale de SAMA’ (qui signifie ciel en arabe). “La ville compte une quinzaine de Dj’s, dont trois sont des filles” ajoute-t-elle. “Avant que je ne commence à passer de la techno sous le nom Sama Skywalker, personne n’en jouait. Et je continue d’être, à ce jour, la seule qui joue ce type de techno.” Une Hardtechno cyclique, enrichie en dopamine, tendue et physique, au service d’une scène qui “tient encore dans un mouchoir de poche”, mais dont la jeune musicienne a été une des plus actives instigatrices. Et actuellement la bouillante ambassadrice.

SAMA’ était programmée pour le festival Dunes Électroniques, Épisode III, à Tozeur, Tunisie.