Moses Sumney, le dernier homme sur Terre

L’américain d’origine ghanéenne Moses Sumney annonce un nouvel album et se met en scène dans un clip intense, dansant au milieu d’un décor dystopique.

Deux ans après son premier album acclamé Aromanticism dans lequel il mettait le concept d’amour en doute, Moses Sumney est de retour avec un double album dont les deux parties sortiront à trois mois d’intervalle sur Jagjaguwar, label de Jamila Woods ou Lonnie Holley. Originaire d’Accra au Ghana, le chanteur s’est aujourd’hui bâti une réputation depuis la Californie du Sud, grâce notamment à sa voix à la fois délicate et musclée qui lui a permis de rayonner à l’international. Sollicité par des musiciens déjà experts en finesse musicale tels que James Blake, Sufjan Stevens, Solange ou the Cinematic Orchestra, l’artiste se concentre sur son projet solo et lâche un extrait de son travail avec le single « Virile », chanson de soul intense noircie de rock. En plus de chanter, Moses Sumney montre des débuts prometteurs en s’asseyant à la fois sur le fauteuil du réalisateur et en endossant la cape du danseur dans son propre clip. Jonglant entre beauté et brutalité, entre masculinité et féminité, l’acteur entre dans une espèce de transe chorégraphiée dans un futur peu avenant. Il essaie de dominer à la fois son corps et le monde qui l’entoure, en dansant au milieu d’énormes morceaux de viande, avant de se faire encercler par une armée de coccinelles, laissant au public le soin d’interpréter son univers métaphorique…

L’album complet sortira le 15 mai 2020, précommandez-le ici.