→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Quand les JMC électrisent Tunis

Panarabe, jazz, électronique ou franchement expérimentale… Les Journées Musicales de Carthage ont déployé fin 2021 leur programmation internationale aux quatre coins de la ville de Tunis. PAM y était, et vous raconte.

Pour son avant-dernier week-end de l’année 2021, Tunis était littéralement en ébullition. La capitale célébrait – sous haute surveillance –, les dix ans de sa révolution, point de départ des Printemps arabe, qui avait débuté suite à l’immolation le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, une ville dans l’arrière-pays déshérité, du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi. La ville était également tenue en haleine par une finale Tunisie – Algérie de la Coupe arabe (perdue d’ailleurs 2-0). Mais Tunis vibrait aussi et surtout au son des groupes et artistes programmés lors des Journées Musicales de Carthage, du 18 au 23 décembre 2021.

Pour sa septième édition, l’événement culturel tunisien avait délaissé à raison les compétitions au profit de rencontres entre professionnels et artistes, de masterclasses ainsi que d’accompagnements des musiciens locaux à l’export. Le festival panafricain s’appuyait également sur une solide programmation de près de quarante performances live, dont onze digitales.

La chanteuse capverdienne Elida Almeida, le groove du sénégalais Cheikh Ibra Fam – vu d’ailleurs la semaine précédente sur les planches du Sakifo à La Réunion, le clarinettiste syrien Ghaeth Almaghoot ou le guitariste palestinien Shadi Zaqtan ont représenté l’internationale sonore à l’occasion de concerts au format showcase.

Vu sur la scène des JMC, le bassiste Slim Abida présentera son nouvel album le 27 janvier en France au Metaxu, à Pantin. © JMC 2021.
Quand la note bleue fait vibrer les JMC

Une programmation également placée sous l’égide du jazz : « éclipsée un peu rapidement par les groupes et musiciens électroniques, la scène tunisienne brille d’abord par ses ensembles et artistes jazz” explique Khalil Hentati, membre de Frigya, Arabstazy et producteur de nombreux artistes jazz tunisois. On pense notamment aux concerts des bassistes Kais Frihat ou Slim Abida, dont l’album Asymétrie sort d’ailleurs incessamment : “j’ai composé Asymétrie d’une traite, durant la période étrange du confinement” nous a confié Slim. “Cet album, c’est une invitation à revisiter les rythmes dans lesquels nous avons désormais ancré nos vies. Le rythme des médias et des réseaux sociaux, le rythme de nos vies professionnelles, soumises à l’urgence du chiffre et de la rapidité, le rythme de l’art, victime d’une exigence croissante d’efficacité, au détriment des messages.” Slim Abida est à l’origine de plusieurs projets musicaux tunisiens majeurs : fondateur de Melmoth, le premier groupe de métal tunisien, il a également contribué au lancement du Goultrah Sound System et de Barbaroots, fusion de gnawi, de dub et de reggae. Le 27 janvier à Pantin (au Metaxu), Slim jouera son premier album solo Fréquences Basses ainsi qu’Asymétrie accompagné par son quintet.

Le Wajdi Riahi Trio, sur la scène de la Cité de la Culture, énorme sensation jazz de l’édition 2021 des Journées Musicales de Carthage. © JMC 2021.

Toujours côté note bleue, les JMC 2021 ont également été l’occasion de découvrir l’incroyable performance du Wajdi Riahi Trio. Tout jeune pianiste, Riahi collectionne prix et nominations, et assène un groove puissant, flanqué de solos redoutables. Une mention tout particulière à son batteur Pierre Hurty, monstrueux sur scène. Le trio sortira son premier album d’ici peu, sur le prestigieux label espagnol Fresh Sound Records. À suivre de très près.

 « JMC Autrement » : déambulations électroniques au cœur de la médina

Sélectionnée à quatre mains par Aymen Gharbi et Zied Meddeb, alias Shinigami San – bien connu des auditeurs de la nébuleuse Arabstazy –, la scène électronique et expérimentale locale était réunie sous l’appellation « JMC Autrement ». Fruit d’un programme de résidences, cet évènement dans l’évènement s’est décliné au cœur de la médina, entre Dribet Dar Hessine, Midhet el Soltan, le Club Tahar Haddad et Bir Lahjar.

Au cœur de la médina de Tunis pour les “JMC Autrement”, déambulations électroniques et expérimentales avec Dawan ou VIRUS2020. © JMC 2021.

L’occasion de se plonger avec plaisir dans le délicat breakbeat – sous influence du early Aphex Twin – de Dawan, figure de la nightlife tunisoise, et surtout d’expérimenter les dérives visuelles de Rami, aka VIRUS2020, qui incarne pour nous la promesse la plus excitante de la scène électronique tunisienne. Déjà croisé cet été à l’occasion du rituel festival Sailing Stones, vu la veille lors d’un live set de Bass Music ultra-efficace au Marengo, tripot et dancefloor enfumé du centre-ville tunisois, Rami s’installait aux commandes visuelles pour ces JMC Autrement.

Au cœur du Club Taher Haddad, l’intrépide artiste y présentait Absyy, au côté du designer Haifa Ouierfelli, une méditation expérimentale projetée sur un ensemble de voiles. Une poignée d’heures plus tard, il rejoignait Effet Mère et Dawan pour jouer Ambivalence, live breakcore amplifié de projections au sein d’une Medersa historique de la médina.

La projection d’Ambivalence, projet visuel et sonore, joué au Bir Lahjar, medersa du 18ème siècle. © JMC 2021.

La route est encore longue pour les Journées Musicales de Carthage. La manifestation, encore frappée d’une certaine inertie, et d’une programmation – parfois – trop consensuelle, se renforce néanmoins d’années en années.

Au fil des éditions, les concerts, performances et rencontres du festival installent la manifestation étatique au cœur d’une nouvelle cartographie musicale, volontairement panafricaine, affranchie des habituels sentiers de production nord-sud. Une belle promesse pour l’année prochaine. Long live Tunis !

Rendez-vous l’année prochaine à Tunis pour la 8e édition des JMC.

Africa Tour – Journées Musicales de Carthage 2021
Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé