Avec le groupe Béliz, le Guadeloupéen Edmony Krater reprend son titre culte ‘Gwadloup’

Béliz est le dialogue entre les univers du multi-instrumentiste et chanteur guadeloupéen Edmony Krater, fervent défenseur du Gwoka, de la harpiste classique Anne Bacqueyrisse, du percussionniste Olivier Maurières.

Adulé par les diggers du monde entier, l’auteur, compositeur, chanteur, trompettiste guadeloupéen et fondateur du Groupe Zepiss, Edmony Krater a toujours eu comme leitmotiv d’ouvrir le Ka à d’autres cultures et d’y incorporer des sonorités inédites.

Redécouvert récemment grâce à la réédition de Ti Jan Pou Velo chez Digger’s Diggest puis chez Heavenly Sweetness, cet album hommage à Marcel Lollia dit Vélo (l’un des plus grands tambourinaires de la Guadeloupe), sorti à la fin des années 80, mélangeait avec brio le jazz-fusion, le folklore occitan, les synthétiseurs aux différentes rythmiques du Ka. 30 ans après la première édition de ce classique, après de nombreux concerts anthologiques, l’artiste a sorti l’année dernière un album solo, An ka sonjé et collaboré avec Les Filles de Illighadad sur un EP, African Acid Is the Future – Ambiance II.
 

Ce nouveau projet, Béliz, porté par le label BeauMonde naît de la rencontre d’Anne Bacqueyrisse, d’Olivier Maurières et d’Edmony Krater, tous les trois musiciens-enseignants au conservatoire de Montauban. On est en 2009, sous l’impulsion d’un de leurs élèves, le trio décide de rentrer en studio pour enregistrer un album, Mémoires.

Avec ce premier extrait « Gwadloup » — figurant sur l’album Ti Jan Pou Vélo —, Béliz fait se rencontrer la tradition musicale guadeloupéenne avec l’univers harmonique classique de la harpe. Véritable ode au voyage, cette interprétation unique nous transporte vers un nouvel horizon imaginaire et poétique.

Mémoires est prévu pour le 5 décembre prochain via BeauMonde, en précommande dès maintenant.

Lire ensuite : Gwoka, la lutte dans la peau