Le groupe Grèn Sémé invite Gaël Faye sur leur nouvel EP

En équilibre entre chanson française et rythmes empruntés aux traditions de l’océan indien, le groupe Grèn Sémé s’agrandit pour un nouvel EP annonciateur d’un troisième album.

Crédit photo : Jean-Christophe Mazué

C’est incontestable, les musiciens de Grèn Sémé apportent une fois de plus un vent de fraîcheur sur une scène française souvent réfractaire aux prises de risques. Déjà auteurs de deux albums fusionnels, ils rejoignent aujourd’hui Blinky Bill sur The Garden, sous-division plus urbaine et électronique du label Lusafrica. En l’espace de quatre titres et de plusieurs rencontres essentielles, ils annoncent un album prometteur où le français et le créole croisent les rythmes maloya, séga et salegy sur un décor pop teinté d’électro.

Le trio devient ici quintet et ajoute de la profondeur à sa musique grâce à deux nouveaux membres chargés de prendre soin des percussions, de la batterie et des synthés. Ils enfoncent alors les portes qu’ils ont eux-mêmes entrouvertes, explorant les sonorités électroniques pour les marier à leur style afro-pop déjà riche. Sur le solide single « Poussière », le chanteur Carlos de Sacco invite le franco-rwandais Gaël Faye, s’échangeant les mots pour poser ensemble un regard critique sur le monde. En fond de toile, le groupe ajoute une touche émotionnelle en invitant également la griotte malienne sur le même titre, avant de le confier plus loin à l’antillais David Walters le temps d’un remix subtil qui privilégie le mélange des genres. « Je serai là » raconte de façon mélancolique l’attente d’un futur papa sous forme de balade aux accents dub. Enfin, ils évoquent un retour aux sources en chantant la révolution insulaire en créole sur « Zénès », qui vient conclure un EP inspiré, terrain de rendez-vous créatifs.

L’EP sortira le 8 novembre chez The Garden/Lusafrica, en précommande dès maintenant

Lire ensuite : Gaël Faye : l’homme plein d’exils