→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Sahel Sounds lance une série d’EP éphémères via WhatsApp

Tout au long de l’année 2020, le label Sahel Sounds déroulera la série Music from Saharan WhatsApp au rythme d’un EP par mois enregistré sur un téléphone. Entretien avec Christopher Kirkley, instigateur du projet.

Tous les mois, Christopher Kirkley et son équipe sortiront un EP enregistré par un groupe de la région du Sahel. Le cahier des charges est à la fois simple et unique : tous les morceaux devront être enregistrés sur un téléphone, envoyés via l’application WhatsApp et uploadés sur Bandcamp, pour une durée limitée à un mois, avant de se faire remplacer par le suivant. Après les Nigériens d’Etran de l’Aïr, c’est au tour des maliens Oumou Diabaté et Kara Show Koumba Frifri de nous faire parvenir le deuxième épisode. Christopher nous en dit plus sur ce concept éphémère.


Qu’est-ce que l’application représente dans la région du Sahel ?

WhatsApp est devenue la forme de communication par défaut dans le Sahel. Les téléphones cellulaires sont partout mais ils opèrent sur base d’un crédit, avec un tarif à la minute exorbitant. Internet est une manière de contourner ces coûts. WhatsApp a émergé et a fonctionné pour d’autres raisons, au-delà de la raison financière. L’application permet aussi d’envoyer des messages vocaux, pour les personnes analphabètes. Elle offre également la possibilité de transférer des fichiers, pour que les médias et la musique voyagent d’un téléphone à un autre, ce qui passait auparavant par le Bluetooth. Les groupes WhatsApp sont comme des forums de discussions partagés, où tout le monde peut commenter et donner des informations.


Qu’est-ce qui t’intéresse dans ce concept ? Pourquoi l’avoir mis au centre de ce projet ?
 

J’étais intéressé par cette manière de revisiter l’évolution de la technologie dans le Sahel, et de la façon dont les choses ont évolué depuis notre premier projet Music from Saharan cellphones, qui faisait un focus sur la technologie pré-internet et sur le téléphone en guise de moyen de production et de distribution de la musique. Aussi, considération un peu plus pragmatique, j’utilise presque exclusivement WhatsApp pour communiquer avec les artistes. L’accès accru à la communication facilite les aspects collaboratifs de la production.


Comment choisiras-tu les artistes qui participeront au projet ?

J’ai envoyé un appel à participation sur un groupe WhatsApp d’artistes et de leurs amis associés au label. En plus de ça, j’essaie de joindre de nouveaux artistes dont le travail m’intéresse, pour voir s’ils veulent monter à bord. C’est aussi une chance pour le label d’explorer d’autres scènes musicales, et d’être en contact avec des musiciens que je connais mais avec qui je n’ai pas encore travaillé.


Pourquoi rendre ce projet éphémère ?

Le fait de faire disparaître ces parutions mensuelles régulièrement reflète la nature éphémère des médias digitaux. Ces enregistrements sont immédiats, spontanés, à la fois en création et en consommation.

Les EP sont disponibles pour un prix libre sur la page Bandcamp du label. 

Lire aussi : Sahel Sounds : l’aventure des sables, au-delà des mirages exotiques



Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé