→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Jenifa Mayanja sublime le nouveau single de Gene Tellem

L’Ougandaise Jenifa Mayanja met son statut de reine de la deep house au service de la Canadienne Gene Tellem, en remixant le morceau « Ain’t Got Everything ». PAM Vous propose d’écouter ce remix en avant-première.

Depuis plus de 25 ans, Jenifa Mayanja s’est imposée comme l’ambassadrice féminine de la culture house underground qui l’a littéralement aspirée à son arrivée à New York. Née en Ouganda et aujourd’hui installée dans le Connecticut, elle distille depuis le début des années 90 une house à la fois vigoureuse et raffinée dans ses DJ sets, où elle excelle aussi bien dans la sélection que dans la technique. Egalement productrice, elle conduit son propre label Bumako qui, depuis 2007, lui sert à diffuser son amour pour le genre en privilégiant la qualité plutôt que la quantité. Soucieuse de pousser les talents électroniques féminins sur le devant de la scène, elle co-gère ausi dans ce but la structure Sound Warriors avec sa collègue Dakini9. Elle apparaît ici sur Mind Reader, nouvelle sortie de la Canadienne Gene Tellem, qui lui confie « Ain’t Got Everything », morceau de house sautillant et aérien avec un côté soulful bien présent sur le reste de l’EP. Jenifa Mayanja extrait l’atmosphère éthérée de cette montée de 7 minutes et en accentue le côté hypnotique grâce à ces notes de piano old school qui viennent épurer sa version.

Gene Tellem – Aint Got Everything (Jenifa Mayanja Remix)

Quel est ton processus lorsque tu te lances dans un remix, en particulier celui-ci ? Qu’essaies-tu de saisir dans l’original ?

Mon processus consiste d’abord à discerner ce que le morceau original essaie de communiquer. Cela peut être une humeur, une déclaration, une récréation, peu importe, ce qui est important est de capturer cet esprit dans mon remix. À partir de là, c’est différent pour chaque remix, parfois j’écoute l’original, parfois non. Mais ce que je recherche, c’est un segment qui me parle directement. Une fois que je le trouve, je construis tout le reste autour de ça, en y ajoutant mes propres parties pour que ma signature soit audible dans le mix. Ce qui m’a marqué pour ce remix, c’est la mélodie que j’ai recréée au piano.

Ressens-tu toujours tes racines ougandaises en arrière-plan lorsque tu composes ou remixes un morceau ? Si oui, comment les traduis-tu en musique ?

Question intéressante. Je suis ougandaise et c’est pour toujours ma nationalité, ma culture. Mes racines sont donc toujours présentes, bien qu’avec tant d’influences absorbées au fil des années, il serait difficile de les distinguer du reste. Je dirais que mon affinité pour les instruments percussifs et les rythmes qui en découlent est un motif qui se ressent dans mon travail.

Que recherches-tu avec ton label Bumako Recordings ? Quel genre d’artistes souhaites-tu mettre en valeur ?

Mon but est de présenter une musique originale, unique et diversifiée. Je dirige mon label de manière non conformiste car ça représente qui je suis et ce que je présente en tant qu’artiste. Par conséquent, je ne signe pas beaucoup d’artistes différents car je suis très précise sur ce que je veux montrer. De plus, à l’origine le label n’était vraiment qu’un vecteur pour diffuser ma musique comme je le souhaitais, sans aucune interférence créative. C’est pourquoi j’ai très peu d’artistes réguliers sur le label. Mes artistes présentés dans le passé incluent deux Irlandais, Denis Clifford et Sean Bird, et quelques artistes sud-africains comme Makhen Gigga et Seeblueseashores.

L’EP « Mind Reader » de Gene Tellem sortira le 26 février sur le label Wolf Music. Précommandez-le ici.

Retrouvez aussi le son du label Bumako Recordings ici.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé