fbpx → Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Cheb Gero prend soin des pépites de Cheb Hasni

Le DJ et producteur Cheb Gero a sélectionné dix huit titres - publiés sur trois vinyles - du prolifique martyre du raï Cheb Hasni, assassiné en 1994 avant d’avoir connu le succès international qu’il méritait.

Le 29 septembre 1994, Cheb Hasni était assassiné par le Groupe Islamique Armé devant chez ses parents à Oran, le fief de cette idole de la jeunesse algérienne. A 26 ans, celui que l’on considérait comme le meilleur chantre d’un raï pop était alors en pleine ascension vers les sommets, commençant à essaimer sur toute la planète. Ses obsèques seront à la hauteur du traumatisme qui marquera profondément un pays meurtri par des années de guerre civile opposant le régime au Front Islamique du Salut (FIS).

Le gamin des faubourgs populaires du berceau du raï moderne avait débuté sa carrière huit ans plus tôt, après avoir un temps espéré tâter du ballon rond. A partir de 1987 et un premier succès foudroyant (« El Baraka », une histoire d’amour au parfum sulfureux qui lui vaudra déjà d’être dans le viseur des islamistes), celui qui porte pour nom d’état-civil Hasni Chakroun va ainsi enchaîner les cassettes, trustant les premières places tant des ventes que dans les cœurs de toute une jeunesse.

Porte-parole de ce que l’on nommera le « raï love », il incarne alors les aspirations d’une génération frappée par la crise économique qui ne se reconnaît ni dans le FLN (front de libération nationale – au pouvoir), ni dans le FIS. C’est ainsi qu’à mi-mots il lève le voile sur ce désir de liberté qui anime les quartiers : boire, chanter, faire la fête comme l’amour… « J’allais partir voir ma chérie / Et vous me privez du visa / Vous voulez me tuer ! / Je vais boire à tout casser », déchante-t-il en 1992, dans l’explicite El Visa, une cassette qui fera un tabac.

Cheb Gero, nom de DJ du Français Fabrice Gery par ailleurs fondateur du très recommandé label Akuphone, revient sur cette prolifique production, et en tire trois disques qui soulignent la créativité musicale du petit prince du raï sentimental, qui demeure trois décennies plus tard une référence fondamentale.

Comment ce projet est-il né ?

Michel Levy, le producteur raï de l’époque, m’a contacté pour voir quoi faire des stocks de cassettes en sa possession. Un catalogue énorme dont j’ai eu l’idée de faire des séries. Cheb Hasni en est une bonne introduction, dans la mesure où tout en étant très populaire il reste assez peu connu à l’étranger, notamment aux Etats-Unis. De plus, hormis une sortie obscure, rien n’existe au format vinyle. Cela va permettre de sortir cet artiste des réseaux de distribution habituels.

Hasni, tout en étant l’idole algérienne par excellence, n’a pas eu le temps de devenir mainstream en Occident comme ce fut le cas pour Khaled.

Par rapport à Khaled ou Mami, il est moins réputé à l’étranger alors qu’en Algérie il a peut-être une place encore plus importante. Cela s’explique sans doute parce que musicalement, c’est plus brut, moins policé pour les oreilles internationales. Il n’y a pas eu cette sorte de fusion qu’ont fait les deux autres en s’adossant à des labels français qui ont amené un autre son.

Il est mort au moment même où sa musique commençait à sortir vraiment d’Algérie…

Aussi. Il avait vingt-six ans et c’était le moment où il aurait pu rayonner à l’étranger.

Pour être plus roots dans les arrangements et orchestrations, sa musique n’en est pas moins moderne…

Il n’y a pas la patte occidentale comme les albums de raï qui ont bien fonctionné en France, mais du coup c’est ce qui rend la musique plus intéressante et appréciée au pays. Tous les morceaux, issus de cassettes Oriental Music, sont très bien produits, et il nous a fallu simplement soigner la qualité du son au niveau du mastering, comme par exemple les basses que l’on ressent mieux qu’à l’origine.

La production d’Hasni est pléthorique en tout juste huit ans…

C’est monstrueux : il a passé sa vie à enregistrer. Entre 1987 et 1994, c’est plus de 150 cassettes, sans compter que tout n’est pas encore référencé ! Et même si on retrouve les mêmes morceaux, ce sont de nouveaux arrangements, d’autres interprétations.

C’est un pur produit du son « oranais ». Sa musique paraît à la fois simple et très sophistiquée, ancrée dans le raï rural des origines et très branché synthétique…

Oran est le berceau du pop raï, dont Hasni était le fer de lance. Il ne fait aucun doute que sa musique était super moderne, nourrie de nombreuses influences et en même temps très typique de la musique locale. De par sa manière d’enregistrer, où tout allait très vite, où il s’agissait de produire pratiquement quotidiennement, Hasni favorise l’expérimentation, dans un registre pop bien entendu.

Le tout pour porter des chansons d’amour, des paroles sans doute à double lecture…

Hasni chante le quotidien, les déboires amoureux. Ce qui peut paraître léger ici a bien plus de sens en Algérie. Il ne faut pas oublier que dans les années où Hasni chante, l’alcool est proscrit, les cabarets sont fermés, les concerts sont annulés. En fait, parler d’amour devient interdit, et le faire, cela prend des airs sulfureux, pour ne pas dire subversifs.

Cheba Zahouania Et Cheb Hasni – El Baraka
La sélection repose sur un fil esthétique plus que chronologique…

Il n’y a aucune date sur les cassettes, et plus généralement le minimum d’informations. Je n’ai jamais vu le nom du compositeur ou des interprètes. Et donc, hormis des spécialistes extrêmement pointus ou en faisant un travail titanesque sur les références de chaque cassette, il est impossible de suivre une chronologie. Je ne me suis pas lancé dans ce genre d’entreprise. Même pour Cheb Hasni, le manque de crédits fait que l’on ne sait pas quand, ou s’ il joue du synthé par exemple, à quel niveau il se situe dans le processus de création de chaque chanson. 

Pourquoi avoir choisi de sortir ces disques chez Outrenational alors que tu as toi-même un label, Akuphone ?

EnHisham (Mayet) et Damien (Lenet) d’Outrenational m’ont sollicité pour ce projet dont l’ambition est de permettre à la musique d’Hasni d’atteindre d’autres publics.

Je n’en avais pas les moyens, ni le temps, je travaille d’ailleurs sur une autre sélection, multi artistes, pour mon label. Cette sortie d’Hasni, c’est un gros projet avec trois vinyles, les CD, un coffret.

L’idée est plus que je suggère des projets pour créer une collection anthologique à partir d’abord des grandes figures du raï, mais aussi certains musiciens du Moyen-Orient et des autres pays du Maghreb, et dans un second temps d’aller sur des figures plus obscures.

Les tout premiers enregistrements de Mami sortis en France par exemple, qui sont fantastiques, sont trop peu connus. Il y a un public pour ça, ici comme aux Etats-Unis. Le distributeur américain avec lequel je travaille depuis quinze ans, Forced Exposure, qui absorbe nombre de productions indé dans tous les registres, ne connaissait pas Cheb Hasni! C’est incroyable. Il y a un vrai décalage entre sa popularité en Algérie et sa notoriété dans le reste du monde, et c’est ce fossé que l’on essaie de combler. C’est aussi pourquoi on a choisi de réaliser des couvertures originales qui attirent l’œil. 

Cette sortie va surfer sur la vague Acid Arab…

Complètement. En fait, Acid Arab fait le pont avec cette musique-là. Et cela permet de redécouvrir tout ce patrimoine un peu laissé de côté.

Peux-tu imaginer ce qu’aurait pu faire Hasni s’il n’avait pas été assassiné ?

Il aurait sans doute percé à l’international, un peu comme Mami et Khaled. A la fin, Cheb Hasni était plus dans le raï sentimental qu’à ses débuts, où les textes sont plus rentre-dedans. Il s’est « popifié » peu à peu, et donc avait toutes les chances de s’installer sur un registre plus « variété ».  

Les trois volumes sont disponible via Outre National Records.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé