→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Africolor démarre, et tout le monde est invité !

Pour sa 32e édition, le festival Africolor a dû se réinventer puisque – confinement en France oblige – les salles de concert sont fermées. Il en fallait plus pour décourager son équipe, qui a maintenu l’essentiel de sa programmation en ligne. Vous êtes invités. C’est en streaming, et c’est gratuit ! 

Après le couvre-feu qui avait déjà contraint l’équipe du festival à remanier son programme, le confinement décrété fin octobre aurait pu sonner le glas de ce rendez-vous plus que trentenaire qui réunit chaque année des artistes d’Afrique et d’ailleurs pour dialoguer en musique. Mais comme aurait pu dire Thomas Sankara, le découragement est réactionnaire ! Hors de question de tout annuler, d’autant qu’Africolor cette année avait pris les devants en se concentrant sur les Afriques d’ici, évitant autant que faire se peut le casse-tête des passages de frontières dans un contexte international empoisonné par le Covid. Et puisque les salles de concert sont fermées au public, qu’à cela ne tienne, le festival transportera cette année les artistes dans vos salons, vos chambres, et partout ailleurs sur vos téléphones portables. Du 14 novembre au 15 décembre, pas moins d’une douzaine de spectacles joués pour l’essentiel au Comptoir (Fontenay-sous-Bois) seront ainsi diffusés en livestream, en direct donc, sur le site d’Africolor, sa page Facebook, et celles de ses partenaires (dont PAM, bien sûr, qui relaiera une sélection de ces concerts). Coup d’œil sur cette programmation commando, en mode 2.0.

Orchestre Grand Bamako (Valerie Dorpe)
Paris-Bamako-Ndjamena, avec escales… mais sans avion ni visa

Le festival s’ouvre donc comme prévu samedi 14 novembre, à 21H, avec l’Orchestre du Grand Bamako qui, jouant cette fois-ci en formule plus intimiste, n’en ressemble pas moins à un all stars. Réunis par Vincent Lassalle, musicien français que le Mali a adopté, on aura le plaisir d’y retrouver les cantatrices Mah Damba et Bassey Koné bien entourées par les excellents Badjé Tounkara (ngoni), Lansiné Kouyaté (balafon), et Vincent Lassalle aux percussions. De quoi nous propulser tout droit vers Bamako dans un pont aérien qui se prolongera, dix jours plus tard, par le concert solo de Ballaké Sissoko, dont les médiations musicales portées par la kora, assurément, ne peuvent que faire du bien en ces temps incertains. Le virtuose y fera certainement entendre, en avant-première ce 25 novembre, quelques-uns des morceaux de son prochain album, Djourou (à paraître chez No Format). Quelques jours avant lui, la kora sera déjà à l’honneur, cette fois-ci entre les doigts d’une femme, Senny Camara, qui fera résonner à travers cordes et voix, les couleurs sérères et mandingues de son Sénégal natal.

Senny Camara – Boolo

Et puisque les frontières d’Africolor sont toujours ouvertes, le DJ et producteur français Praktika présentera le 5 décembre son show en direct d’Abidjan, où il se rend pour une série de concerts et d’ateliers de formation à la production de musiques électroniques. Quant à Abdoulaye Nderguet, c’est de Paris – où le confinement l’a surpris- qu’il fera résonner Le 10 décembre son chant enraciné dans les traditions tchadiennes, un pays dont la culture mérite d’être mieux connue et représentée dans les médias. Ce sera l’occasion!

Sous le soleil des indépendances

Et puisqu’en cette année 2020, pas moins de dix-sept pays d’Afrique subsaharienne, dont quatorze anciennes colonies françaises fêtent leurs 60 ans d’indépendance, le festival – dont le goût pour la politique et l’histoire ne sont plus à démontrer, s’empare de cette commémoration qui en France est passée, il faut bien le dire, inaperçue. C’est ainsi qu’est né Indépendances cha-cha, un spectacle qui réunira chaque semaine un des pères de l’indépendance (interprété par un comédien) accompagné par un musicien qui, jouant les airs emblématiques de cette époque, dialogue en musique avec lui. À partir du 17 décembre, chaque mardi en direct et en streaming, vous retrouverez ainsi successivement Sekou Touré, Kwame Nkrumah, L.S. Senghor & Modibo Keita, Patrice Lumumba et Félix Houphouët-Boigny. Chacune de ces figures sortira des plis de l’histoire pour nous raconter, de son point de vue, le l’époque fondatrice dont elle fut – avec les musiques- l’actrice principale… Celle du “Soleil des Indépendances” que racontait l’écrivain Amadou Kourouma dans son roman du même nom. De quoi se replonger, à travers ces histoires individuelles et collectives, dans ce moment-clé où se sont nouées les relations avec les “anciennes” puissances coloniales. Une aventure à découvrir comme une série, tous les mardis.

Indépendance Cha Cha (Musa Omusi)

En ces temps de grand chamboulement, d’autres concerts-suprises ne sont pas exclus. Quoi qu’il en soit et coûte que coûte, Africolor 2020 vivra ! Et PAM est ravi de lui servir, cette année encore, de caisse de résonnance. Restez branchés, vous êtes invités.

Les rendez-vous Africolor sur la page Facebook de PAM :

Novembre
  • 14/11 – 21H : Orchestre du Petit / Grand Bamako
  • 17/11 – 21H Indépendances cha-cha Guinée : Sékou Touré, l’homme qui disait non
  • 19/11 – 21H Senny Camara 
  • 24/11 – 21H Indépendances cha-cha Ghana : Kwma Nkrumah, l’homme et l’idéal
  • 25/11 – 21H Ballaké Sissoko
  • 28/11 – 21H Mah Damba
Décembre
  • 1/12 – 21H Indépendances cha-cha Sénégal (Senghor)
  • 5/12 – 21H Praktika en live set à Abdijan
  • 8/12 – 21H  Indépendances cha-cha Congo : Lumumba, une comète dans le ciel des indépendances et Mali (Modibo Keita)
  • 10/12 – 21H Abdoulaye Nderguet
  • 15/12 – 21H Indépendances cha-cha Côte d’Ivoire : Houphouët-Boigny, prophète en son pays ?
Affiche par God Save The Screen
Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé