→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Il y a 1 semaine

Tiken Jah Fakoly chante « Corona » pour barrer la route au virus

Le reggaeman ivoirien sort un nouveau single et tourne un clip à Bamako pour barrer la route au Coronavirus.

Le descendant de Fakoly, installé au Mali, a enregistré un titre dont le clip, tourné à Bamako, vient de paraître sur le net. « Corona on va te foutre dehors / Corona tu vas pas t’installer ici », c’est ainsi que débute cette nouvelle chanson, en prise avec l’actualité et les angoisses que la pandémie mondiale suscite. Dans le clip, on voit le reggaeman sortir avec son masque vert-jaune-rouge « made in Africa », saluer sans serrer la main, distribuer des masques en expliquant leur usage, et s’accroupir pour causer avec des vieux, eux aussi masqués, manière de dire que les doyens méritent toute notre attention, et qu’on peut continuer à avoir une vie sociale même avec davantage de distance physique. Interrogé sur RFI, Tiken Jah expliquait récemment « je constate qu’ici à Bamako il y a beaucoup de personnes qui ne croient toujours pas à l’existence du Corona, et qui pensent encore que le corona c’est pas pour les Africains, que c’est Dieu protège l’Afrique… et donc il faut que l’on continue de sensibiliser ». Avec un peu plus de 800 cas recensés et une cinquantaine de décès, le Mali n’est certes pas aujourd’hui le plus touché des pays, mais la progression de l’épidémie s’y poursuit. 

Dans ce pays où, comme dans une grande partie de l’Afrique, la majorité de la population travaille dans le secteur informel et doit sortir chaque jour pour rapporter « le prix du condiment » à la maison, il était bien difficile d’imposer un confinement comparable à celui d’autres pays. Certes, un couvre-feu a été instauré (il a été récemment levé), mais le grand marché de Bamako est resté ouvert, et le gouvernement, après avoir organisé les élections législatives malgré les critiques, n’a pas osé imposer la fermeture des lieux de culte, laissant aux religieux cette responsabilité. La plupart des mosquées sont ainsi demeurées ouvertes. À ce sujet « Moi j’avoue, poursuivait-il sur RFI, que les mesures prises au Mali ne sont pas forcément satisfaisantes : on a l’impression qu’il y a des communautés qui ont plus de pouvoir que le gouvernement au Mali ». Il ne reste donc qu’une chose à faire : s’imposer les gestes barrière, et c’est précisément ce message simple et clair que porte avec efficacité le titre « Corona ».

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé