→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Le confinement afrofuturiste de Dr. Drumah
Photo par Glauco Neves

Le confinement afrofuturiste de Dr. Drumah

Pour s’évader pendant son confinement, le batteur brésilien Jorge Dubman, s’est plongé dans sa collection de disques africains. Il en ressort The Confinement Vol. 1 : Africa, une beat tape à l’inspiration afrofuturiste et une invitation au voyage vers la Terre-Mère. Pour PAM, le Questlove de Salavador de Bahia revient sur sa conception inopinée.

Alors que le Brésil est toujours empêtré dans la crise sanitaire du Covid-19 qui tend malheureusement à s’empirer de jour en jour dans le pays, la population est encore fortement invité à rester confiné. Pour Jorge Dubman, un des membres fondateurs et batteur du groupe d’afrobeat bahianais IFÁ (pour ‘Ijexá Funk Afrobeat’, NDLR), cette période de distanciation sociale fût particulièrement difficile dans un premier temps : “C’est vraiment très étrange et ça m’a affecté de diverses manières, personnellement et professionnellement”, déplore-t-il. “Je suis un batteur donc ça a rendu les choses difficiles étant donné qu’il n’y a pour l’instant plus de shows, de tournées ni de répétitions. Sans contact et proximité, ces emplois n’existeront pas.” Mais au lieu de broyer du noir à cause de cette atmosphère pesante, Jorge a rebondit rapidement en trouvant refuge dans sa collection mirobolante de disques : “Face à ce moment difficile d’isolement, j’ai choisi quelques disques de ma collection, allumé quelques machines et logiciels et j’ai décidé de faire cet album.” 

Cet album en question, c’est The Confinement Vol.1 : Africa qu’il signe sous son nom de beatmaker, Dr. Drumah. Un vol passionné et passionnant de vingt minutes au-dessus des paysages musicaux du Nigéria, du Bénin, de l’Éthiopie, du Burkina Faso et du Ghana avec comme guide principal le hip hop. S’il est d’habitude accoutumé au mariage entre hip hop et jazz avec ses précédents albums, c’est cette fois-ci du côté du continent africain que Dr. Drumah a jeté son dévolu pour piocher quelques samples : “Ça fait un certain temps que je recherche dans des genres comme l’afrobeat, l’afrofunk, le highlife et l’ethio jazz”, nous confie-t-il. “ En tant que batteur et un des fondateurs du groupe d’afrobeat IFÁ, certaines personnes me demandent toujours de faire un album comme celui-ci, de faire cette combinaison et de montrer d’une façon différente ces styles. Le hip hop comme langage musical nous permet de créer ces mélanges magiques.”

Et comme tout beatmaker qui se respecte, Dr. Drumah ne lâche pas un mot sur les disques et les artistes qu’il a sélectionné pour donner vie à cet album, enfin presque : “Ça fait partie de la démarche de l’auditeur de faire ces découvertes là. Les beatmakers ne révèlent pas leurs sources. Ça fait partie de la culture du digging. Tout ce que je peux dire c’est qu’il y a les deux piliers de l’afrobeat : Fela Kuti et Tony Allen.” Justement, l’album est dédié à ses icônes que sont Fela Kuti, les regrettés Tony Allen et Manu Dibango ainsi que les autres grands maîtres africains tel que le nigérian William Onyeabor, dont il est un grand admirateur. C’est notamment ce dernier et Sun Ra qu’il l’ont inspiré pour l’approche afrofuturiste qui plane sur l’ouverture tonitruante “Flying to Mother Earth” et l’ensemble des neufs autres titres. Renforcé par la verve charismatique du rappeur australien Mista Monk (du groupe d’ethio-jazz Black Jesus Experience, NDLR) sur deux pistes, le voyage dans une Afrique à la fois futuriste et ancestrale de Dr. Drumah se révèle remarquable pour un album qui n’aurait, en temps normal, sûrement jamais vu le jour. D’autant plus lorsque l’on sait qu’il s’agissait seulement pour cet insatiable mélomane d’une forme thérapeutique de tromper l’ennui face à la situation actuelle : “C’était une manière d’oublier un peu ce qui se passait dehors. Beaucoup de mauvaises nouvelles en permanence et je n’étais pas dans l’état d’esprit pour encaisser ça, alors j’ai concentré mon énergie sur la production de cet album”.

Ecoutez The Confinement Vol. 1: Africa sur Bandcamp

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé