→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Plongée dans les Hautes Eaux, avec la productrice égyptienne Bosaina

Clef de voûte de la scène cairote, l’artiste vient d’illuminer le web avec la sortie de “High Waters”, morceau qui cristallise ses nombreuses obsessions : mode, danse, chant et nappes oniriques.

Artiste, performeuse, Dj, productrice, musicienne jazz (il faut absolument écouter son projet Electronica Jazz New York April – July 2013 / Two Names Upon the Shore), mais également chanteuse de Quit Together ou leadeuse du très turbulent groupe d’Electro-clash Wetrobots, Bosaina est une des plus prolifique activistes de la scène électronique du Caire. 

Également actrice (dans The United sorti en 2012) membre du sémillant collectif Kairo is Koming, l’artiste a même géré un club au Caire, le VENT– aujourd’hui fermé –, une expérience pionnière en Égypte, un dancefloor de 250 places, premier du genre à afficher des bookings internationaux au cœur de la capitale.

Des scènes berlinoises à, plus récemment, Jazzablanca ou le Moga au Maroc, en passant évidemment à Internet, Bosaina laisse, partout où elle passe, d’étonnants sillons de lumière sur son passage. Dernier manifeste en date ? La toute récente sortie de High Waters, morceau onirique dont elle signe à peu près tout, de la réalisation du clip à la chorégraphie.

Les projets de Bosaina sont nombreux et hybrides. Vous pouvez les retrouver ici.

Solaire et dansante, son étonnante Boiler Room – une des plus groove de la saison 2017 – est à revivre ici.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé