→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Bamao Yendé et Le Diouck, bouffée d’oxygène pour les clubs

Le boss du label Boukan Records Bamao Yendé s’associe à nouveau avec son camarade Le Diouck le temps de 55 Degrees, un nouvel EP réjouissant de fraîcheur et d’inventivité. Les deux compères nous aident à déchiffrer cet OVNI.   

Pas la peine de se fatiguer à essayer de catégoriser la musique de Bamao Yendé et Le Diouck. On ne saura jamais dire si c’est mainstream ou avant-gardiste, ni s’il s’agit de rap alternatif ou de musique électronique. On a simplement devant nous six titres qui marqueront l’année grâce à une imagination débarrassée de toute barrière. Les acolytes naviguent entre hip-hop, neo-soul ou UK garage avec des influences africaines en filigrane. « On est inspiré par la musique venant du Sénégal, du Cameroun, d’Angola et du Nigéria, nous expliquent-ils. De DJ Arafat à Wiley, de Kashif à Singuila… En réalité, on puise dans tellement de choses différentes que nous catégoriser devient compliqué. On tire nos émotions sur l’instant, c’est pour ça que notre son fluctue pas mal. »

DJ actif de la nuit parisienne et résident sur Rinse France, William Essef aka Bamao Yendé connaît forcément les recettes pour faire danser les foules. Ces six titres sexy et lancinants sont le fruit d’un travail d’équipe improvisé et déconcertant de fluidité : « en théorie, nous dit Le Diouck, Bamao commence une prod, il expérimente des trucs, puis je viens poser une vibe avec des lyrics purement rythmiques et on peaufine au fur et à mesure. » A la fois à la production et occasionnellement au chant, Bamao complète : « Le Diouck chante en français et en anglais en utilisant pas mal d’argot, puis en wolof. En fonction des prods et des moods, on choisit les langues qui vont permettre de mettre le mieux en avant nos intentions. »

Pour qui voudrait à tout prix leur coller une étiquette, le duo aime appeler la musique qu’ils produisent comme « Diakhassé, qui veut dire mélangé en wolof ». Gros travail sur le beat, chant sensuel et mélodies éthérées font de cet EP une sortie incontournable pour la Fédération du Boukan !

Retrouvez le morceau « Tommy Shelby » dans notre playlist afro + club sur Spotify et Deezer.

L’EP est disponible depuis le 9 mars, en écoute sur toutes les plateformes.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé