→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Il y a 1 semaine

U Roy ne toastera plus

Le deejay jamaïcain, qui a imposé son style il y a cinquante ans dans les dancehall jamaïcains, est décédé le 18 février à l’âge de 78 ans. Sa contribution à l’histoire de la musique jamaïcaine a été essentielle.

Ewart Beckford, né en 1942 à Kingston, a démarré sa carrière comme deejay dans les sound systems jamaïcains au tout début des années 60. À l’époque, le deejay comblait les temps de changements de disque et tenait le public en haleine par ses commentaires mordant sur les intros des morceaux suivants, comme le faisaient les animateurs des émissions de rythm’n’blues sur les radios américaines. Il était déjà une pièce essentielle du succès des sound systems, ces soirées dansantes qui se distinguaient par la puissance de leur son mais aussi les nouveautés qu’ils diffusaient, et dont ils gardaient jalousement l’exclusivité. 

Mais U Roy, bien plus qu’un simple animateur, s’est mis à développer de véritables textes, personnels et chargés de sens, influencé en cela notamment par Count Matchukie ou King Stitt.

Le coup d’éclat qui le révèle a lieu en 1969, lorsqu’il inaugure une nouvelle collaboration avec King Tubby, producteur fou de sons et patron du sound system Home Town Hifi. Ce soir là, comme le raconte Sebastien Broquet sur le site le Petit Bulletin, King Tubby a récupéré en douce les masters du label Treasure Isle où il travaille pour en faire les premières dubplates. Et après avoir joué un des morceaux en version originale, il en envoie la version instrumentale, où les voix passent au second plan et libèrent des espaces que le deejay U Roy, avec son style reconnaissable entre tous (et son fameux cri), va remplacer par propres ses textes, toastés en rythme sur le riddim du disque. King Tubby et U Roy associés font un tel malheur, et enregistreront dès 1970 les premiers titres (« Wake the Town », « Wear You to The Ball ») de ce qu’il faut bien appeler un nouveau genre sur Treasure Isle, le label de Duke Reid. 

Cette expérience inédite allait non seulement ouvrir la voie au dub (et d’une certaine façon aussi, au ragga et plus tard au trip-hop) mais aussi à U Roy une carrière musicale prolifique, travaillant avec les plus grands tels que Lee Perry, Peter Tosh, Bunny Wailer ou encore Mad Professor (avec lequel il sortait en 2018 un ultime disque). Il faisait partie des invités de Toots and the Maytals sur l’album True Love qui obtiendra un Grammy Award en 2004.

Il aura aussi collaboré avec de nombreux groupes de reggae d’Europe et d’Afrique… on se souvient ainsi de la version de « Mangercratie » enregistrée avec Tiken Jah Fakoly

C’est l’un de ses confrères DJ, Dennis Al Capone, qui a annoncé sa mort le 18 février 2021.

U Roy – Wake The Town
Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé