→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Sparrow et Barbossa rentrent au port avec leur premier album Seven Seas
Dele Sosimi, Sparrow & Barbossa (feat. Francis Coletta) - E Fura (Original Mix)

Sparrow et Barbossa rentrent au port avec leur premier album Seven Seas

Entouré d’une ribambelle d’invités internationaux, le duo suisso-uruguayen Sparrow et Barbossa sort Seven Seas, une friandise house afro-latine qui prévoit d’illuminer l’été. Lisez notre interview en écoutant le morceau « E Fura » en avant-première. 

Comme l’indique explicitement leur nom, Sparrow et Barbossa offrent à la scène house leurs propres Pirates des Caraïbes, bien décidés à sillonner les « sept mers » pour ramener au port le meilleur des sons du monde entier. Première moitié du duo, le pianiste Suisse Bryan Coletta est le fils du guitariste Francis Coletta, qui intervient aussi dans l’album et qui a travaillé avec Whitney Houston, Quincy Jones ou Frank Sinatra. Son background vient compléter celui de l’Uruguayen Emiliano Haberli, qui a grandi dans une région dominée par une population afro-uruguayenne et influencé par le Candombe, genre musical tribal né à l’époque coloniale. Ensemble, ils proposent des fusions électro-organiques sur de nombreux labels d’afro-house tels que MoBlack Records, Inward ou ici Redolent Music. Physiquement enfermés à Madrid lors de la crise, les deux ont laissé leur âme s’évader et s’inspirer de différentes cultures et genres musicaux qui ont nourri l’envie de composer ce premier album parfaitement lancé par le single « Quando Te Veo », en collaboration avec les vétérans du nu-jazz Mo Horizons. Seven Seas sonne comme une réunion post-confinement où chacun viendrait lâcher le manque-à-danser contenu pendant un an. Côtés invités, on y croise leur mentor espagnol DJ Chus, le chanteur kényan Idd Aziz, le groupe cubain Los VanVan qui apporte une touche latine, le pionnier marocain Cee ElAssaad ou encore Floyd Lavine, star montante de la musique électronique sud-africaine. Ils nous offrent ici le morceau « E Fura » en avant-première, un morceau dans lequel fusionnent synthés, guitares et percussions, en collaboration avec Dele Sosimi, ambassadeur nigérian de l’afrobeat.

Dele Sosimi, Sparrow & Barbossa (feat. Francis Coletta) – E Fura (Original Mix)

Comment avez-vous continué à travailler sur votre musique pendant le confinement ? Cet album est-il le fruit de cette période particulière ?

La vérité, c’est que nous avons utilisé cette période pour nous consacrer pleinement à la production, ce qui nous a véritablement aidé à traverser ces moments difficiles. L’album vient définitivement de notre concentration sur la production pendant le confinement.

Comment travaillez-vous en duo, qui fait quoi ?

Barbossa est percussionniste, il s’occupe donc de toute la partie rythmique, aussi bien dans nos performances live que dans nos productions. Pendant les DJ sets, il joue ses percussions électroniques par-dessus le set. Sparrow, quant à lui, est pianiste et ingénieur du son, il produit donc la partie mélodique et gère les aspects mélodiques et les effets de nos performances live. Le fait que nous soyons tous les deux musiciens nous fait voir la musique électronique peut-être d’une autre manière, plus organique et plus proche de nos racines.

Sur quels critères avez-vous choisi les artistes avec lesquels collaborer ?

Nous travaillons honnêtement au feeling, nous aimons vraiment travailler avec des gens simples comme nous, qui font simplement des choses parce qu’ils aiment ce qu’ils entendent, ou parce qu’ils le ressentent comme nous le ressentons. Nous avons une relation super amicale avec tous ceux avec qui nous collaborons. Nous recherchons vraiment la complicité et notre but est que les collaborations apportent vraiment quelque chose en plus à ce que nous faisons déjà, pour essayer d’innover musicalement en permanence.

Beaucoup de chansons sont orientées afro ou latino, surtout par le biais des invités. Est-ce une erreur d’appeler votre musique afro ou latin-house ? Comment définiriez-vous votre style, avec vos propres mots ?

La latin house est issue de cultures africaines, traduites sur le continent latino-américain, elles sont très profondément liées. Oui notre musique est majoritairement afro ou latin house, mais au final ce que nous avons toujours essayé de faire est de transmettre n’importe quelle musique ethnique traditionnelle à travers la musique électronique. Nous nous considérons en quelque sorte comme des ambassadeurs de la musique ethnique qui retravaillent ces sons et les traduisent ensuite en une musique qui cherche à vous faire danser. Nous avons également rendu hommage au flamenco espagnol dans l’album, un style également issu d’influences nord-africaines.

Est-ce ce que vous vouliez exprimer à travers le titre Seven Seas ? Montrer le monde à travers la house ?

Sparrow et Barbossa est un duo de pirates. Les pirates explorent les mers, et nous avons essayé de plonger dans l’héritage des cultures autant que possible, et de les rassembler pour créer cet album et vous apporter de la musique inspirée du monde entier. Un autre objectif majeur de cet album est de démocratiser l’héritage de ce mélange de cultures au plus grand nombre à travers une musique sur laquelle on peut danser.

L’album sortira le 7 juillet, précommandez-le ici.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé