→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Il y a 1 mois

Sotor Records, trait d’union électronique entre Marseille et Casablanca

Fraîchement posé sur les rails de la scène techno, le label Sotor Records promet de mettre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient à l’honneur, à travers le prisme des clubs. Discussion avec les frères fondateurs.

Depuis 2015, le projet franco-marocain Paradox opère des aller-retours par-dessus la Méditerranée, baladant la techno entre Marseille et Casablanca à travers l’organisation d’évènements. Nés à Casa mais biberonnés au son des clubs de Lille et de la cité phocéenne, Alae et Moulay Ramdani vivent au rythme de la techno et de ses pratiques associées comme le VJing ou les arts numériques, qu’ils défendent dans des soirées qui suivent trois règles : « faire découvrir des artistes inédits dans chaque région, mettre en avant les talents locaux, et créer le pont entre musique et arts visuels. » Comme une suite logique, les frangins capitalisent ces années d’expérience en lançant le label Sotor, avec un premier EP signé Zadig et illustré par l’artiste marocain Yassine Ajnaou. On a discuté avec les deux passionnés pour en savoir plus sur la philosophie et les orientations de leur structure.

Après 6 ans d’organisations de soirées avec Paradox, comment est venue la volonté de créer Sotor Records ?

A vrai dire, la volonté était là presque dès le départ de l’aventure Paradox il y a 6 ans. Notre projet Paradox a toujours voulu aborder la Techno sous le maximum de ses angles, en allant de l’organisation d’évènements à la création de label, en passant par les cases webzine, chaîne de podcasts et agence de booking. Mais comme on ne pouvait pas courir plusieurs lièvres à la fois, on attendait le bon moment, et surtout, on voulait bien comprendre les rouages du développement de label avant de nous lancer. Cela dit, après plusieurs années passées dans un projet comme le nôtre, l’étape du label avait comme un goût de renouveau qui nous apportait la dose d’adrénaline nécessaire pour aller de l’avant et nous sortir d’une forme de routine. Enfin, cette volonté vient aussi naturellement de notre identité, de notre souhait de promouvoir les acteurs de la scène Techno marocaine à travers un label de production phonographique, qu’il s’agisse d’artistes producteurs, de graphistes, … D’ailleurs, la charte graphique du label a été conçue par un designer casablancais, Yassine Ajnaou, qui s’est occupé de tout l’artwork et du design du SOT01.

Avec Paradox, vous avez bâti une passerelle entre Marseille et Casablanca. Selon vous, qu’est-ce qui a permis de rapprocher les deux continents, musicalement parlant ?

Depuis la création de Paradox en 2015, nous avons toujours voulu créer un pont musical transméditerranéen entre notre pays natal, le Maroc et la France, notre pays d’adoption. L’export de nos événements en 2019 à Casablanca nous a permis de proposer des line-ups musicaux rapprochant les deux continents en intégrant à chaque fois un artiste français et un artiste casablancais avec deux univers paradoxaux mais ayant des lignes (« sotor » en arabe) de connexions communes : Zadig & Kali G, Voiski & Karim (boss du label Tikita), Antigone & Arabian Violence …. Mais le constat de base , c’est que la musique est un vecteur social commun aux deux continents. Quand on s’intéresse de plus près à la musique électronique, on trouve des points communs évidents de part et d’autre. Quand tu écoutes de la musique traditionnelle de Oujda, au nord-est du Maroc et de la Techno classique européenne, la similitude rhythmique est flagrante ! Marseille et Casablanca ne sont que des points d’attaches qui illustrent cette passerelle.

Y-a-t-il une volonté de votre part d’amener la culture club européenne au Maroc ? L’inverse est-il aussi vrai ?

La culture club européenne et internationale est bien présente depuis un moment au Maroc. Cependant, la culture club techno, telle qu’on la conçoit, qu’on l’a vécue et qu’on l’apprécie est peu présente voire inexistante au Maroc. On parle là du versant « underground » de cette culture. Il ne s’agit pas là de cloisonner la culture club en fonction des styles mais force est de constater qu’elle ne s’exprime pas de la même manière suivant les registres. Donc oui, l’idée c’est de partager cette version alternative de la culture club au Maroc, tout en ouvrant le champ des possibles pour que l’inverse soit vrai aussi. Par exemple, comment la scène marocaine peut influencer notre regard sur la culture club Techno européenne. L’export de nos événements au Maroc, et notamment la soirée Skryptöm collective que nous avons organisée à Casablanca -sous la forme de masterclass, résidence artistique et concert électroacoustique entre un producteur de musique électronique et un oudiste traditionnel marocain- est l’illustration de notre volonté d’expérimenter les échanges potentiels entre les deux rives de la Méditerranée. Bien évidemment, on souhaite aussi faire découvrir la scène marocaine en Europe !

Quelle orientation allez-vous donner au label ? Quelle place auront les artistes marocains et/ou nord-africains en général ?

Sotor Records est orienté techno classique / techno indus avec des influences electro et acid. Sur la première sortie nous avons eu le plaisir de collaborer avec l’artiste casablancais Yassine Ajnaou de Hej-Studio qui a réalisé toute la charte graphique du label et les visuels du SOT01. On retrouvera sur les prochains Sotor un nouveau talent producteur marocain. Pour chaque release sur Sotor Records, il y aura toujours un artiste marocain, nord-africain, ou du Moyen-Orient.

Pouvez-vous déjà nous dévoiler quelques futurs projets ?

Les SOT02 et SOT03 sont en cours de préparation, et nous collaborerons avec de nouveaux artistes marocains. La reprise de nos événements à Marseille et Casablanca est en cours de finalisation. 

A.L.A.E. était l’invité du 16ème épisode de notre PAM Sound System Radio Show, avec un mix 100% Maroc. Ecoutez le podcast ci-dessous :

Pan African Music · PAM Sound System @RCV99fm – Episode #16 – Special Guest : A.L.A.E.

Suivez Sotor Records sur Facebook et Instagram.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé