→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

PAM présente : Sitos, Kinshasa sur le qui-vive

Ce second numéro de la collection documentaire Off the Map vous emmène à Kinshasa, dans l’antre du zagué, un style non répertorié dont Sitos, manœuvre le jour et chanteur la nuit, est l’un des représentants. Un film de Florent de La Tullaye.

Un homme court, seul, sur le boulevard du 30 juin. Il regarde droit devant lui et, l’oeil franc, s’adresse à nous : « Ici à Kinshasa, pour garder la santé il faut faire du sport. Beaucoup de jeunes meurent, je ne sais pas si c’est la sorcellerie ou le manque d’argent (…) Nous sommes des Kinois, nous sommes des combattants ». On ne saurait mieux entrer dans la jungle urbaine kinoise qu’avec cette introduction du film Sitos, Kinshasa sur le qui-vive tourné et réalisé dans la capitale congolaise par Florent de La Tullaye.

L’homme connaît bien cette ville, qu’il arpente avec son compère Renaud Barret depuis 2004. Ensemble, ils ont ainsi réalisé plusieurs films dont La danse de Jupiter, ou Benda Bilili qui, s’attachant à des histoires humaines, font comprendre la vie à Kin à travers ses musiques, et les musiques kinoises à travers celles et ceux qui leur donnent vie. Autant vous dire que quand nous avons su, chez PAM, qu’il était à Kinshasa pendant l’un des confinements européens, nous lui avons demandé de nous raconter une de ses histoires en image et en sons.

Ça tombait bien, car Florent gravitait depuis un moment autour d’un studio, le Timbela Ba timbela yo (littéralement « sois éveillé pour être lucide »), où défilent nombre de musiciens guidés par un producteur et arrangeur aux doigts d’or, David Lévi Ekofo. C’est lui qui fit découvrir à Florent les productions de Sitos, autrefois membre d’un gang, et reconverti le jour comme manœuvre portant les marchandises, et le soir comme artiste en studio. « Je connaissais Sitos, il est dans l’entourage du studio et c’est dans ce coin, au marché Zando, qu’il travaille. David Levi Ekofo me faisait écouter ses productions. Et quand je leur ai demandé le destin de ces morceaux : ils m’ont raconté comment on distribue la musique à Kinshasa – et c’est ça au départ, avant même la musique, qui m’a intéressé. » 

© Florent de la Tullaye
Zagué style

Ni une ni deux, Florent de la Tullaye propose à Sitos de financer l’enregistrement d’un titre et de suivre son devenir, de la prise de voix à la production en passant par la distribution, jusqu’aux oreilles des Kinois. C’est ce que raconte ce film de 10mn, où l’on appréhende au passage les réalités que chante le style zagué. Zagué, comme « aux aguets », l’attitude des bandits, guetteurs, voleurs à la tire et hommes de main qui tiennent le territoire tenu par leur gang, et écoutent sa bande son. « D’un quartier à l’autre, explique le réalisateur, les musiques “zagué” changent, et elles sont liées aux gangs, qui ont chacun leur territoire. Sitos, lui, venait du gang “armée rouge” qui était très connu autrefois. » On le découvre, une fois sa dure journée de labeur terminée, en train de psalmodier en studio, avec un feu intérieur fou : « Papa te maman te, na moko » (pas de père, pas de mère, je suis seul). Et de poursuivre par le catalogue, non des plaies d’´Égypte, mais des plaies kinoises : il faut de l’argent pour nourrir les gosses, pour les envoyer à l’école, pour payer le studio… et quand on voit la vie de Sitos, on ne peut qu’admirer la rage de dire, la rage de chanter, la rage de s’en sortir.

Car comme tant d’autres, il aurait pu y passer : que ce soit dans les batailles rangées entre gangs – dont une courte séquence filmée il y a quelques années par Florent de la Tullaye donne une idée – ou bien dans les rafles que mènent la police dans les quartiers depuis la fin des années 2000 pour les nettoyer des gangsters et autres kuluna (bandits). Quitte à s’en prendre à tous ceux qui vivent dans la rue. « Pourchassés ou raflés, beaucoup ont alors fui, raconte le réalisateur, se sont retrouvés à Brazza, en prison ou sont morts. Sitos, c’est la musique qui l’a sauvé. » Car c’est à la même période qu’il se met à la musique, et fait même un petit succès avec l’un des ses premiers titres. De quoi être considéré par la police comme un artiste plutôt que comme un porteur de machettes.

Sitos © Florent de la Tullaye
Marketing musical kinois

Mais comme le disait autrefois une chanson des rappeurs Bawuta Kin, « la vie à Kinshasa c’est comme un match de ping pong face à King Kong sur les gratte-ciels de Hong-Kong. » On le comprend, pas facile de vivre dans cette jungle, et encore moins de sa musique. D’autant que Sitos doit s’occuper de tout : payer le studio pour la prise et la production, payer tous les petits DJ installés au coin des rues, au cœur des marchés, pour qu’ils jouent son nouveau titre livré sur clef USB. Ensuite, poursuivre cette campagne marketing dans les clubs, dans l’espoir que la chanson prenne : « et si ça marche bien, poursuit Florent, le patron indien de la boîte de nuit va peut-être lui demander de faire un live. Et c’est là qu’il peut gagner 200 à 300 dollars. »

Self made artist, self made producer. Jamais loin des turpitudes d’autrefois, jamais loin de la grâce. On le doit aussi à l’arrangeur en titre du studio : « David Levi, il boit pas, il fume pas, c’est une sorte de moine qui se retrouve au milieu des gangsters et qui sait leur faire comprendre que rien ne sert de l’impressionner si on veut qu’il travaille, » explique Florent. Et c’est devenu sa spécialité : « trouver un équilibre entre le côté créatif » de ceux qui viennent chez lui, et « leur côté délinquant, » raconte Levi dans le film. En espérant, comme le fait Sitos, qu’un jour ils feront la une et surtout, seront davantage reconnus comme des artistes que comme des voyous. Dans tous les cas, comme des combattants. À vous de faire votre idée : découvrez Sitos, Kinshasa sur le qui-vive sur la chaîne Youtube de PAM, et bientôt un EP, le premier de Sitos distribué à l’international.

Sitos, Kinshasa sur le qui-vive a été sélectionné au Festival International des Films sur la Musique de Paris (FAME 2022) ainsi qu’à la Foire internationale de Kinshasa (FIKIN 2022). Une production PAM avec le soutien du CNC/Talent.

Écoutez le morceau « Pasi Oyo » de Sitos dans notre playlist afro + club.

par Vladimir Cognolari, 16 juin 2022

Sitos © Florent de la Tullaye
© Florent de la Tullaye
© Florent de la Tullaye
© Florent de la Tullaye
Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé