Paris c’est l’Afrique (1989) : Manu Dibango présente Les Têtes Brûlées

PAM vous fait découvrir un nouvel extrait de la série documentaire « Paris c’est L’Afrique » que le journaliste Philippe Conrath avait réalisé en… 1989 ! Manu y présentait ses compatriotes Les Têtes Brûlées. Bientôt sur PAM, la série en intégralité. 

Nouveau souvenir de Manu, nouvel extrait de la série documentaire Paris c’est l’Afrique signée Philippe Conrath (1989). Cette fois-ci, le saxophoniste (mais pas que) présente Les Têtes Brûlées, le fameux groupe qui révolutionna au milieu des années 80 le bikutsi camerounais en lui donnant une couleur rock inédite. Car le doyen des musiciens africains installés en France (après Francis Bebey) n’était pas que l’homme du makossa (fût-il Soul), mais de toutes les musiques camerounaises (comme l’assiko, le bikutsi donc, ou encore l’ambas bey qu’il a mis à l’honneur lors de son récent concert Safari Symphonique au Grand Rex de Paris).

Surtout, il n’avait pas son pareil pour repérer le talent des autres, et les accompagner. Combien de musiciens a-t-il aidés, conseillés, lancés ? L’ampleur de l’émotion que son décès a soulevée est proportionnelle à la quantité de gens qu’il a encouragés.

Dans cette séquence, Les Têtes Brûlées qui se présentent (Jean-Marie Ahanda, le directeur artistique, raconte leur succès au Camer), et on a droit aux saisissantes réflexions de Manu – imagées, drôles, incisives et profondes. On vous laisse découvrir son jeu d’échecs et ses commentaires sur Les Têtes Brûlées, dont il dit qu’ils savent « aller du village à la lune, et en revenir ». Manu aura lui-même passé sa vie à faire ces aller-retours. Une vidéo qui fait du bien, et qui nous rajeunit tous de trente ans !

Paris c’est l’Afrique, un série documentaire signée Philippe Conrath, à découvrir bientôt en intégralité sur PAM.

Retrouvez notre série hommage à Manu Dibango :