→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Lazuli : danse en mode Cardio
© Boris Stakhanov

Lazuli : danse en mode Cardio

Après un premier EP d'inspiration baile funk en 2021, la jeune Franco-Chilienne Lazuli vient de publier Cardio. Un nouvel opus produit par King Doudou qui provoque une furieuse envie de danser. Elle sera en concert le 17 mars à la Boule Noire (Paris).

Née à Macon, en Saône-et-Loire, Lazuli est d’origine chilienne par son père. C’est lui qui lui transmet le goût de la musique et la danse, en l’emmenant très tôt dans des soirées organisées par sa communauté : « À Bourg-en-Bresse, il y a une grosse communauté chilienne. Ils sont arrivés du Chili pendant la dictature de Pinochet, avec le même avion, et ils ont gardé contact. Ils avaient un club de foot avec quasi que des Chiliens et ils louaient des salles pour faire des soirées… ça réunissait l’Amérique latine en général. De mes 6 à 15 ans, j’ai des souvenirs de soirées avec des musiciens, de la salsa, du Daddy Yankee partout, du reggaeton… Je me souviens qu’un jour, tous les darons se sont mis d’accord pour danser la salsa en même temps et je voyais mon père qui dansait avec tout le monde. Cette ambiance dansante, ça m’a marqué. »

LAZULI – ZERO (prod. Izen)

Baile !

Et de fait, imprégnée par cette énergie, Lazuli associe toujours musique et danse. Et pour cause, à côté de ces rendez-vous dansants hebdomadaires de la communauté, qui l’accompagnent jusqu’au lycée, elle pratique également sa passion en club :« J’ai fait de la danse moderne jusqu’à la fin collège. Je faisais des galas de danse, des petits spectacles… Je kiffe le dancehall aussi, mais j’ai jamais pris de cours. Comme la salsa, mais si t’en mets, c’est bon tu m’as perdue [rires]. J’adore ça ! »

Consommatrice immodérée de musique, à aucun moment Lazuli ne pense pour autant devenir artiste. Elle arrive sur Lyon après le lycée et, après des études avortées d’infirmière, elle travaille en tant que chimiste spécialisée dans le textile pour les douanes. En parallèle, elle se connecte à plusieurs artistes lyonnais, parmi lesquels Izen. Pierre angulaire d’une partie du rap lyonnais, ce beatmaker, photographe et vidéaste est aujourd’hui son producteur attitré et DJ pour ses concerts : « Au départ, Il n’y avait pas vraiment d’intérêt musical. On est devenus amis, je me suis connecté à son entourage, et vu que la musique faisait partie de leur vie, j’étais immergée dedans. »

C’est au premier confinement que Lazuli passe pour la première fois devant le micro d’Izen, dans son homestudio du quartier de la Part-Dieu, la Blueroom. Après avoir quitté son travail de chimiste pour se lancer dans la couture, elle commence à poser sur des prods reggaeton, puis baile funk de manière instinctive, sans se prendre au sérieux… Rapidement, Izen et elle commencent à sentir un potentiel et choisissent d’envoyer un premier EP aux couleurs baile funk.

Lazuli – Pica (prod. Brodinski)

Le baile funk est un dérivé du funk venant de Rio. Né dans les favelas à la fin des 1970s, c’est un moyen d’expression et de reconnaissance sociale pour les populations noires des ghettos. Ayant connu beaucoup de mutations, ce style résonne aujourd’hui aux quatre coins du monde. Chaque semaine à Sao Paolo et Rio, d’innombrables bailes (soirées en plein air) funk sont organisées et rassemblent des foules venues se déhancher autour de sound-systems. Pour s’imprégner de cette énergie et aller au bout de son projet, Lazuli s’envole pour Rio de Janeiro en janvier 2021. Accompagnée par Izen et quelques potes, dont Boris Stakhanov qui réalise la plupart de ses clips, elle tourne quelques vidéos, enregistre d’autres morceaux et s’inspire directement à la source du baile funk.

« Sans mentir c’est le voyage de ma vie. Au niveau spirituel, réflexion, etc. J’ai pris une frappe. Tu sens que les gens sont chill. Après il y a la misère, on l’a vue, mais au niveau de l’ouverture d’esprit, je me suis senti super bien là-bas. On devait rester deux semaines, au final on est restés un mois et demi. Et si on avait pu prolonger, on l’aurait fait. Il y a de la musique de partout, on a fait des vraies soirées à Rio où les gens dansent partout dans la rue, il y a limite plus de gens dans la rue que dans les clubs. J’avais même pas envie de rentrer dans les clubs tellement l’ambiance dehors était incroyable. Ils savent vraiment faire la fête. T’avais  même pas besoin d’aller en soirée, sur la plage il y avait de la musique et des gens qui twerkaient. C’était incroyable. »

© Boris Stakhanov
Cardio

C’est en juin 2021 que Lazuli lance officiellement sa carrière, en publiant ZERO. Un EP d’inspiration baile funk produit par Izen et mis en avant par trois clips tournés à Rio : « No me Tocas »,« Molo » puis « Zéro ». Les rythmes sont saccadés, le flow est délicat et détaché, l’ensemble détonne dans le paysage francophone et trouve immédiatement de l’écho. « Avant de sortir ZERO on a fait au moins 30 sons avec beaucoup de reggaeton », reconnaît Lazuli. « C’est pas sur le baile funk que je pose le plus, mais volontairement c’est ça qu’on sort le plus en ce moment. Je fais aussi de l’afro et je commence à faire des sons un peu plus rappés en mode trap. »

Proposant une musique hybride, Lazuli est difficile à classer. « Je suis identifiée parmi les nouvelles rappeuses, explique-t-elle, mais je ne suis pas une rappeuse. Après je comprends, c’est dur à catégoriser ce que je fais. Je dirais que je fais de la musique dansante en général. Après il y a des influences reggaeton, baile funk, dancehall, rap… Et j’adore poser sur des prods hybride, à moitié baile, à moitié reggaeton, une touche d’afro… J’ai pas envie de m’enfermer dans un genre. Avec Cardio, on a voulu ouvrir le truc pour faire un projet club qui se différencie de ZERO. Je suis curieuse de voir comment il va être accueilli. Là c’est plus reggaeton, dembow, dansant. »

Sorti vendredi dernier, Cardio est un EP taillé pour les clubs et produit par King Doudou, le lyonnais à la pointe des rythmes latino-américains qui fait le pont entre l’underground et le haut des charts – il a produit pour PNL, MC Buzzz et a notamment gagné un grammy en produisant « Negrito » pour J. Balvin.

Lazuli & King Doudou – Casse Ton Dos

« Avec King Doudou on s’est connectés via Izen avant le Brésil. Quand on a commencé à faire des musiques reggaeton/baile, il a pris le temps de venir écouter et donner des conseils alors qu’il n’était pas encore impliqué sur le projet. Il y a eu un bon feeling humain, et on a commencé à se capter quasiment une fois par semaine pour faire du son mais sans se dire qu’on allait faire un projet. On en a sélectionné cinq pour faire un EP en commun, mais on a plein d’autres sons encore. La période de travail ne s’arrête pas, c’est une collaboration, comme avec Izen. Ca se passe bien au niveau musical et on kiffe de faire des sessions ensemble, il n’y a pas de pression, c’est agréable. C’est tellement cool de voir des gens aussi humbles, il te respecte autant qu’un J Balvin, pourtant on n’a pas le même parcours. »

Comme à ses premières prises de micro, c’est l’instinct qui guide Lazuli dans sa manière de travailler. Elle écoute les instrus et dès qu’il y en a une qui l’inspire, elle envoie des toplines puis ajoute des mots sur sa mélodie. Et c’est sur scène que sa musique atteint tout son potentiel. Accompagnée par le programme de développement d’artistes Plan B ! avec Bizarre ! à Vénissieux (à côté de Lyon), Lazuli a l’occasion de travailler ses sets où la danse occupe une place centrale. Des danseuses l’accompagnent sur la plupart de ses shows, et quand elles débarquent, une vague d’énergie galvanise le public : « Je ne peux pas dire que je fais de la musique dansante si elle ne me fait pas danser déjà. Et avec mes acolytes qui dansent de ouf, ça apporte de l’énergie et décomplexe les gens. J’ai envie qu’ils se disent ‘ils dansent, bah je peux danser alors.’ On va te donner de l’énergie mais pour que tu puisses nous la renvoyer, viens on kiffe ensemble. Après les danseuses sont pas là à tous mes sets ou sur tous les morceaux mais dès qu’elles arrivent, les gens sont en folie. Surtout dans les derniers lives que j’ai fait. Ils sont trop contents. »

En moins d’un an, Lazuli est parvenue à cristalliser l’attention autour de sa musique et à s’entourer de producteurs talentueux. Avec son nouvel EP, elle montre qu’elle ne se limite pas qu’au baile funk et que, peu importe le style, elle ne poursuit qu’un objectif : faire danser.

Rendez-vous le 17 mars à la Boule Noire (Paris) pour laisser la frénésie s’emparer de vos corps et booster votre Cardio avec Lazuli.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé