→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Ray Lema et Laurent de Wilde sur les chapeaux de roue
© Emmanuel Bovet

Ray Lema et Laurent de Wilde sur les chapeaux de roue

Les deux pianistes poursuivent leurs conversations musicales à quatre mains dans un second album baptisé Wheels. Du blues au classique, du jazz aux musiques africaines, une médiation sur la circularité de la musique… et de la vie.

Quand Ray Lema débarqua aux États-Unis, il y a maintenant une quarantaine d’années, il venait de passer de longs mois à organiser l’orchestre du Ballet National du Zaïre, composé de plusieurs dizaines de musiciens issus de toutes les régions de ce pays-continent. De quoi approfondir le rapport à la musique de tous ces tradi-musiciens qui, jaloux de leur spécialité, n’en pratiquaient pas moins leur art de manière circulaire, comme un grand cercle dont chacun ne devait remplir qu’une partie du contour. Il avait aussi pu constater la manière dont opérait la « bombe atomique congolaise », le sebene, sur les foules du Festac, le grand festival panafricain organisé à Lagos en 1977. C’était d’autant plus vrai que cette partie rapide de la rumba, était alors propulsée par le sorcier de la guitare Franco, dont l’art de la boucle qui toujours se répète et jamais ne se ressemble constituait le plus efficace des ascenseurs pour la transe.

Arrivé au pays du jazz, fût-il free, lui et les autres musiciens africains qui l’accompagnaient avaient trouvé que leurs homologues américains s’adonnant au jazz s’étalaient dans de vastes solos qui remplissaient tout l’espace, tout le cercle, au risque d’être un peu bavards et surtout, d’en oublier le collectif. Bref, il avait pu mesurer la distance qui séparait l’Afrique de l’occident en la matière, constat d’importance quand on veut, comme Ray Lema, œuvrer à la rencontre – la vraie — de ces continents. Une tâche à laquelle le pianiste congolais s’est attelé tout au long de sa carrière.

Pourquoi ce long retour dans l’histoire ? Parce qu’en Laurent de Wilde Ray Lema a certainement trouvé l’un de ses meilleurs partenaires de rencontre musicale, de conversation au long cours, avec ce qu’il faut de confiance et de lâcher-prise pour avancer dans la même direction, en se laissant toujours le soin d’être surpris. Laurent de Wilde explique en d’autres mots leur méthode de travail : « C’est magnifique parce que chacun amène une pierre, et puis on pose les pierres et ça fait, comme en Asie, ces espèces de petits monticules de pierres que les gens amènent : on sait pas qui a apporté la pierre, ce qui compte c’est la pyramide qui sort à la fin et qui dit quelque chose qui n’appartient à personne, donc qui appartient à tout le monde ».

Ray Lema & Laurent De Wilde – « Human come first »

Et voilà comment naquit Riddles en 2016, premier témoignage sur disque de cette complicité musicale faite pour durer. Car chacun y remplit en musique sa part du cercle, se souciant de l’alter bien plus que de l’ego, toujours partant pour un ping pong en version tournante tant leurs compositions aiment, très à cheval sur le rythme, visiter les figures circulaires : ces fameuses roues (Wheels), dont ce nouvel album a pris le nom. Des roues qui comme celles du destin, ou celle que dessinent soleil et lune quand ils jouent à cache-cache, nous emmènent en voyage, avec vue sur des paysages d’une formidable richesse en émotions. Car assis auprès de leur piano, vaisseaux jumeaux, les voilà qui dessinent un pèlerinage au pays du blues (« Chains »), ouvrent une brèche pour nous propulser dans un nganda de Kinsasa ou un maquis de Ouaga, dans une scène où le pianiste – ne tirez pas sur lui — glisserait des traits de rumba sous des airs de ragtime (« Poulet Bicyclette »), ou encore dans les mystérieuses nuits d’Addis-Abeba (Abyssinight)… en écoutant Wheels (en boucle, forcément), on a envie de voir leurs quatre mains voyager sur le clavier, et leur regards se croiser et y lire, après l’avoir entendue, toute leur complicité. Que résume à merveille « Humans come first », l’un des titres de ce nouvel album en duo paru le 28 mai dernier (One drop & Gazebo).

Ray Lema et Laurent de Wilde seront les 15 et 16 juin 2021 en concert au Sunset, à Paris.

Wheels disponible sur toutes les plateformes.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé