Poté, seul contre ses émotions

Poté, Londonien né à Sainte-Lucie, présente un nouvel EP dans lequel la house flirte avec la nu-soul et les rythmes africains. Discussion avec un jeune homme aussi discret que talentueux.  

Voici environ quatre ans que le caribéen d’origine plante des graines ici et là sur la scène électronique à travers une poignée d’EP, distillant un son bien à lui qui fait frémir les oreilles de grands DJs comme Benji B, Laurent Garnier ou Bonobo. Poté apparaît effectivement sur la dernière compilation Fabric mixée par ce dernier, en plus d’avoir collaboré sur le dernier album d’Africa Express aux côtés de Damon Albarn. Dans son nouvel EP qui lui promet à nouveau bien des louanges, on retrouve le morceau « Rose », petit joyau de deep-house peinturée de rythmes afros qui surfent sur une certaine finesse mélodique. Dans la même veine, « Lonely » met en avant la voix de l’artiste, renforçant alors le côté soul et émouvant de sa musique, qu’il rend visuel dans son nouveau clip. L’artiste nous en dit plus sur son actualité.   


Quel est ton background musical ?

Honnêtement, je ne sais pas vraiment. J’ai grandi en écoutant beaucoup de musique dont les styles n’ont pas vraiment de sens entre eux, de la musique country qui est énorme à Sainte-Lucie, en passant par le dancehall ou les premiers disques d’Eminem.


Dans le clip de
Lonely, on dirait que tu te bats contre le vent. Que voulais-tu exprimer à travers cette chanson et cette vidéo ?

Le concept qu’Alex -celui qui a dirigé la vidéo- et moi avions pour la vidéo était de me battre physiquement contre des émotions et des choses que tu ne peux pas fuir ou qui blessent. Tu finis seulement par te fatiguer et ne jamais avancer, et pour la première fois de ma vie je me suis senti amoureux tut en étant très solitaire. Nous essayons de représenter la dynamique de ces deux émotions dans une vidéo. Ça parle également du fait de se battre contre soi-même, son alter ego. 
 


Produire de la house avec une influence africaine, en mettant ta voix en avant… Est-ce cette orientation que tu souhaites donner à ta musique dans le futur ?

Ma façon de produire a toujours gravité vers ce genre de choses, je suis juste devenu de plus en plus confiant pour utiliser ma voix, et trouver la meilleure manière de l’y intégrer. Jusqu’ici, ce fut un voyage amusant, et il y a encore beaucoup de choses à venir !


Peut-on attendre un album ou un autre EP cette année ?  

Oui, il y a un album et c’est… différent. Tu dois être patient !


Tu gères ton propre label Versicolor. Peux-tu nous en dire plus sur son objectif ?

J’ai démarré Versicolor comme un moyen de sortir mes morceaux, de manière égoïste. Tout est parti de la frustration que ces productions soient à la croisée de différents mondes et n’aient pas été acceptés par certains labels, c’est pourquoi j’ai pensé le faire moi-même. Le son sur lequel je voulais me concentrer était percussif, avec des éléments de house et de techno. Plus tard, j’ai eu l’honneur d’avoir un remix de mon ami Nan Kolè et j’ai commencé à faire des soirées (la première a eu lieu à Paris, l’année dernière), où Nan était invité. Cette année, il y aura vraisemblablement plus de sorties et de soirées !


Retrouvez Poté dans notre playlist Noir Wave sur Spotify et Deezer, ainsi que dans afro + club, également sur Spotify et Deezer

L’EP Rose est disponible depuis le 24 janvier 2020, disponible sur toutes les plateformes ici.

Poté - Rose EP