Ausecuma Beats, neuf garçons plein d’avenir

Melbourne, Australie. Neuf musiciens se réunissent et forment Ausecuma Beats autour de leur amour pour la musique afro. Discussion avec le leader sénégalais Boubacar Gaye au sujet de la sortie de leur premier EP.

Levons tout de suite le mystère : c’est le pays d’origine du noyau dur du groupe qui lui a donné son nom. Un talentueux batteur australien, un magicien du djembé sénégalais, un virtuose cubain des congas, et un maître du balafon venu du Mali donnent simplement Au-Se-Cu-Ma, sans pour autant fermer la porte à cinq autres artistes originaires de Gambie ou de Guinée.  

Se rassembler dans un endroit autour d’une passion commune pour la musique africaine est l’idée de départ du big band multiculturel Ausecuma Beats. La ville de Melbourne en Australie est ainsi devenue ce carrefour artistique, et a permis aux garçons de se rapprocher et de s’autoalimenter de leurs talents et histoires personnelles différentes pour donner naissance à ce premier EP éponyme. Véritable symbole d’unité entre les nations, le disque est un festival d’ondes positives dans lequel les percussions n’hésitent pas à se lâcher au milieu d’un décor afrobeat stimulant servi par des atmosphères parfois pop ou jazzy.  

Également membre du combo percussif Mama Afrika, celui qui assure le lead au sein d’Ausecuma Beats nous en dit plus sur cet EP.


Comment vous êtes-vous rencontrés et qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer dans ce projet ?

J’ai eu l’idée de réunir des musiciens de différents pays et cette idée est devenue Ausecuma Beats. Nous nous sommes vus pour la première fois à Melbourne, dans un endroit appelé Bar Oussou. Pour commencer, nous étions trois et nous formions le cœur percussif du groupe. Puis, nous avons commencé à grandir et avons contacté des musiciens qui ont apporté basse, mélodies et chant. Nous ne sommes pas seulement des musiciens, nous sommes une famille, dans la vie et dans la musique. Notre audience fait aussi partie de cette famille. Nous avons beaucoup de choses en commun, nous nous sommes trouvés à travers la musique, et nous voulons que notre public ressente la même chose. 
 


Comment réussissez-vous à combiner tous ensemble votre background musical ?

Quand Ausecuma Beats est né, il était très important de donner à chacun l’opportunité de faire partie de quelque chose de différent, de nous rapprocher et d’en apprendre plus sur nous-mêmes et sur les autres. Nous avons tous des caractères différents, mais la musique n’a qu’un seul langage. Nous donnons chacun une partie de nous-mêmes à la musique, notre propre couleur, notre propre goût. Nous nous respectons et utilisons cette force pour construire quelque chose d’unique, qui nous dépasse en tant qu’individus. Plus nous passons de temps ensemble, mieux nous nous connaissons, nous grandissons ensemble.


Quelle est ta chanson favorite de l’EP et pourquoi ?

Ma chanson préférée est « Ausecuma ». Elle parle le langage de la bande et révèle nos couleurs dans toute leur essence. C’est profond, beau et puissant, et ça montre ce que l’on peut faire et qui nous sommes quand nous devenons Ausecuma Beats.

Ausecuma Beats sort le 22 novembre 2019 chez Music in Exile. Commandez-le ici.