→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

La chrysalide musicale de Banga

La DJ et productrice franco-gabonaise Banga, précédemment Petit Piment, s’apprête à voler de ses propres ailes avec un double single introductif à son univers musical, Latitude 0° 0′ 0″. « Papillon » en est un premier aperçu et il est à découvrir en avant-première sur PAM.

Depuis que nous lui avons consacré un portrait en 2020, le cheminement artistique de Banga s’est étoffé et n’a fait que confirmer les promesses que l’on lui prédisait. Entre autres, c’est elle qui est derrière la production tonitruante de « Shoot », soit la réunion de quelques-unes des rappeuses françaises les plus en vue de leur génération. Elle s’est ensuite distinguée en se retrouvant sur la tracklist aussi pointue que prestigieuse de la dernière compilation Moonshine. Avant de récemment accompagner Pongo pour défendre son album Sakidila sur scène. 

Banga – Papillon

Des edits et autres mixes sur Soundcloud jusqu’aux premières parties d’une de ses idoles et grand nom du kuduro contemporain, le moment est désormais venu pour Banga de se mettre sur le devant de la scène. Publié sur le label parisien lavibe, Lattitude 0° 0′ 0″  est composé de 2 titres qui a pour ambition de mieux comprendre l’univers de Banga et son patchwork d’influences puisant autant dans le baile-funk, l’afro-house que le kuduro. c’est aussi la ligne équatoriale invisible qui relie le Gabon au Brésil, tout comme le lien rythmique qui unit ceux issus de la diaspora à ceux de la musique club. Avec sa ligne mélodique qui oscille entre clair/obscur, « Papillon » est une entrée en matière hypnotique et viscérale qui permet d’entrevoir où mèneront ses premiers battements d’ailes en tant que productrice à part entière.

Latitude 0° 0′ 0″ sort 22 avril chez lavibe

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé