→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

DJ Maphorisa et Kabza De Small, de retour avec Once Upon A Time In Lockdown

Les deux porte-drapeaux de la musique électronique sud-africaine signent un opus de plus en duo, consacré une nouvelle fois à l’amapiano.

Pour rappel, l’amapiano est un genre étant né à Pretoria vers 2015, bien que ses origines soient très discutées. Vers 2018, le style conquiert rapidement l’Afrique du Sud à travers des groupes comme JazziDisciples, MFR Souls ou des chanteurs comme Sun El-Musician. Deux ans plus tard, on retrouve même des traces du genre dans certains hits ghanéens (« Soweto Blues » de Juls) ou nigérians (« Of Lala » de Mayorkun). DJ Maphorisa et Kabza De Small, les Scorpion Kings autoproclamés, sont à l’avant-garde de ce son proche du gqom et de la house, incorporant systématiquement des mélodies et des improvisations au clavier.

Hyper productifs, les deux producteurs viennent de dévoiler Once Upon A Time In Lockdown, leur quatrième album en 8 mois sans compter leurs innombrables sorties en solo. Le projet rassemble 15 titres et plus de 20 featurings, parmi lesquels on peut retrouver des habitués du cercle des deux DJs (la gqom queen Busiswa ou la zimbabwéenne ShaSha), et des signatures moins connues du label BlaqBoy Music de DJ Maphorisa (Howard, Bontle Smith…). Les sonorités de l’album sont caractéristiques du duo, mais évoluent au fur et à mesure des titres. La première moitié de l’album est lumineuse et légère (« Phumelela », « iNtombi »), rappelant une house joyeuse et feel-good très présente dans la scène musicale sud-africaine. La deuxième moitié du projet prend un tournant marqué Gqom avec des sonorités plus sombres et agressives, destinés à être jouées dans la rue dans les taxis à la conduite frénétique (« AmaBBW », « Mdantso », « Suka »). On notera également une volonté d’ouverture et de nouveauté sur des titres comme « Ngibambe » qui se développe sur une boucle de guitare ou « Want to love you », invitant le rappeur Tshego en featuring. Malgré ses conséquences catastrophiques sur l’industrie musicale, le confinement semble donc être une source d’inspiration chez certains artistes, pour le plaisir de nos oreilles.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé