Don Laka, la classe sud-africaine

Cultures of Soul réédite le premier album du sud-africain Don Laka, bijou de disco-funk synthétique en avance sur son temps. Pour l’occasion, nous avons attrapé l’intéressé sur les réseaux pour lui en tirer quelques mots.

Aujourd’hui soixantenaire, Don Laka fait partie de ces artistes qui incarnaient la résistance à travers la musique dans le contexte de l’apartheid. En effet, après avoir terminé ses études, les lois de l’époque l’empêchèrent d’être enrôlé au conservatoire, l’obligeant à trouver un job de vendeur dans une épicerie. Néanmoins, il ne lâche pas sa passion pour la musique et rejoint le groupe jazz Sakhile au début des années 80, découvrant les synthés par la même occasion, expérimentant de ce fait avec les derniers jouets des marques Oberheim, Juno ou Prophet 5. À ce titre, I Wanna Be Myself fut l’un des premiers albums commerciaux réalisé dans son pays sur une machine Fairlight, synthétiseur digital avec échantillonneur embarqué, précurseur de la méthode du sampling : « je sais que cet album était en avance sur son temps dans mon pays, nous raconte-t-il. Il est innovant à plusieurs niveaux, dans la composition, les arrangements, ou la technologie utilisée puisque j’utilisais les derniers synthétiseurs ou boîtes à rythmes. »

Sorti en 1984, I Wanna Be Myself est le premier album solo d’une série de dix qui composent la discographie d’un artiste multi-instrumentiste souvent avant-gardiste qui joua un rôle prédominant sur la scène dance music, navigant pourtant dans un environnement discriminatoire : « à l’époque, on ne pouvait pas écrire de paroles qui visaient directement la situation, se souvient-il. Mes premiers disques étaient interdits, et nous devions coder nos paroles ». Par conséquent, I Wanna Be Myself en est un bel exemple, si on lit entre les lignes de cette musique groovy et dansante en apparence couverte de paillettes : « l’album veut rompre avec cette idée d’avoir un emploi alors que mes dettes étaient supérieures au montant d’un salaire. J’encourageais les gens à fuir le système et à opter pour la liberté. »

Pour ne regarder que le verre à moitié plein, Don Laka se sent chanceux de voir ce disque important réédité : « je trouve ça excitant de voir qu’une phase de ma carrière est en train de revenir sous les projecteurs à l’international ! » 

I Wanna Be Myself sortira le 22 novembre 2019 chez Culture of Soul — précommandez-le ici.