→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Smeels, distributeur de vibes
© Mehdi Sotot / @sototgraphy

Smeels, distributeur de vibes

À 23 ans, Smeels sort son huitième projet : Par amour et pour le geste. Une nouvelle mixtape enregistrée et mixée chez lui, dans laquelle il affirme et affine son univers musical, à la recherche des meilleures vibes.

Smeels a grandi en région bordelaise, et c’est pour une formation en management de la restauration que le jeune homme d’origine camerounaise a débarqué dans la capitale il y a trois ans. Avant d’enchaîner les projets : Par amour et pour le geste, le huitième, a comme les autres été enregistré et mixé par Smeels seul dans sa chambre. Et même si, jusqu’à l’âge de quatorze ans, Smeels ne s’intéressait pas à la musique, il s’impose aujourd’hui dans le paysage francophone avec sa voix suave et ses inspirations issues du hip-hop et du r’n’b américains. Déterminé et autodidacte, casanier et acharné au travail, son oreille acérée et son sens de la vibe lui ont permis de se bâtir un univers vaporeux, envoûtant et ambitieux.

« Cash Money Sex c’est mon del et ma veste est en jean
Je suis mon boss je fais du cash sans la drill »

« We Just Vibe »
Par amour du bénéfice, et de la vibe

L’histoire démarre vraiment en 2016, un peu par hasard, avec son « reuf » d’une autre mère, Yeong Michin : « On était tous les deux fans de sneakers, il bossait dans un shop et j’avais réagi à une paire dans ses stories. On s’échangeait des messages et plus tard, il m’a invité à son anniversaire. J’ai kiffé le perso, on a commencé à se fréquenter et un jour il m’a parlé de sa motivation à vouloir faire des prods. Il m’a dit “hey mec, viens on fait du son”. C’est comme si t’es chez toi avec ton pote, t’es en train de fumer et tu dis “hey mec viens on ouvre un truc”. Je lui réponds que c’est chaud la musique, il y a des mecs déjà installés, qu’est-ce qu’on va apporter de plus ? Et lui : — “’je sais pas mec, je vais acheter un synthé, un micro et on va essayer des trucs. Ça doit pas être si dur que ça ». On a fait notre premier son deux semaines après, c’était un flop intergalactique. On s’attendait à rien, mais on était déçus. Après on a persévéré, on a enchaîné les sessions jusqu’à ce qu’on commence à maîtriser notre sujet : lui, le beatmaking et moi, ma voix pour savoir comment chanter et bien utiliser l’autotune. »

Depuis, il a sorti trois EP et cinq mixtapes, dont des dizaines de morceaux composés par Yeong Michin. Véritablement Selfmade (2019), Smeels a lui-même enregistré et mixé chacun de ses projets : « C’est Yeong Michin qui m’a appris à mixer, m’a donné des plugs, des liens pour cracker des logiciels… Si t’es déterminé, tu peux faire ce que tu veux. Je me suis dit : ma voix doit sonner comme ça. J’ai touché à tout, encore aujourd’hui j’essaye des trucs. J’utilise des plugins qui sont destinés aux instruments plus qu’à la voix, mais à la fin j’ai mon résultat. »

Smeels – 400 ANS

Un mois de travail acharné, c’est le temps qu’il aura suffi à Smeels pour trouver son type de sonorité. Parcourue de mélodies synthétiques et voluptueuses, sa musique transpire la trap et le r’n’n d’outre-Atlantique (Travis Scott, Drake, The Weekend, 88Glam, Amir Obé…). Il s’en dégage une chaleur vaporeuse et envoûtante, en symbiose avec sa voix suave piquée de couleurs métalliques. Porté par l’amour de sa famille, des femmes, la soif de cash et la détermination, Smeels est un véritable distributeur de vibes : « Je me ressens plus dans le rap cainri (américain, NDLR) avec un Gunna qui va faire « hmm » pendant 2 minutes. Je vais kiffer parce qu’il y a une vibe. Ta musique, tant qu’elle se ressent, t’as fait ton job. Dans « Dumebi« , Rema dit n’importe quoi dans le son. À part trois mots qui existent, le reste ne veut rien dire, c’est même pas une langue ! Et c’est magnifique ! Pour moi, le son c’est pour respirer et ressentir la vibe du track. Si ta tête est pleine et que le poto te saoule avec des métaphores, des oxymores… t’as mal à la tête. ».

À part le rap américain, qu’il confie écouter « H26 », Smeels est aussi friand de la nouvelle variété française, avec laquelle il partage un sujet de prédilection : l’amour. Plutôt que du rap français, il préfère écouter Clara Luciani, Camelia Jordana, Pomme, Joyce Jonathan ou encore Christine and the Queens avec qui il aimerait collaborer. « J’adore la variété française : c’est beau, mélancolique, imagé. Il y a de la sérénité, du love et je trouve que la femme y est bien mise en valeur. Comme je kiffe la variété française, j’ai envie de faire la même chose, mais dans mon délire hip-hop. Et les meufs ça m’inspire. Elles sont toutes différentes, c’est un sujet inépuisable. »

© Mehdi Sotot / @sototgraphy
Home sweet home studio

Son manque d’attrait pour le rap français est peut-être une des raisons pour lesquelles Smeels signe peu de featurings, mis à part avec des proches. Enregistrée et mixée par ses soins en l’espace d’un an, sa nouvelle mixtape n’accueille d’autres voix que la sienne et a encore été réalisée dans son home studio : « La seule fois où je me suis rendu en studio, c’est pour « Facetime » dans Very Bad Drip. Je voulais une ambiance piano qui monte crescendo. Donc j’ai monté la prod avec les beatmakers selon comment j’allais poser dessus. »

Premier projet de Smeels signé chez Believe, l’EP Very Bad Drip (2020) précède Par amour et pour le geste avec un egotrip assumé et une esthétique léchée. Porteur d’un univers qui se suffit à lui-même et concentré sur sa direction artistique, Smeels échange davantage avec des beatmakers qu’avec des rappeurs « C’est avec eux que j’ai le plus de choses à dire. On parle son, inspi, beatmaking, instruments… Quand un beatmaker me demande dans quel mood je suis pour pouvoir me concocter une prod, on peut en discuter pendant 20 ans. Et généralement je retouche même pas la prod. C’est bien de respecter la liberté artistique du beatmaker. À part si le mec a fait n’importe quoi, je m’adapte à toutes les prods. J’en ai pas changé une seule sur ce projet. »

Smeels – Facetime

Grâce à l’autoproduction, Smeels a acquis beaucoup d’expérience : « Tu fais vraiment la musique que tu veux, donc tes auditeurs c’est les vrais. C’est hyper formateur de bosser seul. T’as la vraie vie avec les doutes, les petits échecs… Si t’es dorloté par une maison de disques qui te signe après un buzz, tu connais pas le taff. Alors que de mon côté, je suis préparé. Enferme-moi un mois dans un séminaire, on va bosser et c’est toi qui vas être fatigué. »

Entouré d’une équipe qui l’accompagne pour la communication et l’administratif, chaque jour, Smeels s’affranchit un peu plus d’une des principales limites de l’autoproduction (avec la charge de travail) : l’argent. « T’as pas besoin d’oseille pour être l’artiste que tu veux, confie Smeels, mais t’as besoin d’oseille pour que les gens sachent qui t’es. »

Smeels – We just vibe

Avec sa musique aboutie, son talent et le soutien de son ami Yeong Michin, Smeels pourrait avoir une marge de progression à la hauteur de son ouverture à l’expérimentation et, peut-être, aux collaborations. Habité d’une faim insatiable, il avance déjà sur son prochain projet : « Hier j’étais en train d’enregistrer un autre projet. Je suis tout le temps sur la recherche. Même sur la route pour venir, j’étais en train de réécouter la mixtape, j’ai déjà d’autres idées. Mais c’est pas encore l’album. L’album je ne le ferai pas dans ma chambre et il ne sera ni mixé ni masterisé par moi. Je pense que l’album c’est une putain d’étape, donc je donnerai ça à des gens qui ont travaillé longtemps pour arriver au statut d’ingénieur du son. On va respecter, chacun sa casquette. »

Par Amour et pour le Geste est maintenant disponible.

Écoutez Smeels dans notre playlist Pan African Rap sur Spotify et Deezer.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé