→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.
Rap kényan : notre top 5 du mois de novembre

Rap kényan : notre top 5 du mois de novembre

Comment s’est porté le rap africain le mois passé ? Voici notre tour d’horizon qui se concentre cette fois-ci sur le bouillonnant rap kenyan, qui se décline en mille courants.

En novembre, l’actualité du rap en Afrique a été marquée par une flopée d’albums. En Afrique du Sud, Yanga Chief (avec Pop Star), Sho Madjozi (avec What A Life) et Da Les (avec Caution to the Wind) ont respectivement dévoilé des opus denses et sophistiqués. Kalash Criminel, le rappeur français cagoulé, s’est encore surpassé avec Sélection naturelle, un album très engagé dénonçant les violences policières, la Françafrique et la façon dont est ignorée la guerre au Congo. Côté Nigéria, le rappeur Prettyboy D-O a fait un passage très remarqué dans les studios de Colors avec sa performance enflammée de « Jungle Justice ». Un titre qui fait écho aux manifestations du mouvement #EndSARS qui ont secoué le pays en octobre. Par ailleurs, le rap ivoire continue son ascension avec la signature de Himra et Defty chez Def Jam Africa.

Mais ce mois-ci, nous allons porter notre attention sur le Kenya et plus particulièrement sur les musiques urbaines qui font vibrer les murs de Nairobi. Le genre le plus populaire du moment s’appelle le gengetone. C’est un mélange irrésistible de rap, de dancehall et de reggaeton né dans les ghettos de la capitale kényane aux alentours de 2017. Avant l’article que nous publierons bientôt sur ce sujet, nous vous avons sélectionné cinq clips sortis en novembre qui témoignent de l’explosion de ce style ainsi que des différentes tendances qui imprègnent le hip-hop local.

Dmore x Benzema x Nellythegoon – Wanjiko

Parmi les groupes phares du gengetone, on trouve la Ochungulo Family. Ses trois membres ont grandi ensemble dans le quartier de Lang’ata, une banlieue  de Nairobi. En 2017, Dmore et Benzema sortent le morceau « Ochungulo ». C’est l’un des premiers tubes du gengetone qui vient alors à peine de voir le jour. C’est à la suite de ce succès qu’ils décident de renommer le groupe qu’ils forment avec Nellythegoon. Ils ont choisi le nom « ochungulo » qui signifie « fourmis » en langue luo car ils s’identifient à ces insectes qui travaillent dur et en équipe. Depuis leur ascension, ils n’ont cessé de faire danser tout le Kenya avec des chansons comme « Kaa Na Mamayako » et « Dudu ».

« Wanjiko » est leur tout dernier single. Il a été produit par le talentueux beatmaker Motif Di Don.  Si l’on prête bien attention à l’instru, on entend bien l’influence jamaïcaine du dancehall et du reggae qui infuse en grande partie le son du gengetone. Les paroles sont rappées en sheng, un mélange urbain de swahili et d’autres langues (kikuyu, jaluo, kisii) parlé par toute la jeune génération. Elles célèbrent la fête et la vie nocturne. Le refrain dit : « Onyiso walenje makondiko /Wanjiko ako keg na maombitho ». Ce qui signifie : «Onyiso a des préservatifs dans son portefeuille / Wanjiko  est sous l’influence de la bière et de la weed ». 

Le clip de « Wanjiku » illustre bien les paroles puisqu’on y voit les membres du groupe faire la fête parmi des danseurs. Chaque hit de gengetone s’accompagne bien souvent d’une danse signature. Reste à voir si dans les prochaines semaines les pas de chorégraphie s’imposeront dans les soirées.

Boondocks Gang – Peng Wa Mafilter

S’il y a une autre clique emblématique de la scène gengetone, c’est bien celle du Boondoncks Gang. Les trois membres (Ex Ray, Maddox et Odi Wa Murang’a) sont originaires du bidonville de Kayole à Nairobi. Ils se rencontrent en 2015 dans un cours de théâtre. Ils forment d’abord un groupe de hip hop gospel avant de dévier vers un style moins pieux. En 2018, ils ont largement contribué à la déferlante gengetone avec le morceau « Rieng ». Un succès éclair qui ne faiblit pas puisqu’ils enchaînent les tubes depuis (« Kidolee », « Thao », « Sidonyo » ou « Mboko Haram »). 

Leur nouveau single « Peng Wa Mafilter » a été produit par Magix Enga, l’une des stars parmi les beatmakers de la scène. La thématique de ce morceau est l’usage des filtres que font les femmes pour se prendre en photo. Un sujet moins clivant que d’habitude et qui leur a permis de ne pas être encore censuré. Les titres de gengetone sont souvent suspendus d’antenne en raison des paroles qui traitent crument de sexe, de drogue et d’alcool, de même pour les clips qui comportent des danses suggestives. Les artistes se défendent en répondant qu’ils ne font que raconter de façon réaliste les conditions de vie des ghettos. 

Le clip de « Peng Wa Mafilter » a été tourné à la fin du mois d’octobre en marge du premier festival dédié spécialement au gengetone dans la ville de Machakos, au sud de Nairobi. Un événement qui a rassemblé tous les plus grands noms.

Virusi Mbaya – Kajanje (feat. Breeder LW)

Le gengetone est actuellement le genre musical le plus populaire au Kenya, celui qui transcende les classes et les générations. Mais d’autres styles participent du même mouvement d’expression de la jeunesse à travers l’utilisation du sheng et l’adaptation des tendances mondiales du hip hop. On trouve de la gengetrap (fusion entre gengetone et trap), du shrap (mélange de rap et de pop) ou bien du shrime (une version kényane de la grime britannique). 

L’artiste Virusi Mbaya est l’un des représentants de la scène gengetrap de Nairobi. Il est originaire du quartier de Kibera, connu pour être le plus grand bidonville du continent. Il commence à gratter ses premiers textes à 10 ans, inspiré par le rappeur Kitu Sewer, un membre du mythique groupe Ukoo Flani Mau Mau qui fut au sommet dans les années 2000. Aujourd’hui à 27 ans, il se voit comme la version digitale de ces vétérans. 

Son nouveau single « Kajanje » est extrait de son nouvel album intitulé Punchline. « Le mot kajanje désigne un idiot qui pense tout controler », nous a expliqué Virusi Mbaya. Pour ce morceau, il a invité Breeder LW, l’une des plus grosses têtes d’affiche du rap Kenya. « Je connais Breeder depuis longtemps et ce n’était qu’une question de temps pour qu’on se décide enfin à sortir quelque chose ensemble ». 
Le clip de « Kajanje » a été tourné dans le quartier d’origine de Virusi Mbaya. « On voulait montrer une autre facette de Kibera », confie-t-il. On y voit les deux rappeurs partager un repas au milieu de la rue, frôlés par des motards qui font déraper leur bécane à proximité.

Barak Jacuzzi – Double It  (feat. Steph Kapela)

On reste dans la trap sombre, mais dans un style différent grâce à « Double It », le nouveau single de Barak Jacuzzi en collaboration avec Steph Kapela. Barak Jacuzzi est un rappeur de 29 ans, né en Caroline du Sud et qui a grandi entre les USA et le Kenya. Influencé par Lil Wayne et Wiz Khalifa, il sort ses premiers morceaux en 2012. Il fait de la musique son métier en 2015 quand il devient le premier artiste signé par Octopizzo, l’un des plus gros rappeurs kenyans. Pour promouvoir son artiste auprès du public, ce dernier multiplie les featurings avec lui  (« Shakkakon »,« Tergat Gang », « Che Che »).

Le titre « Double It », sur lequel Barak Jacuzzi rappe en anglais, est un hymne de motivation. «Nous pouvons toujours nous surpasser, faire plus, doubler la mise. Cette chanson parle vraiment du fait de doubler ses profits, peu importe s’il s’agit d’argent ou d’autre chose », explique-t-il. 

Au même titre que Barak Jacuzzi, Steph Kapela est un nom bien connu des amateurs de rap kenyan. Si on devait déceler une influence américaine dans son style, on penserait à Kendrick Lamar et Nipsey Hussle. Il mêle l’anglais et le sheng dans ses paroles. Les deux rappeurs sont amis depuis quatre ans et se retrouvent souvent ensemble en studio. « Le jour où on a fait “Double It”, on a enregistré cinq morceaux en tout », se rappelle Barak Jacuzzi. 

Pour le tournage du clip, les deux rappeurs ont choisi le décor clinquant du toit d’une tour futuriste encore en construction dans le quartier de Westlands à Nairobi, ainsi qu’un hôtel de luxe. Une esthétique bling plus proche de celle des clips de rap américain. Le montage est lui remarquable et les images dans les lieux cités juste avant sont entrecoupées de vidéos de concert et d’une séance de tatouage.

Denzel Kong – Cheki (feat. Boutross & Mastar VK)

La vague de la drill n’a pas manqué elle aussi de frapper le Kenya de plein fouet. Un phénomène bien illustré par « Cheki », le dernier single de Denzel Kong qui comporte les basses et la rythmique typiques de ce sous-genre du hip hop à la mode actuellement. Ce musicien, originaire du quartier de Pangani à Nairobi, rappe depuis l’adolescence. Il s’est fait remarquer en début d’année grâce au titre « Kitu Nono » en featuring avec Breeder LW. 

Avec « Cheki », dont le titre signifie « look » en sheng, il affirme sa passion pour la sape. « Je suis amoureux de la mode, de la même façon que je le suis de la musique ou de tout autre art” nous a-t-il confié. “Le thème de cette chanson, c’est de montrer aux gens comment on bouge, comment on s’habille ». 

Pour l’occasion, il a invité deux rappeurs qui ne manquent pas de style. Tout d’abord, Mastar VK qui navigue entre rap et gengetone, comme le montre « Tuko Locked », son récent tube en featuring avec Dmore du groupe Ochungulo Family. Puis, Boutross, membre de la AD Family, réputée pour être l’avant-garde de la trap locale. 
Forcément pour une chanson qui parle de mode, les trois rappeurs ont sorti leurs plus beaux atours dans le clip qui a été tourné sur un terrain de basket-ball du quartier de Lang’ata. « Nous avions prévu de le faire dans une église en construction mais nous avons été interrompus par une nonne qui montait la garde », raconte-t-il en rigolant. « Du coup, on a décidé d’aller sur le terrain juste en face, et finalement c’était encore mieux ». On apprécie les filtres sombres et bleutés qui donnent une ambiance enfumée et mystérieuse à la réalisation signée Abdul Khalifa et Kings Visualz.

Vous l’aurez compris, le rap kenyan est en plein ébullition. Et qu’ils soient shrime, shrap ou gengetone, ses derniers avatars s’apprêtent à conquérir l’Afrique de l’est.

Retrouvez le meilleur du hip-hop d’Afrique et de sa diaspora dans notre playlist Pan African Rap sur Spotify et Deezer.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé