→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Dans les disques de Franck Descollonges : Jamaican sweetness Vol. 2

Écouter
Écoutez notre playlist en lisant sur Spotify et Deezer

Cet été encore, Franck Descollonges, collectionneur invétéré et patron du label Heavenly Sweetness, vous fait découvrir les trésors de sa discothèque personnelle. Aujourd’hui, escale en Jamaïque. Gardez l’écoute !

Cette saison, on part dès le deuxième épisode en Jamaïque, car même si c’est très cliché, le reggae fait tout de suite penser à une belle journée d’été ensoleillée. Là encore, le choix est large dans la production pléthorique de cette île des Caraïbes, qui a réussi à imposer ses rythmes et sa musique partout dans le monde.

Au-delà des instrumentaux, j’ai toujours été impressionné par la qualité des chanteurs jamaïcains ou des nombreux groupes vocaux existant dans le reggae. J’ai donc extirpé de ma discothèque  deux albums vocaux et un album instrumental, avec un petit focus sur le mythique label de Clement “Coxsone” Dodd : Studio one.

Alton Ellis – Sings Rock and Soul

J’aurais pu vous parler de son compère John Holt, de Ken Boothe ou des Heptones mais mon choix s’est porté sur ce premier album de Alton Ellis. Voilà un album qui a intégré ma collection il y a quelques mois, mais qui a beaucoup tourné sur ma platine depuis.

Le type d’album que j’adore. Tout est  simple: du titre qui annonce le programme -Alton va nous chanter de la Soul et du rock de sa voix d’or- à la très belle pochette, sobre avec ses seules trois couleurs. Le genre d’album dont on sait dès la cover qu’il va être bon. Et sur ce premier album, Alton est plus que bon, il est excellent et enregistre un des “classics” du rock steady.

Rien à jeter du début à la fin, que ce soit les titres de Alston qui deviendront des standards du Reggae comme “I’m just a guy”, “Get ready rocksteady” ou “I’m still in love with you”  ou bien les reprises de standards du rock de Procol Harum ou des Bee Gees. En backing band, le groupe maison de Studio One est tellement affûté, qu’on a l’impression qu’il pourrait jouer n’importe quelle reprise de soul, et qu’elle sonnerait instantanément comme un nouveau “classic” de reggae.  

Comme souvent dans les disques jamaïcains des 60’s/70’s, il n’y a aucun crédit des musiciens donc on ne sait pas trop qui joue sur cet album mais il me semble reconnaitre le clavier de Jackie Mittoo sur cet album. Et hop, transition toute trouvée avec l’album suivant !

Jackie Mittoo – Macka Fat

Encore un magnifique album de Rocksteady chez Studio One et j’imagine que c’est à peu près la même bande qui joue sur cet album que sur le précédent. Sauf que là, le LP  est entièrement instrumental, et c’est le clavier de Mittoo qui prend le lead. Et on se regale.

Jackie Mittoo était notamment l’organiste officiel de la plupart des enregistrement de Coxsone sur Studio One, mais c’était aussi lui qui faisait office de directeur musical et d’arrangeur.C’est donc lui qui a donné ce son et ce style, identifiable entre mille,  au légendaire label de reggae.

Un album reggae  instrumental, pendant lequel on ne s’ennuie jamais. Ca me fait carrément penser à du jazz… la folie naïve du clavier de Jackie en plus. A noter que les prix des originaux Studio one se sont envolés ces dernières années. Vous pouvez toujours trouver des rééditions (parfois japonaises) de ces albums.

The Gladiators – Proverbial Reggae

Pour finir, on va écouter un vinyle moins cher que vous pourrez facilement trouver (au moins en réédition). Un formidable trio de chanteur et sans doute parmis les albums de reggae que j’ai le plus écouté. car c’est un des premiers albums de reggae qu’on m’a mis sous l’oreille. Et oui, dans les 80’s, pas de Youtube et autres Spotify, c’était moins facile de découvrir de la (bonne) musique.

J’ai choisi ce deuxième album mais j’aurais aussi pu mettre leur premier Trenchtown Mix up. Avant de préparer cet article j’étais persuadé que le groupe datait de la fin des années 70 et avait été enregistré directement pour Frontline (la branche reggae du Virgin de Branson) qui sorti de nombreux albums jamaicains à partir de 1978. Surfant sur le succès de cette musique et le succès interplanétaire de Bob Marley. Mais je me suis aperçu que le groupe existait depuis 1968 et avait déjà eu pas mal de succès en Jamaïque avant de connaître une renommée mondiale avec Virgin à partir de 1978.  Ils ont même sortis plusieurs 45 tours sur Studio One, ce qui colle parfaitement à notre thématique de la semaine.

En tout cas, là on est dans le reggae roots où les voix ont la part belle et les harmonies vocales des trois chanteurs font des merveilles. Du reggae bien éfficace et des mélodies qui restent gravées dans le cerveau. A chanter sous la douche ou dans la voiture sur la route des vacances. Sur cet album on retrouve les classics du groupe comme « Stick A Bush », « dreadlocks the time is now », « Jah Works ».

Pour en écouter plus, comme chaque semaine, je vous ai concocté une petite playlist que vous pouvez retrouver sur Spotify ou Deezer.

Bonne écoute et à la semaine prochaine.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé