→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2022 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Black History Month : 5 chansons, 5 activistes

Même si pour nous, le Black History Month c’est toute l’année, PAM en remet une couche en ce mois de février, et vous propose des articles dédiés. Comme cette playlist commentée de cinq chansons qui rendent hommage à cinq activistes.

Marcus Garvey

Le « Garveyisme » est l’une des premières recherches intellectuelles panafricaines. Né en Jamaïque en 1887, Marcus Garvey était un activiste politique , homme d’affaires, journaliste et orateur. Fondateur et président de l’Universal Negro Improvement Association ou UNIA, Garvey a passé sa carrière à publier des journaux comme Negro World, à faire des discours et à se placer à la tête d’un mouvement qui prônait la fin de la domination coloniale, l’unification de la diaspora africaine et, in fine, le rapatriement de tous les noirs du monde sur le continent africain. Il mit même sur pied une compagnie maritime dédiée à cet objectif, la Black Star Line. Bien que le personnage soit controversé et ait essuyé nombre de critiques, peu de personnalités ont eu une ambition aussi impressionnante, une pensée aussi persuasive et un esprit d’entreprise entièrement orienté vers la réhabilitation des peuples noirs, où qu’ils soient dans le monde. 

Personne n’a produit hommage plus emblématique à Marcus Garvey que Burning Spear. Il lui a dédié deux albums, dont Marcus Garvey en 1975 et une version dub, Garvey’s Ghost, en 1976. Tous deux sont considérés comme des chefs-d’œuvre du reggae, et réunissent des pointures du deep roots reggae, y compris les voix des Black Disciples, les bassistes Robbie Shakespeare et Aston Barrett, les guitaristes Earl « Chinna » Smith et Tony Chin, et le batteur Leroy Wallace. Le chanteur Burning Spear, dont le nom est inspiré de Jomo Kenyatta ( leader indépendantiste qui devint président du Kenya), était un fervent rastafarien, historien et activiste politique. Dans le morceau éponyme « Marcus Garvey », Burning Spear prend le ton prophétique, « Marcus Garvey’s words come to pass », puis il finit par dénoncer « Bagga Wire », un chauffeur soupçonné d’avoir trahi Garvey en tant qu’informateur du FBI, ce qui a conduit à son arrestation. 

Burning Spear – Marcus Garvey
DR
Malcolm X

Malcolm X, né Malcolm Little en 1925 à Omaha, Nebraska, est, avec Dr Martin Luther King, mais souvent en opposition avec lui, l’une des principales forces motrices du mouvement américain des droits civiques. Né d’un pasteur baptiste et d’une mère militante, les parents de Malcolm étaient de fervents partisans de Marcus Garvey et de l’UNIA. Bien que Malcolm ait mis du temps à trouver son aile politique, il s’est retrouvé en prison pour vol à l’âge de 20 ans. C’est là que Malcolm a développé un appétit vorace pour les livres et a découvert la Nation of Islam. Après avoir établi une correspondance avec Elijah Mohammed, le leader du mouvement, Malcolm a gravi les échelons de la hiérarchie en fervent suporter de l’autodétermination noire.. Il gagne en popularité en devenant un farouche porte-parole de la résistance à l’oppression et à la maltraitance des noirs aux États Unis, n’ayant pas peur d’utiliser la légitime défense, de porter des armes et d’affronter le « white devil » (le diable blanc). Plus tard dans sa vie, Malcolm s’est éloigné de la Nation of Islam, continuant à défendre la communauté noire avec plus de sérennité, mias n’en fut pas moins surveillé par le FBI. Malcolm a été tragiquement assassiné le 19 février 1965. 

Composée par Miriam Makeba, « Do You Remember Malcolm » est une belle ode à la vie de Malcolm X par une chanteuse qui s’est conscrée avec le même dévouement à un certain nombre de causes tout au long de sa vie, notamment dans la lutte contre l’apartheid. Elle a passé ses années américaines à voyager avec Henry Bellafonte pour dénoncer la ségrégation dans son pays, à collecter des fonds pour la Southern Christian Leadership Conference du Dr King et épousa l’activiste trinidadien-américain Stokely Carmichael, qui jouait un rôle important dans les Black Panthers. Dans la chanson, Makeba chante les mots de sa fille Bongi : « But for me in my heart Malcolm will live forever, Especially when I think about the blackness he reflected, I said especially when I think about all that he represented ». Ces mots résonnent encore dans un discours qu’elle a prononcé et qui cristallise la sensibilité panafricaine mutuelle des deux personnes : « Les Africains du monde entier doivent se battre partout. La lutte n’est pas différente en Afrique du Sud, dans les rues de Chicago, à Trinidad ou au Canada.« 

Bongi Makeba & Nelson Lee – Do You Remember Malcolm?
Mohamed Ali participe à un service de la Nation of Islam (mars 1974).
Mohammed Ali

Mohammed Ali est un personnage plus grand que nature. Devenu célèbre pour son talent sur le ring, Ali a rapidement transcendé son statut d’athlète pour devenir le porte-parole d’une génération. Sa carrière d’activiste a commencé lorsqu’il a refusé de partir au Vietnam après avoir été appelé sous les drapeaux, se considérant comme un objecteur de conscience en raison de sa foi dans le Coran. À partir de là, Ali se fait de plus en plus entendre sur les questions des droits civiques, l’émancipation des noirs et la politique étrangère des États-Unis. En utilisant les principes de la désobéissance civile, Ali a motivé toute une génération par la puissance de ses mots, la constance de ses engagements, et la force de son caractère.

Miles Davis était un grand fan de boxe. Cet hommage à Mohammed Ali est issu d’un hommage à un autre boxeur, via les sessions de Jack Johnson. Cet morceau pour Ali est un bel exemple de la période électrique de Miles et, bien qu’instrumental, il donne une image funky et puissante du boxeur activiste. Comme Ali, cette chanson, et l’œuvre de Miles, défie les attentes. Il y a un charisme imparable et un talent indéniable qui se rebellent, et de manière imparable, contre la bonne conscience de la société blanche. Comment peut-on nier l’habileté d’Ali sur le ring ? Comment peut-on ignorer la virtuosité des compositions de Miles ? On ne peut pas. Pour cela, le morceau de Miles est un hommage sur mesure, même si lesengagements politiques et les fondements éthiques de l’un et l’autre étaient pour le moins dissemblables. Néanmoins, les deux icônes sont des figures de l’excellence noire et ont partagé une époque où, pour les noirs, être bon n’était pas suffisant, alors ils sont devenus des géants.

Miles Davis – Ali
Assata Shakur

Assata Shakur est une militante prise dans le creuset de l’histoire. Née à Queens, New York en 1942, Assata a rejoint le Black Panther Party à Oakland, Californie, juste après avoir obtenu son diplôme universitaire. Elle a passé son temps à organiser le programme de petits déjeuners gratuits pour les enfants, à faire de la sensibilisation communautaire et à préparer des cliniques de santé. Au bout d’un certain temps, Assata a quitté le BPP en faveur de la Black Liberation Army (BLA) en raison des attitudes machistes du BPP et de sa vision des rôles des sexes. Les choses se sont intensifiées dans ses activités au sein de la BLA, un bras militant inspiré par le Vietcong et les combattants indépendantistes algériens. Elle a été accusée de vols à main armée, a été impliquée dans une fusillade au cours de laquelle elle a été blessée, et dans laquelle un des policiers a trouvé la mort. Shakur a été arrêtée pour meurtre et s’est ensuite échappée, poursuivant sa cavale jusqu’à Cuba où elle écrira ses mémoires pour défendre sa cause.

Common – alors connu sous le nom de Common Sense- fait partie de la conscience du rap depuis son premier album Can I Borrow a Dollar?. Il s’est attaqué au racisme institutionnel, à la guerre contre la drogue, à l’incarcération de masse et à toute une série de problèmes qui touchaient la communauté afro-américaine. Il n’est pas surprenant que, dans sa longue discographie, il ait décidé d’évoquer Assata Shakur. « In the Spirit of God. In the Spirit of the Ancestors. In the Spirit of the Black Panthers. In the Spirit of Assata Shakur,” commence Common. Common poursuit en racontant toute l’histoire d’Assata, de la nuit fatidique de son arrestation à ses conséquences. « J’ai lu l’histoire de cette sœur, j’ai su qu’elle méritait un couplet » ,a chanté Common, « Je me demande ce qui se serait passé si ça avait été moi ? ».

Common – A Song For Assata
DR
Angela Davis

Angela Davis est chercheuse, et l’une des plus grandes militantes politiques américaines. Commençant sa carrière comme professeur de philosophie, Davis est entrée dans l’histoire après les attaques du Marin County Civic Center qui se sont avérées mortelles. L’arme du crime appartenait à Angela. Elle a été accusée de meurtre en 1971, puis déclarée non coupable, et a commencé sa carrière en tant que penseuse communiste et antiraciste, ce qui lui a valu le Prix Lénine de la Paix en Union soviétique. Angela Davis reste toujours une voix importante dans la lutte contre le racisme institutionnel. 

Les notes de l’album The Sun Ra Arkestra Meets Salah Ragab Plus The Cairo Jazz Band And The Cairo Free Jazz Ensemble – In Egypt du Cairo Free Jazz Ensemble se lisent comme suit : « ‘Music for Angela Davis’, en 1971, était une question hautement politique. Les outrages du parangon mondial de la démocratie, comme on l’appelait, s’étendaient jusqu’en Égypte. Lorsque je composais le morceau (en utilisant les possibilités musicales contenues dans les lettres du nom d’Angela Davis), la colère était la seule force motrice. Je me souviens exactement comment, immédiatement après avoir dirigé ce morceau, j’ai quitté le Nile Hall et fait le tour en voiture de la plus grande place du Caire, Tahrir, afin de me calmer. » La colère et l’agressivité sont palpables dans l’interprétation free jazz de 13 minutes du groupe et se résolvent avec la même mystique et l’héritage perpétué d’Angela Davis.

The Cairo Free Jazz Ensemble – Music For Angela Davis

Découvrez tous nos articles publiés à l’occasion du Black History Month.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé