→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Guy One, le voyageur intersidéral frafra

Il y a quelques jours sortait le premier disque international de Guy One, un des héros de la frafra music du Nord-Ghana. Un ovni à découvrir absolument.

La vie a parfois d’étonnant détours. Ce n’est pas Guy One qui dira le contraire. Né dans le nord du Ghana, dans le district de Bolbatanga, non loin du Burkina-Faso, l’homme aurait pu se contenter, ce qui n’est pas rien, d’être l’un des héros du kologo, un luth à deux cordes au cœur du groove des musiques traditionnelles de son peuple, les Frafra. Le kologo avait déjà voyagé puisque King Ayisobah, avec sa voix venue de nulle part, l’avait fait découvrir sur les scènes européennes.

Mais au début des années 2010, la musique de Guy One tombe presque par hasard entre les mains de Max Weissenfeldt, musicien et patron du label Philophon, en balade au Ghana. Le producteur se promet de le rencontrer, et déboule à Bolbatanga, capitale du pays frafra. Évidemment, aussitôt descendu du bus, on l’amène chez la star locale, qui part justement animer des funérailles. Car les cérémonies traditionnelles sont la véritable scène de Guy One. Weissenfeldt est fasciné par la force de la musique, et de la communion entre l’artiste et son public. L’homme n’est d’ailleurs pas qu’un héros local, il a été remarqué au niveau national, et récompensé aux Ghana Awards en 2012, dans la catégorie des musiques traditionnelles.

Le skank du kologo, les flûtes et leurs polyrythmies, les cloches et autres percussions donnent le tempo et l’humeur, et servent d’ossature a une musique transfigurée, qui flirte avec l’afrobeat, les délires psychédéliques et l’électro.

Le producteur lui propose alors de venir en Allemagne, pour faire de la musique frafra mais… made in Berlin. Et c’est ainsi qu’en 2013, le héros du kologo quitte pour la première fois son pays, avec son instrument, sa culture en bandoulière, et quelques mots d’anglais griffonés sur un bout de papier. Pas facile pour communiquer, alors qu’il s’apprête à entrer en studio. Visiblement, personne ne panique, et tous les musiciens présents apprennent, avec peu de paroles, à se mettre au diapason du groove frafra, en enroulant reefs de cuivres et autres synthétiseurs autour du kologo, et s’essayant même avec succès aux flûtes traditionnelles du Ghana.

Ce n’était que la première étape. Les musiciens allemands retournent la visite à Guy One au Ghana, et une complicité musicale tout autant qu’humaine grandit, pour arriver à la formation d’un véritable groupe.

Guy One et ses camarades font leur grande première en 2015 sur une énorme scène, celle du festival de Roskilde, au Danemark, friand de ces rencontres du 3eme type. Deux mille personnes découvrent alors ce phénomène, et une musique jamais entendue… elle garde le vrai parfum des savanes frafra, des chèvres et des moutons qui la peuplent, et bien sûr l’énergie des cérémonies. Le skank du kologo, les flûtes et leurs polyrythmies, les cloches et autres percussions donnent le tempo et l’humeur, et servent d’ossature a une musique transfigurée, qui flirte avec l’afrobeat, les délires psychédéliques et l’électro.

Bref, un ovni qui, rodé sur scène, ne demande qu’à être enregistré en studio. Guy One et toute la bande retournent à Berlin, et mettent au point ce petit bijou, à faire passer entre toutes les mains. Et surtout, entre toutes les oreilles. De quoi voyager avec bonheur, entre Berlin et Bolbatanga, en passant par des planètes musicales non répertoriées. Et ce n’est que le début. Le titre de l’album : #1, sonne comme le premier épisode d’une longue épopée.

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé