→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Pinto, c’est la pâte

Un feuilleton inédit pour PAM, signé Blick Bassy et illustré par Raphaëlle Macaron. 

Après sa prestation catastrophique lors du festival YFE, Pinto et son manageur ont été jetés dehors comme de vulgaires bandits. Mais ils préparent leur revanche.

V. Ochekue (la communicatrice)

Afin de faire oublier la mauvaise prestation de Pinto lors du YFE Festival, Bella et Pinto ont, d’un commun accord, décidé d’organiser une grosse fête à laquelle ils ont convié tout le show-biz. Ochekue est communicatrice, comme on dit couramment au Cameroun. Elle est chargée de la promotion du nouveau single de Pinto qui sort désormais dans moins d’une semaine. Elle a décidé de faire un mail à Bella afin de présenter son plan de communication et réclamer l’acompte qui devait lui être versé il y a maintenant plus de deux semaines.

Salut Bella,

J’espère que tu vas bien.

Je reviens vers toi pour plusieurs choses :

1. J’attends toujours mes 100 kolos (100.000 CFA, soit 150 euros) à titre d’avance pour le travail de promo que je dois faire pour ton artiste.

2. Jusqu’ici je n’ai reçu aucun contenu, aucun CD promo afin que je puisse contacter les journalistes. Or comme tu le sais, la sortie du single est prévue dans moins d’une semaine.

3. Tu devais m’appeler hier, j’ai attendu pendant deux heures et tu n’as même pas daigné m’envoyer un texto pour t’en excuser.

4. L’enveloppe « tchoko » prévue pour les journalistes est toujours d’actualité ? Sans ce geste financier, inutile d’imaginer qu’ils programmeront le single de ton artiste, surtout après la mauvaise prestation de Pinto au YFE dont tout le monde médiatique a parlé.

5. Je préfère te prévenir que ça ne sert à rien d’insister, car je n’irai pas défendre le single à radio Ndem. Comme je te l’ai expliqué maintes fois, bien que cette radio soit la plus écoutée, je ne mettrai plus jamais mes pieds là-bas, car son directeur m’a fait des propositions indécentes, je ne voudrais donc plus faire face aux avances de ce faux type.

Pour finir, il faudrait penser à me faire un orange money pour que j’aille rencontrer la journaliste du Kongossa avec qui j’ai rdv lundi, et n’oublie pas l’iPhone que tu m’as promis, je n’ai plus de quoi appeler les journalistes.

Bonne journée, 

Ochekue

Il est 11h, Bella vient de se lever, il prend son téléphone posé sur la commode.

Bella : Pfff, elle me saoule celle-là. J’espère qu’on l’a mise sur la liste des invités parce que si elle apprend qu’on a fait une teuf sans l’inviter elle va nous en vouloir. Il faut que je vérifie ça avec Pinto. Je vais lui envoyer un message. J’espère qu’il est déjà debout.

BELLA
Gars c’est comment ? J’imagine que vous avez fini tard hier.

PINTO
Yes ça va, je me réveille là, oui on s’est couché hyper tard, j’ai fait la cuisine avec les filles toute la nuit, on doit casser la baraque ce soir, on va faire une fête inoubliable gars, je te promets.

BELLA
Yes on doit leur en mettre plein la vue, à tout ce petit monde du show-biz. D’ailleurs as-tu notre communicatrice préférée sur la liste ? Sinon il faut le faire s’il te plait. Je vais l’appeler tout à l’heure pour lui dire qu’elle est sur la liste.

PINTO
OK ça marche, je le fais tout de suite. Pour info, j’ai commandé 5 caisses de champagne mon gars. Au fait, Abdou-chawarma vient renforcer le traiteur en plus de tout ce que nous avons cuisiné. Ça va être « la chimamelure ». On va leur montrer qui nous sommes. D’ailleurs tu as invité tous les journalistes ? Ou bien c’est à Ochekue de le faire ? Tu pourrais lui demander stp ?

BELLA
Oui je m’en occupe, ne t’inquiète pas, je passe d’abord payer le solde de la location de la villa de Mbarga. Il faudra par contre qu’on fasse gaffe que rien ne soit volé ni cassé chez lui. Je lui ai fait la promesse et il m’a fait signer un document engageant notre responsabilité au moindre pépin.

PINTO
OK OK, ne t’inquiète pas, j’ai aussi recruté Rambo et son équipe pour la sécurité. Il était désolé pour ce qui s’est passé au festival de Penda la folle. On se retrouve à la villa, j’ai envoyé mon neveu et ses amis porter des chaises là-bas, moi j’y serai dans deux heures à peu près.

BELLA
OK, j’ai invité quelques filles ainsi que ton concurrent autoproclamé pour qu’il prenne une claque. Tout le show-biz doit parler de cette soirée gars, on doit faire très mal ce soir. J’ai payé quelques gars afin qu’ils jouent aux fans hystériques toute la soirée. Tout sera filmé pour les réseaux sociaux et je suis sûr que d’ici deux jours on aura oublié les mauvaises rumeurs à propos de ta dernière prestation.

PINTO
Gars, laisse… ils vont découvrir le grand Pinto, ils vont apprendre à me connaître, je te le promets. En tout cas, on se retrouve tout à l’heure.

BELLA
Yes, « on fait ça ».

*

Ochekue s’est mise sur son trente-et-un, car elle a bien l’intention d’impressionner ses consœurs et confrères. Cette soirée est une occasion rêvée de convaincre les journalistes qu’elle a pu inviter à la dernière minute, mais qui ont presque tous répondu présents; « Là où il y a à manger , il y a des mangeurs », dit le proverbe Nanga. La villa de Mbarga louée pour l’occasion est bondée. Pinto tout de blanc vêtu fait des va-et-vient d’un coin à l’autre de la villa, attitude inspirée d’une fête organisée par Kanye West qu’il a regardée des centaines de fois sur Youtube.

Lors d’un énième tour de son manège, il est stoppé par Ochekue qui, un verre de vin à la main, l’agrippe au passage.

Ochekue : Ça va l’artiste ? Vous avez « fait fort  » ce soir les gars, waouh. On se croirait aux States ! Big respect, j’espère que vous allez mettre autant de moyens pour la promo. Où est le grand producteur Zomloa ? Je ne l’ai pas vu.

Pinto, l’attirant dans ses bras : Merci ma chérie, ne t’inquiète pas pour la promo, on va mettre les moyens, les vrais ! Tu n’as encore rien vu, car nous réservons le meilleur pour la fin ! Le producteur est en voyage et revient avant la sortie du single. On va te donner les moyens de faire ton job comme personne ne l’a fait avant. Tu m’entends ? Mais ce soir, oublie le boulot et éclate-toi ! Il y a de beaux garçons, de jolies filles, profite ma belle ! 

Abandonnant Ochekue pour se diriger vers un groupe de journalistes qui discutent avec véhémence, Pinto reçoit avec plaisir les compliments sur la réussite de sa soirée « d’oubli de sa piteuse prestation au YFE Festival » et pense avoir pris sa revanche auprès de tous ceux qui en ont dit du mal. Bella de son côté fait le tour des invités et sert du champagne comme on sert de l’eau bénite. Il retrouve Ochekue qui discute avec un journaliste.

Bella : Alors ma communicatrice, comment se passe ta soirée ? Je t’avais prévenue que ce serait du lourd non ? Tu as goûté aux brochettes alcoolisées pimentées ? Nouvelle recette de notre cher Abdou. 

Ochekue : J’espère surtout que vous allez me virer l’acompte que j’attends depuis des semaines hein ! C’est bien beau de jouer aux « amerloques », j’attends du concret moi ! 

Bella : Tu t’inquiètes pour rien ma petite, on te fait ton virement demain, pour le moment, détends-toi Oché ! Je te laisse, je dois préparer le clou de la soirée, à toute ma chérie, je reviens.

Ochekue : En tout cas j’espère que vous n’allez pas abandonner ! Me lâcher une fois de plus !

Bella s’avançant vers Dj Malondo, cousin de Bella officiant en maestro ce soir, célèbre pour ses playlists originales : Mbom (bro), tu peux baisser la musique stp , j’ai un mot à dire aux invités. Puis, se tournant vers Pinto qui hoche la tête comme pour lui donner son autorisation : Bonsoir à tous, approchez s’il-vous-plaît, nous avons deux mots à vous dire avant de vous laisser retourner à vos coupes de champagne. Ce soir nous annonçons officiellement la sortie du nouveau single de Pinto que vous connaissez tous et grâce à qui nous sommes tous ici ce soir. Je tenais d’abord à le remercier, lui et toute l’équipe grâce à laquelle cette soirée restera dans les annales. Merci aussi aux journalistes présents ce soir. Un big up à Ochekue , notre communicatrice de feu, ce soir habillée comme une déesse. Je ne vais pas être long, car l’important ce soir est de vous laisser enjoy et ndjoka, car c’est votre soirée. Amusez-vous et que la fête commence! Malondo, balance-nous le beat !

La fête bat son plein, le champagne coule à flots, les brochettes alcoolisées et pimentées d’Abdou font un tabac. Pinto a sorti deux liasses de billets de la sacoche accrochée à sa taille et a envoyé acheter 10 nouvelles caisses de champagne pendant que Bella et l’équipe d’Abdou font passer les plats aux invités d’un bout à l’autre de la salle. Rambo tient une bouteille de champagne qu’il boit au goulot quand il ne mord pas, en alternance, dans la grosse cuisse de poulet qu’il tient dans l’autre main. L’alcool faisant son effet, les invités se relâchent et se lâchent de plus en plus sur la piste de danse improvisée pour l’occasion.

Profitant de l’inattention de Rambo, bien trop occupé à gérer champagne et poulet, deux Nangaboko (adolescents vivant dans la rue, aussi appelés « microbes ») ont escaladé la barrière de l’énorme villa où la fête bat son plein. Ils ont rapidement vidé quelques plateaux, mangeant à toute vitesse et se faufilant entre les invités occupés à « ambiancer ». Une heure plus tard, Bella fait une seconde annonce signifiant aux dix journalistes culturels importants présents ce soir qu’il avait un cadeau pour chacun, une enveloppe pour les remercier de leur présence et les motiver pour la promotion du single de Pinto. Il rejoint Pinto pour récupérer les enveloppes rangées dans sa sacoche.

Bella : Mbom, tu es prêt ? S’il te plait, file-moi les enveloppes, ils ont bien chacun leur nom dessus ?

Pinto, affalé et à demi endormi dans un énorme canapé, une bouteille de champagne presque vide dans les mains : Oui les enveloppes sont dans la sacoche Mbom. Prends-les, je suis over high

Bella : Elle est où la sacoche ?

Pinto : Gars, arrête ! comment ça elle est où ?
Il dépose la bouteille et se redresse pour mieux chercher la sacoche autour de sa taille 

Mais , elle est où ? Où est ma sacoche ? Tu ne l’as pas vue quelque part ? Je l’avais encore tout à l’heure. C’est pas possible ! Gars, il faut bloquer le portail et call les mbérés (flics). Que personne ne bouge ! 

Bella : Malondo, coupe la musique ! la sacoche de Pinto a disparu, quelqu’un a volé la sacoche. Rambo, bloque la sortie !

Pinto : Personne ne bouge d’ici tant que ma sacoche n’est pas retrouvée, sur la tête de ma mère. Bella, tu as appelé la police ? Tu attends quoi, merde ! 

Vous allez me back mon argent , espèces de journalistes voleurs !… RAMBO , RAMBO où es-tu ? Je te paie pour quoi ? 

Au même moment, trois journalistes signalaient la disparition de leurs sacs à main, deux autres ne retrouvaient pas leur portable… Comme pour rassurer les plaignants, Rambo court dans tous les sens, la bouteille de champagne toujours accrochée à sa main droite, l’autre faisant des moulins dans l’air, imitant les gestes autoritaires d’un policier dépassé qui fait la circulation. Pinto en colère a jeté une bouteille contre l’armoire vitrée de la pièce principale où se déroule la fête, faisant exploser une partie de cette luxueuse armoire dont les débris ont volé dans toute la pièce.

Pinto : Putain, quel cauchemard ! Tout se passait pourtant super bien. Je suis certain que c’est le marabout de Boli, ce petit chanteur à deux balles qui me jalouse. Dites-lui qu’il n’aura jamais mon niveau, OK ? Dites-le-lui ! D’ailleurs, dégagez tous d’ici, bande de bandits ! Vous allez me le payer.